用户工具

站点工具


2015-11-13

Survivants

Caroline Dos Santos et Julien Boudot, rescapés du Bataclan, dans leur bureau de Canal+, à Boulogne Billancourt, le 25 novembre. JEAN-FRANCOIS JOLY POUR “LE MONDE”

S’extraire de l’horreur. Hébétés, ahuris, encore dans l’épouvante. Et courir dans la nuit. Survivants! Chercher désespérément un taxi au milieu des sirènes. Et se serrer l’un contre l’autre tandis que la voiture file sur les berges de la Seine et s’éloigne de ce théâtre de guerre. Incrédules. Pleins de larmes et de frissons. Avec l’urgence de vivre. De se marier, très vite, comme une évidence. Et de se faire tatouer sur le corps le titre de la chanson et la date associés à jamais à cette soirée funeste et à la renaissance. «  Kiss the Devil 13.11.2015  ». La mort, au Bataclan, a frôlé leur échine.

  • s’extraire de l’horreur 从恐怖中脱身
  • hébétés 迷茫的
  • ahuris 惊呆的。 动词 ahurir 的过去分词。同义词:étonner, effarer,sidérer, épouvanter, hébéter,stupéfier
  • dans l’epuvant 在惊吓中
  • Incrédule 难以置信。不敢相信
  • se faire tatouer 给自己纹身
  • cette soirée funeste 这个后果严重的夜晚
  • frôler leur échine 记得这个在打猎一篇里学的词吗? 擦过。 擦过脊柱

Ils commencent par la fin pour narrer l’événement, dévoilant, dix jours plus tard, leur avant-bras tatoué. Ils sont encore à vif, fatigués et fébriles. Sans blessure apparente mais totalement meurtris. « Je suis à la fois Jean-qui-rit et Jean-qui-pleure, confesse Caroline Dos Santos, 37 ans. J’oscille en permanence. »

  • fatigués et fébriles 疲劳和焦虑的
  • meurtris 受伤的
  • Jean-qui-rit et Jean-qui-pleure 一会儿哭一会儿笑
  • j’oscille en permanence 我一直在两极之间摇摆

Julien Boudot, 36 ans, la tête entre les mains, a le regard perdu vers un lieu que lui seul peut voir. « C’est un truc de malade d’être là ! Il y a eu 89 morts ! Et ça aurait pu être tellement pire. Des milliers de balles ont été tirées, j’entendais les douilles tomber pas loin de nous. » Il se tourne vers sa compagne. « Mais tu sais quoi ? Au fond de moi, il y a de la joie. Cette joie ressentie quand je t’ai entendue hors de la salle et que j’ai compris que tu étais sauve ne m’a plus quitté. Et quand ma gosse dit : “Papa, papa”, c’est inouï la vague qui me submerge. » Elle sait. Ils ont trois enfants à la maison (6 ans, 4 ans, 15 mois), les deux aînés d’une première union de la jeune femme. Et elle se souvient de s’être dit, allongée sous des corps, dans la fosse du Bataclan  : « On ne peut pas mourir. Ils sont trop petits ! »

  • un truc de malade
  • c’est inouï la vague qui me submerge. 我醍醐灌顶
  • La fosse du Bataclan Bataclan这个坟地

« On est super heureux »

Ce vendredi 13 novembre s’annonçait pourtant radieux. Le couple Dos Santos-Boudot, qui travaille à Canal+ pour une émission musicale quotidienne, a pris une baby-sitter et se réjouit d’être invité, avec toute l’équipe, pour aller voir au Bataclan les Eagles of Death Metal, un groupe qu’il connaît bien pour l’avoir déjà enregistré en concert. « De vrais gentils, dit Julien. Drôles, amoureux de Paris et de rock californien. Rien à voir, en fait, avec le heavy metal. Leur nom est une blague. Ce groupe n’est que fun. »

