用户工具

站点工具


20181116-p20-2

Pour se passer du charbon, l’atome est indispensable

Collectif

Face à l’urgence climatique, il serait irresponsable de se priver de l’énergie atomique, qui produit très peu de CO2, selon des spécialistes de l’énergie et du climat

  • se priver de 放弃

Pour contribuer à éviter au monde un chaos climatique, l’Europe doit montrer l’exemple d’une économie débarrassée des énergies fossiles. Pour cela, il faudra impérativement supprimer le charbon dans la production électrique en moins de trente ans : mission impossible sans énergie nucléaire.

Il y a trois ans, à la COP21, les pays du monde se mettaient d’accord pour limiter le réchauffement climatique à 1,50C d’ici à 2100. Cette semaine, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a lancé un signal d’alarme : son nouveau rapport indique que le dépassement de 1,5 0C de la température globale sera probablement atteint entre 2030 et 2052. Rappelons que seuls .50C de réchauffement global ont séparé la dernière ère glaciaire du climat qui était stable depuis des millénaires.

  • se mettre d’accord pour … 同意
  • le depassement 超越

L’urgence climatique est un défi majeur pour l’humanité. Pourtant, en dépit des ambitions de la COP21, les émissions de gaz à effet de serre n’ont cessé d’augmenter dans le monde. Depuis 1992, année de la Convention climat, elles ont crû de plus de moitié : nous sommes en train de perdre la guerre contre le réchauffement.

Pour inverser la courbe mondiale, il faut prioritairement arriver à se passer du charbon, qui sert avant tout dans la production électrique, et est responsable de plus d’un tiers des émissions de CO2 planétaires. La France est dans une situation particulière : elle est déjà, grâce au nucléaire, quasiment sortie des énergies fossiles – et donc du charbon – dans son secteur électrique. Nos priorités s’appellent le transport (pétrole), l’habitat (pétrole et gaz), l’industrie (fioul, gaz et charbon) et l’agriculture (gaz hors CO2). En 2017, nos émissions ont progressé de 2 %.

  • la courbe曲线
  • se passer de… 放弃
  • fioul 燃料油,重油

L’histoire de l’humanité est celle de l’empilement des énergies : chaque nouvelle source est venue s’ajouter aux précédentes. Le changement climatique nous impose de passer de l’empilement à la substitution : les énergies bas carbone doivent se substituer aux énergies fossiles. Il faut déployer rapidement l’ensemble des solutions dont nous disposons : sobriété et efficacité énergétiques d’abord, énergies renouvelables et le nucléaire ensuite. Mettre ces solutions en concurrence en substituant les énergies bas carbone entre elles ne nous laisse aucune chance face à la tâche immense qui nous incombe, et dont l’urgence grandit chaque jour.

  • l’empilement Des energies 能源的堆积
  • les energies bas carbone 低碳能源
  • sobriété 节制,适度
  • imcomber à (仅用第三人称)(责任,义务等)落到……身上,归于

L’énergie nucléaire est une énergie bas carbone : ses émissions sont au même niveau que celles de l’éolien, selon le GIEC. En France et dans d’autres pays, elle a démontré sa capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre massivement et rapidement. L’électricité nucléaire est la deuxième électricité bas carbone dans le monde, derrière l’hydroélectricité. A l’exception de la Norvège, qui bénéficie de conditions particulières, les pays européens qui ont déjà quasiment éliminé leurs émissions dans le secteur électrique (Suède, Suisse, France) ont tous combiné énergie nucléaire et hydroélectricité. C’est grâce à cette combinaison gagnante que la France est devenue le pays où les émissions de CO2 par habitant sont les plus faibles des sept pays les plus développés (G7).

  • éolien 风力发动机,风车
  • combinaison gagnante = winning combination

A contrario, en Allemagne, au Japon et même dans certains Etats américains, les mises à l’arrêt de centrales nucléaires ont abouti à une stagnation, voire une augmentation, des émissions de gaz à effet de serre. Chez nos voisins d’outre-Rhin, le développement massif de l’éolien et du solaire n’a pas permis de diminuer la puissance totale des centrales pilotables (nucléaire, charbon, gaz, hydro), la baisse d’un tiers du nucléaire ayant été compensée par la construction de centrales à gaz. Les centaines de milliards d’euros engagés n’ont pas permis de diminuer significativement les émissions du pays, et 40 % de l’électricité provient toujours du charbon.

  • a contrario 拉丁语, 对立的
  • nos voisins d’outre-Rhin: 指德国
  • des centrales pilotables 需要操作的发电厂

Risques irréversibles

*irréversible 不可逆转的

Quatre-vingt-dix pour cent de l’électricité au charbon est produite dans des pays qui ont déjà des centrales nucléaires : la substitution y est possible et est nécessaire pour gagner la course contre la montre qu’impose le changement climatique. Comme le charbon, le nucléaire peut produire de l’électricité en très grande quantité, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Mais il n’émet que 12 g de CO2 par kWh en cycle de vie, quand le charbon est à 820 g de CO2 par kWh.

  • la course contre la montre 与时间赛跑

Le nucléaire suscite des inquiétudes légitimes. Mais la réponse à ces inquiétudes s’appelle la pédagogie pour expliquer en quoi il reste bien moins dangereux que le charbon. En plus du CO2, le charbon tue chaque année des centaines de milliers de mineurs et de citadins. Le nucléaire, heureusement, ne peut pas en arriver là ! La gestion des centrales est l’une des activités les mieux contrôlées au monde, et les déchets radioactifs sont produits en petite quantité et étroitement surveillés par des organismes qui y sont consacrés. Enfin, le risque nucléaire (maîtrisable et localisé) doit être comparé aux risques irréversibles et globaux d’un réchauffement climatique en passe d’échapper à tout contrôle.

  • étroitement 严格的,严密的
  • organisme 组织
  • maîtrisable et localisé 可控的,局部的
  • en passe de 处于……情况,即将…… Il est en passe de réssusir.他即将成功;他已经胜利在望

Les scénarios du GIEC, de l’Agence internationale de l’énergie ou de l’European Climate Foundation montrent qu’il est impossible de réduire les émissions de gaz à effet de serre à la bonne vitesse sans énergie nucléaire. L’impasse de la transition énergétique allemande, incapable de sortir du charbon, et le retour à la hausse des émissions des autres pays de l’OCDE depuis 2015 malgré un développement massif des ENR doivent nous alerter : les voyants sont au rouge. Dans ce contexte, il est irresponsable de se priver d’une source massive d’électricité décarbonée. Dans notre pays, l’urgence n’est pas de substituer les renouvelables électriques au nucléaire, mais bien de compléter ce dernier par de la sobriété dans les comportements, et des renouvelables dans la chaleur, pour diminuer au plus vite les combustibles fossiles.

  • impasse 死路, 僵局,绝境
  • les voyants sont au rouge 红灯亮了

___

François-Marie Bréon est directeur adjoint du laboratoire des sciences du climat et de l’environnement de l’Institut Pierre-Simon-Laplace ; Valérie Faudon est cofondatrice du collectif d’associations Nuclear for Climate ; Jean-Marc Jancoviciest président du think tank The Shift Project ; Michael Shellenberger est fondateur du think tank Environmental Progress (non financé par les entreprises du secteur de l’énergie)

20181116-p20-2.txt · 最后更改: 2018/12/16 17:14 由 193.51.104.24