用户工具

站点工具


20181003-p28-nobel

Le Nobel sacre la percée de l’immunothérapie du cancer

  • sacrer la percée 祝圣突破。 percée, perceuse, percer
  • immunothérapie 免疫疗法。 immuno-thérapie

MÉDECINE Le Japonais Tasuku Honjo et l’Américain James Allison ont été distingués par l’académie du Karolinska Institute pour leurs travaux sur la régulation de la réponse immunitaire, qui ont abouti à la mise au point de traitements antitumoraux à l’efficacité inédite

  • aboutir a 成功于
  • la mise au point de 应用
  • traitements anti tumoraux a l’efficacité inédite 效果新颖的抗肿瘤疗法

Leurs travaux ont conduit au développement de médicaments qui sauvent la vie à des malades atteints de cancers précédemment incurables. Le prix Nobel de médecine a été attribué lundi 1er octobre à l’Américain James Allison, né en 1948, et au Japonais Tasuku Honjo, né en 1942, pour leur découverte de traitements d’immunothérapie des tumeurs malignes «par inhibition de la régulation immunitaire négative». Si cette prestigieuse récompense (assortie d’un chèque à partager de 9 millions de couronnes suédoises, soit près de 1 million d’euros) ne surprend guère les spécialistes du domaine, elle permettra de faire connaître au public les noms de ces deux chercheurs qui ont ouvert la voie à l’immunothérapie moderne des cancers, une approche reconnue aujourd’hui comme une révolution thérapeutique. En 2014, les deux immunologistes avaient déjà été récompensés conjointement par le prix Tang, version asiatique des Nobel.

  • des malades atteints de cancers précédemment incurables 患有此前无计可施的癌症病人
  • des tumeurs malignes 恶性肿瘤
  • inhibition de la régulation immunitaire négative 免疫负面调节的抑制
  • prestigieuse récompense 有威望的奖励
  • couronnes suédoises 瑞典盾
  • avoir ouvert la voie à l’immunothérapie 开创了免疫疗法的先河
  • être récompensés conjointement 同时获奖

Le principe d’utiliser les propres défenses de l’organisme pour combattre une tumeur n’est pas nouveau. Voila plus de cent ans que des chercheurs et médecins ont eu l’idée de stimuler le système immunitaire (notamment avec des bactéries) pour tenter de faire régresser des cancers. Mais cette option séduisante sur le plan intellectuel est longtemps restée décevante en termes de résultats. En travaillant chacun de leur côté, James Allison et Tasuku Honjo ont réussi là où leurs prédécesseurs avaient échoué. Leur stratégie a été au contraire de desserrer les freins empêchant le système immunitaire d’attaquer les cellules cancéreuses, grâce à des traitements dits «inhibiteurs de checkpoints (“points de contrôle”) immunitaires». Pour prendre une métaphore issue de la conduite automobile, ils ont développé des médicaments efficaces non en appuyant sur l’accélérateur, mais en relâchant la pédale de frein.

  • décevant 失望
  • en termes de résultats 就结果而言
  • en travaillant chacun de leur côté 各自工作
  • desserrer les freins empêchant le système immunitaire d’atta Les cellules cancéreuses
  • inhibiteurs de checkpoints immunitaires
  • prendre une métaphore issue de la conduite automobile 用个驾驶汽车的比喻
  • non en appuyant sur l’accélérateur, mais en relâchant la pédale de frein 不是踩油门,而是放开刹车

Peu d’intérêt de l’industrie

Pendant les années 1990, dans son laboratoire de Berkeley, à l’université de Californie, James Allison a été l’un des chercheurs à remarquer qu’une protéine des lymphocytes T, nommée CTLA-4, exerçait un rôle de frein sur ces globules blancs. «D’autres équipes de recherche ont exploité ce mécanisme comme une cible pour le traitement des maladies auto-immunes. Allison, cependant, avait une tout autre idée en tête », écrit l’académie Nobel. En effet, le chercheur américain avait déjà développé un anticorps qui pouvait se lier au récepteur CTLA-4 et bloquer sa fonction.

  • une protéine des lymphocytes T, nommée CTLA-4 一个叫CTLA-4的来自T型淋巴细胞的蛋白质
  • globules blancs 白血球
  • des maladies autoimmunes 自免疫疾病
  • anticorps 抗体
  • se lier au récepteur CTLA-3 和叫作CTLA-3的接受体(receptor)结合。
  • bloquer sa fonction 阻断它的功能

Dès 1994, avec son équipe, il teste cette approche chez des souris porteuses de tumeurs. Les résultats sont décrits comme spectaculaires. « Malgré le peu d’intérêt de l’industrie pharmaceutique, Allison continue ses efforts intenses pour développer un traitement chez l’homme», poursuit le comité Nobel. En 2004, James Allison quitte d’ailleurs l’université de Berkeley pour le Memorial Sloan-Kettering Cancer Research Center de New York, afin de participer aux premiers essais cliniques, chez des malades avec un mélanome métastatique. Les résultats positifs de cet anticorps monoclonal appelé ipilimumab seront confirmés à plus grande échelle, dans le mélanome puis dans d’autres tumeurs malignes (poumon, prostate, ovaire, pancréas). «Il est indispensable de souligner que le professeur Allison a été le premier à appliquer cette approche à l’homme, à une époque où la majorité des scientifiques dans la communauté médicale doutaient de la faisabilité et de l’efficacité de cette stratégie », note la Fondation Balzan, qui a distingué le chercheur en 2017, deux ans après le prix Lasker, récompensant des personnalités de la recherche médicale. L’ipilimumab (Yervoy), le premier inhibiteur de points de contrôle immunitaire, a été approuvé aux EtatsUnis et en Europe en 2011.