  • radieux 光彩照人的。

Ils arrivent à moto, Caroline récupère les billets à l’entrée de la salle auprès de Thomas Ayad, du label Mercury, avec qui elle plaisante un moment pendant que Julien dépose au vestiaire casques et blousons. Ils retrouvent également deux amis de Canal, Arnaud et Mathieu, et s’installent à gauche de l’entrée, contre la console son. L’ambiance, d’emblée, est survoltée. « Je suis sidéré, dit Julien. D’habitude, les bobos de Paris, c’est un peu des zombies ! » Pas ce soir-là. Ça chante, ça danse, ça crie. « A la moitié du premier morceau, il y a déjà des slammeurs, et des bières volent dans tous les sens. Un joyeux bordel ! » Les slammeurs sont ces spectateurs qui se jettent depuis la scène, surfant au-dessus de la foule. C’est très chaud, et le groupe clame sa joie d’être à Paris, « meilleure date de sa tournée ! ».

  • récupérer les billets auprès de Thomas Ayad, du label Mercury.
  • déposer au vestiaire casques et blousons. 把头盔和夹克存在衣帽间
  • La console son 音响控制台
  • l’ambiance, d’emblée, est survoltée。 气氛,一上来,就极其兴奋。 survolter 从头顶飞过
  • sidère 被吓住了
  • les bobos de Paris 巴黎的小资们
  • des slammers
  • un joyeux bordel
  • clamer sa joie d'être a Paris

Quand s’achève la chanson fétiche du couple, Julien plaisante  : « C’est bon, on peut y aller ! » Boire une bière par exemple. Et le couple se dirige vers le bar, croisant au passage le pote Nick Alexander, qui s’occupe du merchandising du groupe, et son amie, Helen. Caroline est tentée de rester sur ce stand qui, légèrement surélevé, permet de mieux voir la scène. Mais elle rejoint Mathieu et ses copains. Il est 21 h 30. Le groupe entame Kiss the Devil. Les amis dansent, se frôlent, balancent. « On est super heureux. » C’est alors que débutent les premiers tirs.

  • la chanson fétiche du couple 这对夫妇的最痴迷的歌。
  • pote 朋友
  • se frôler

« Des tirs, des tirs, des tirs »

« Je pense qu’un truc électrique a craqué, dit Caroline. Mais des gens visiblement s’affolent.

  • s’affoler

– Moi, je ne tourne même pas la tête. Je me dis : c’est la pompe à bière qui a pété. »

  • la pompe à bière qui a pete: peter

Mais les tirs reprennent. En rafale. Caroline  : « Des tirs, des tirs, des tirs. Je veux me retourner, je ne peux pas, je suis éjectée en avant, des gens me tombent dessus en hurlant, j’appelle Julien, il me tend la main, et puis il tombe, piétiné lui aussi, plein de gens nous dégringolent dessus, c’est comme un domino. » Et les tirs se poursuivent. « Il n’y a pas de répit. C’est une éternité. J’ai le visage écrasé contre le sol, étouffée. Julien me souffle : “Tu respires, bébé ? Tu respires ?” Il tente de me dégager la tête. Mais je comprends très vite qu’il ne faut pas bouger. Qu’il faut fermer les yeux et faire la morte. Une horrible odeur de poudre me prend la gorge. »

  • en rafale 扫射
  • piétiné 踢
  • dégringoler: 还记得 dégringolade 吗?
  • répit
  • étouffée 窒息的

Julien ne sent pas la poudre. « J’ai le bras sur toi, dit-il, poursuivant le récit de sa compagne. En fait, je t’ai rattrapée par terre avant de m’étaler. Je fais le bras dur pour que les autres ne t’écrasent pas, mais il y a des mecs dessus, dessous. C’est effarant. Et ça mitraille. Dix bonnes minutes. Dix ! Je glisse au type qui est sur mon bras  : “Excuse-moi, mec, mais t’écrases ma meuf.” Il te chuchote : “Ça va, ma puce ?” en tapotant ta tête. Je me souviens que ça m’énerve. Je ne réalise pas encore à ce moment-là. »

  • faire Le Bras dur 把胳膊硬起来。
  • meuf 俚语,女人
  • tapoter 哈利波特的小朋友们,记得这个动词吗? Dumbledore tapota l'epaule de le professeur

« Faut pas que je bouge »

