用户工具

站点工具


20181011-meng

La Chine accuse le président d’Interpol de corruption

Pékin a annoncé enquêter sur Meng Hongwei, disparu il y a dix jours. Son épouse, restée à Lyon, a confié sa peur

世界报10月9号第6版下边

Peu après avoir confirmé l’ouverture d’une enquête contre le président d’Interpol, Meng Hongwei, la Chine l’a accusé de corruption, lundi 8 octobre. « L’enquête sur les pots-de-vin reçus par Meng Hongwei et les violations présumées de la loi est très opportune, tout à fait indiquée et plutôt sage », lit-on dans un communiqué du ministère de la sécurité publique.

L’organisation internationale de police, dont le siège se trouve à Lyon, avait annoncé, dimanche, la démission « avec effet immédiat » de son président, porté disparu depuis plus de dix jours. Dimanche soir, Interpol a précisé que son successeur serait désigné lors de sa prochaine assemblée générale, en novembre, à Dubaï. L’organisation n’a pas détaillé comment elle a été informée de sa démission, alors qu’elle a perdu contact avec M. Meng. Elle ne s’est pas non plus interrogée sur la recevabilité d’un tel renoncement de la part d’une personne détenue au secret par un régime autoritaire.

Le 25 septembre, à 12 h 26, Meng Hongwei, qui venait d’arriver sur le sol chinois, avait envoyé un message de trois caractères sur WhatsApp à son épouse, restée à Lyon : « Attends mon appel. » Puis, quatre minutes plus tard, il envoyait un émoticône représentant un couteau. C’est le dernier signe que Grace Meng a reçu de son mari. Sept minutes plus tard, il ne répondait pas à son appel. Des signes évidents qu’il se considérait « en danger », a précisé Mme Meng, dos aux caméras, dimanche, dans un hôtel lyonnais. Elle s’exprimait pour la première fois depuis qu’elle a fait part, jeudi, aux autorités françaises de ses inquiétudes. Elle a été placée depuis sous protection policière. Moins de deux ans plus tôt, en novembre 2016, l’élection d’un officiel chinois à la tête de l’organisation chargée de la coopération des polices de 192 Etats avait été accueillie avec le plus grand scepticisme par les organisations de défense des droits fondamentaux, telles qu’Amnesty International. Les Etats membres étaient restés largement silencieux et ils avaient élu à une très grande majorité M. Meng, qui est par ailleurs vice ministre de l’intérieur d’un pays connu pour l’emprisonnement sans procès équitable de ses dissidents et des membres de minorités jugées « problématiques », ou de ses officiels corrompus ou victimes des luttes de factions.

« Ruine politique »

Meng Hongwei, était le premier citoyen de Chine continentale à prendre la tête d’une grande organisation internationale. « Tant que je ne le vois pas en face de moi,en train de me parler, je ne peux pas avoir confiance », a expliqué Grace Meng, qualifiant ces événements se déroulant sous le regard de l’opinion mondiale de « ruine politique ». « Cette affaire relève de la justice. Elle concerne la communauté internationale. Elle concerne le peuple de mon pays », a-t-elle encore déclaré.

Une enquête pour disparition a été ouverte vendredi en France et le ministère de l’intérieur a fait part de son « interrogation » sur le sort de Meng Hongwei et de sa « préoccupation » concernant les menaces qu’a reçues son épouse. Les disparitions de personnalités chinoises se sont multipliées depuis l’arrivée au pouvoir, en 2012, de Xi Jinping, qui a mené une campagne de lutte contre la corruption également perçue comme une purge de factions concurrentes.

Meng Hongwei a fait son ascension politique dans le sillage de Zhou Yongkang, « tsar » de l’appareil sécuritaire sous le précédent président chinois, et dont le réseau a été l’une des principales cibles de la campagne menée par Xi Jinping. M. Zhou avait été condamné en 2015 à la prison à perpétuité pour corruption, abus de pouvoir et divulgation de secrets d’Etat. Mais Meng Hongwei avait, néanmoins, été appuyé par la Chine de Xi Jinping pour prendre la tête d’Interpol en 2016.

Toutefois, un signe avant-coureur de ses difficultés était apparu dès avril : M. Meng avait été démis de ses fonctions au sein du comité du Parti chargé de superviser le ministère de la sécurité publique, après la nomination, à l’automne 2017, d’un nouveau ministre, Zhao Kezhi, ultraloyal à M. Xi

生词本

(grâce à 老徐)

  • Les pots-de-vin 贿赂
  • Les violations presumees de la loi 假定的违法行为
  • Opportune 适时的
  • L’enquête sur les pots-de-vin reçus par Meng Hongwei et les violations présumées de la loi est très opportune , tout à fait indiquée et plutôt sage 对孟宏伟收受贿赂,涉嫌违法进行监察调查非常及时,完全正确,十分英明
  • Tout à fait indiquée 合适的,适时的
  • Plutôt sage 明智的
  • Le siège 总部
  • Démission 辞职
  • Avec effet immédiat 立即生效
  • Recevabilité 受理性
  • Emoticone (英)emoji
  • Dos aux cameras 背对摄像机
  • Par ailleurs 此外
  • se dérouter: puzzle
  • relever de: come within the competence of.
  • Des luttes de factions 小集团之间的斗争
  • Ruine politique 政治废墟
  • Prendre la tête d’une grande organisation internationale 成为国际组织的头
  • Tant que 当
  • L’arrivée au pouvoir 掌权
  • Une purge de factions concurrentes 清洗竞争对手集团
  • Ascension politique 政治升迁
  • Dans le Sillage de Zhou Yongkang 追随周永康
  • Tsar de l’appareil sécuritaire
  • Le précédent président chinois 前任中国首脑
  • Être condamné à la prison à perpétuité 判处无期徒刑
  • Abus de pouvoir 滥用职权
  • Divulgation de secrets d’état 泄露国家机密
  • Néanmoins 然而
  • Avant-coureurs 预兆
  • Appuyé (英)supported
  • être démis: dismissed. Démettre
  • Ministère de la sécurité publique 公安部
  • Ultraloyal 超级忠诚的人

问答讨论

simcolor:“ Elle ne s’est pas non plus interrogée “是说被动语态,organization没有被责问么?non plus = no more?
lemon畅: 我理解s'est pas iterrogee是自反代词复合过去式,是说着这个组织自己没有取证。non plus是“也”的否定形式

20181011-meng.txt · 最后更改: 2019/01/11 21:17 由 90.86.115.22