  • Chez des souris porteuses de tumeurs 用在有肿瘤的老鼠身上
  • premiers essais cliniques 临床试验
  • des malades avec un mélanome métastatique 已经转移的肿瘤病人

C’est également au début des années 1990 que Tasuku Honjo a, de son côté, découvert une autre protéine exprimée à la surface des lymphocytes T, le PD-1. Déterminé à explorer ses fonctions, le chercheur japonais a mené une série d’expérimentations dans son laboratoire de l’université de Kyoto. Il a ainsi établi que le PD1 exerce – comme le CTLA-4 – une fonction de frein sur les lymphocytes T, mais par un mécanisme différent. Depuis, plusieurs anticorps monoclonaux anti-PD-1 ont été développés et deux sont commercialisés, le nivolumab et le pembrolizumab. Ces recherches ont également conduit au développement d’anticorps antiPD-L1, une protéine présente sur les cellules tumorales qui se lie au récepteur PD-1.

  • mener une série d’expérimentations 做了一系列的实验
  • anticorps monoclonaux anti-PD-1
  • le nivolumab et le pembrolizumab
  • anticorps antiPD-L1
  • les cellules tumorales 癌细胞

«Ces médicaments ont changé la vie de nos malades, insiste la professeure Caroline Robert, chef de service de dermatologie à l’Institut Gustave-Roussy (Villejuif), l’une des premières en France à avoir testé les inhibiteurs de checkpoints chez des patients avec un mélanome métastatique. Il y a d’abord eu l’ipilimumab, qui a permis d’obtenir une réponse chez 15 % de ces malades chez qui aucun traitement ne fonctionnait. Avec les anti-PD1, le taux de réponse est passé à 40%. Aujourd’hui, certains de nos malades sont toujours en rémission complète avec plus de cinq ans de recul, et même dix ans pour les premiers traités par ipilimumab. » Pratiquement une guérison, même si les médecins restent réticents à employer ce terme chez des patients auparavant condamnés.

  • l’ipilimumab
  • le taux de réponse 反应率
  • en rémission complète avec plus de cinq ans de recul 五年成活率
  • pratiquement une guérison 几乎痊愈
  • les médecins restent réticents a employer ce terme chez des patients auparavant condamnés 医生们在对此前被判了死刑的病人保持沉默,不用这个词/方法

Rémission complète

L’ipilimumab est parfois associé à des inhibiteurs de PD1 ou PDL1, et de nouvelles molécules de cette classe thérapeutique sont en cours de développement. C’est grâce à un anti-PD1 que l’ancien président des Etats-Unis Jimmy Carter avait été, fin 2015, en rémission complète de son cancer, un mélanome avec métastases au foie et au cerveau.

  • un mélanome avec métastases au foie et au cerveau 转移到肝和脑的恶性肿瘤

L’immunologiste Eric Vivier, professeur à Marseille et directeur scientifique d’Innate-Pharma, salue lui aussi le choix du comité Nobel. « C’est une bonne nouvelle pour les malades, pour l’immunologie et pour la recherche fondamentale, se réjouit-il. Ces deux chercheurs ont en commun d’avoir fait une découverte fondamentale et de l’avoir accompagnée ensuite, lors des tests précliniques et même cliniques, ce qui est remarquable, d’autant que la recherche en cancérologie n’était pas leur cœur de métier. C’est une preuve de plus, s’il en fallait, qu’il faut laisser de la liberté aux chercheurs. » Selon l’immunologiste, Tasuku Honjo est l’archétype du scientifique curieux, qui a fait ses premières découvertes sur le récepteur PD-1 au cours d’un programme annexe. « Son sujet majeur, c’était les lymphocytes B [producteurs d’anticorps], pas les lymphocytes T», relève Eric Vivier, qui note cependant que d’autres stratégies d’immunothérapies en cancérologie, comme les CAR T-cells, n’ont pas été récompensées par ce Nobel.

  • la recherche fondamentale 基础研究
  • se rejouir 欢喜,高兴
  • des tests précliniques et meme cliniques 临床前研究(指动物实验和体外的实验)和临床实验
  • d’autant que 尽管。这个用法我们已经见过很多词了。
  • leur cœur de métier 事业的核心,事业的重点。
  • un programme annexe 周边的项目

A 74 ans, le lauréat japonais n’est en tout cas pas décidé à raccrocher. « Je veux continuer ma recherche (…) afin que l’immunothérapie sauve plus de patients atteints du cancer que jamais», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse organisée à l’université de Kyoto, où il enseigne

  • decider a raccrocher 决定停止工作
20181003-p28-nobel.txt · 最后更改: 2018/12/10 09:00 由 82.251.53.114