Caroline réalise. Un carnage est en cours. Elle ne sait pas qui tire. Elle pense aux enfants. « J’ai conscience qu’on est en train de mourir. J’attends le moment où on va prendre une balle, sentir une grande brûlure qui nous transpercera le corps. Je n’entends ni cris ni gémissements. Pourtant, on meurt tout près de moi. »

  • une grande brûlure 烧伤,灼热的感觉
  • transpercer: trans-percer 穿透。
  • gémissements 呻吟。 gémir 动词原形

« Tu ne pouvais pas entendre les cris puisqu’il y avait ces tirs ! Papapapapa. Non-stop ! J’ai encore des acouphènes, des fois je perds mon oreille droite. Ils ont vidé plusieurs chargeurs. Je pensais : ils n’auront plus de munitions. Mais si. Ils rechargent calmement : kling kling. Et ça repart. »

  • acouphènes 耳鸣
  • chargeurs 弹夹。

Soudain un grand silence. Et quelques coups ponctuels. Les terroristes marchent dans la fosse. Achèvent ceux qui gémissent ou esquissent un mouvement. Caroline : « On est tétanisés. Chaque coup de feu – pounc, pounc – est suivi d’un gémissement. »

  • quelques coups ponctuels
  • la fosse
  • achever: achever除了有完成,结束的意思,还有给予致命一击的意思。
  • esquissent un mouvement
  • tétanisés 动弹不得

« Je suis à califourchon sur toi. Au niveau de mon visage, j’ai la jambe pleine de sang d’un mec qui s’est pris une balle. Je me dis : faut que je fasse comme lui si je m’en prends une, faut pas que je bouge. Mais, en y repensant, il était mort. Je pense qu’à tout moment, ma tête peut exploser et que je vais passer de l’autre côté sans dire “je t’aime” à ma meuf. Du coup, je le lui dis. Et puis je rajoute : “Mais c’est pas maintenant qu’on doit mourir.” »

  • a califourchon sur soi 跨在她上面

Les tirs ont stoppé. Le silence est terrible. Qui est mort ? Qui est vivant ? Les corps sont enchevêtrés. Julien bouge le bras pour tenter d’attraper son portable. « Bouge pas », supplie Caroline. Et Julien se dit aujourd’hui que beaucoup ont dû mourir pour avoir tenté d’appeler la police. A nouveau quelques tirs, mais bien plus éloignés. Julien  : « Faut se barrer, j’me dis. Suis pas un lapin. J’aperçois une sortie de secours ouverte derrière des portes battantes. Je vois même un mec s’enfuir. C’est le moment ! Je prends la main de Caro et la tire. Et là, je ne sais plus rien, c’est l’amnésie. Je sais juste que je cours. » Caroline ne bouge pas, tétanisée, certaine qu’elle va entendre le bruit d’une balle et que Julien va s’effondrer à deux mètres d’elle. Il a couru « plus vite que la lumière » et se retrouve derrière la fameuse porte. « Caro m’a lâché la main et je ne peux pas le croire. Une putain d’angoisse m’envahit. Je rouvre la porte et je gueule dans ce silence de fou : “Caro ! Caro ! Sors ! Tu peux le faire !” »

  • Enchevêtrés 混杂的额,错综复杂的。
  • se barrer 走开,逃走
  • suis pas un lapin 我并不胆小。
  • des portes battantes
  • l’amnesie
  • S’effondrer 瘫软在地
  • je gueule dans ce silence de fou: gueuler 大声的叫。

Sa voix résonne dans tout le Bataclan. Mais rien ne se passe. La porte entrouverte par Julien donne le signal à quelques personnes qu’une issue est possible. Plusieurs se faufilent, mais glissent dans une marre de sang et s’étalent tous dans l’escalier. « Mon cœur pulse. Je me dis qu’il doit y avoir 15 000 Caro. Alors je gueule : “Caro, c’est Julien !” Mais il doit y avoir aussi 15 000 Julien. Alors je sors mon surnom. “Caro ! C’est Chaton ! Sors ! Sors !” Et je gueule à m’éclater la gorge, désespéré. »

  • Se faufiler 钻入,混入,潜入。
  • une marre de sang 一滩血
  • m’eclater la gorge

« Ils achèvent les gens »

Caroline a entendu Julien. Ce n’est que maintenant qu’elle ose ouvrir les yeux. Autour d’elle, oui, « l’apocalypse ». Les gens sont morts. Elle entend un tueur dire calmement à l’autre  : « Viens, allons par là-bas. On reviendra ici après. » Il n’y a plus à hésiter. Elle rampe lentement, angoissée à l’idée d’attirer l’attention, se glisse sous une barrière protégeant la console et d’un coup se relève pour courir vers la porte « Je ne sais plus trop comment, je veux juste sauver ma peau. Je dérape à mon tour dans le sang, et j’atterris dehors, face à un flic qui me crie dessus pour que je détale. Mais Julien n’est pas avec moi. Alors c’est moi qui hurle : “Je suis là, bébé !” On m’entend dans la vidéo du journaliste du Monde. » Elle retourne dans le sas du Bataclan.

  • L’apocalypse 世界末日
  • sauver ma peau=save my skin
  • deraper a mon tour dans le sang
  • detaler
  • le sas du Bataclan

« Je l’avais pas vue ! Je me planquais derrière la porte entre deux gueulements dans la salle. Quand j’ai entendu sa voix dehors, pfff. Mon cœur a explosé de joie. » Il faut courir, car les tirs reprennent, les terroristes visent les gens qui fuient. Caroline craque. « Je ne peux plus marcher, plus parler, je pense aux enfants. » Dans la rue, il y a des corps, de grands blessés, des jeunes en état de choc. Se pourrait-il que les terroristes fassent sauter plusieurs lieux de concerts ? Caro y pense soudain, tant d’autres amis sont dispersés dans d’autres salles. Il faut les prévenir.

  • me planquer = hide myself
  • deux gueulements

« Julien appelle notre boss à La Cigale, qui croit d’abord à une blague jusqu’à ce que le proprio du Bataclan, juste en face de lui, reçoive à son tour un appel l’avertissant du drame. » Et puis il y a les amis restés dans la fosse. Arnaud, Mathieu… Les textos du premier leur parviennent en salve. « Ils arrivent », « ils achèvent les gens », « putain faut des secours, c’est un massacre », « voilà le numéro de mon père… », « dis-lui que je l’aime », « je vous kiffe les amis », « putain c’est la fin ».

  • Proprio
  • avertissant du drame
  • je vous kiffe les amis

« Tiens bon, les keufs arrivent » Il n’est que 22  h  50. Caro prend le relais des textos pour dire : « tiens bon », « tu meurs pas ce soir », « les keufs vont rentrer… » Julien ne cesse de composer le 17. « J’enrage, il faut donner l’assaut, ça crève dans la salle, et le 17 sonne à vide. » L’amie de Nick Alexander les avertit qu’il vient de mourir dans ses bras. Caroline écrit un message à Thomas Ayad, sur Facebook  : « Dis quelque chose ! » Il ne répondra pas. C’est l’un des premiers morts.

  • keuf 俚语,警察

Le couple s’est réfugié dans une famille dont l’appartement, au dernier étage, jouxte le Bataclan et d’où ils entendent l’assaut de la police. Mais ils veulent vite partir, retrouver leurs amis, leurs enfants. Le témoignage de Julien, qui a parfaitement vu le visage d’un terroriste, intéresse les policiers. On veut les transférer au 36, quai des Orfèvres. Caro insiste : « Demain, je vous jure qu’on revient demain. »

  • jouxter 毗邻
  • 36, quai des Orfèvres 巴黎警察局的地址

Ils se rendront le lendemain matin au 36. Ils témoigneront, du mieux qu’ils peuvent, et déposeront une plainte. Julien y tient et s’y accroche. Caro se demande à quoi bon. Mais quand le policier lui déclare, très calmement : « Madame, vous êtes victime d’un attentat », elle s’effondre. « Il met des mots sur ce que nous avons vécu. » Et tout devient réel.

  • déposer une plainte
  • tenir a 坚持
  • s’accrocher a 坚持做某事
  • a quoi bon 有什么用?
  • s'effondrer 倒下,支持不住
2015-11-13.txt · 最后更改: 2018/11/27 00:38 由 202.102.17.6