User Tools

Site Tools


20181128-p39-baby

Polémique sur la naissance en Chine de « bébés OGM »

  • polémique 争议

Hervé Morin Hervé Morin

Lulu et Nana, les premiers « bébés génétiquement modifiés », des jumelles, seraient nées en Chine au cours du mois de novembre. Leur génome aurait été altéré – alors que leur embryon venait d’être formé par fécondation in vitro –, afin de désactiver un gène pour leur conférer une résistance à l’infection par le VIH, virus responsable du sida.

  • des jumelles 双胞胎
  • fécondation in vitro 体外受精。

L’annonce a été faite auprès de l’agence AP, lundi 26 novembre, par He Jiankui, un chercheur de la Southern University of Science and Technology (SUSTech) de Shenzhen. AP indique n’avoir pas été en mesure de vérifier indépendamment la réalité de ces naissances. Aucune publication scientifique détaillant le protocole expérimental utilisé n’accompagne cette annonce – dont SUSTech s’est dite la première surprise, demandant la mise sur pied d’une commission indépendante pour enquêter sur ce qu’elle qualifie d’« incident ».

  • mise sur pied 建立。

La prudence s’impose donc, même si tous les spécialistes interrogés reconnaissent qu’une telle percée était attendue – sinon redoutée – en Chine depuis les premières éditions du génome d’embryons humains réalisées dans ce pays en 2015.

  • Percée 突破
  • sinon redoutée = if not afraid of

La technique qui aurait été utilisée pour modifier le génome des jumelles s’appelle Crispr-Cas9, un système facile à utiliser et peu onéreux découvert en 2012, notamment par la Française Emmanuelle Charpentier. En 2014, Ningning et Mingming, les deux premiers singes modifiés par Crispr-Cas9, avaient vu le jour à l’Université médicale de Nankin. La technique avait été appliquée l’année suivante par des équipes chinoises sur des embryons humains triploïdes, qui n’avaient aucune chance de se développer en bébés normaux. Certaines de ces modifications visaient à induire une mutation du gène CCR5, destiné à déjouer l’infection par le VIH.

  • Crispr-Cas9
  • des embryon humains triploïdes 染色体三体的人类胚胎

Ces expériences avaient cependant mis en évidence la survenue de modifications dites « hors cible », sur des portions du génome non visées, ce qui avait conduit la communauté scientifique à considérer que des essais visant à produire des « bébés Crispr » étaient prématurés.

  • hors cible 靶点外的 off target

Fondateur de start-up de biotechnologie, He Jiankui, qui est passé par les universités Rice et Stanford avant de retourner en Chine dans le cadre du programme « 1 000 talents », semble avoir passé outre ces préventions. Il a indiqué à AP avoir recruté des couples dont le mari était porteur du VIH par le biais d’une association pékinoise d’aide aux malades du sida. Les spermatozoïdes auraient été isolés, puis fusionnés avec l’ovule, formant un embryon dans lequel un assemblage Crispr-Cas9 aurait été injecté. Entre trois et cinq jours de développement, quelques cellules auraient été extraites pour s’assurer que l’édition du génome avait bien eu lieu. Au total, seize des vingt-deux embryons obtenus auraient bien été modifiés, onze d’entre eux auraient été utilisés dans six tentatives d’implantation, pour une grossesse double menée à terme finalement.

  • spermatozoide 精子
  • ovule 卵子

Réussite partielle

Les analyses génomiques auraient montré que l’opération n’avait que partiellement réussi : chez l’une des jumelles, l’inactivation du gène aurait fonctionné sur ses deux copies, tandis que sur l’autre, un seul allèle aurait été modifié, ce qui ne peut lui conférer une protection contre le VIH. En outre, des signes de mosaïcisme auraient été identifiés, ce qui signifie qu’une partie seulement des cellules de l’organisme ont été modifiées. Pourquoi avoir implanté un embryon dont la modification était incomplète, et mal contrôlée ?

  • allele
  • mosaicisme 胚胎基因库的多样性

Annoncées à la veille de la deuxième conférence internationale sur les modifications du génome humain qui se tient cette semaine à Hongkong – et au cours de laquelle He Jiankui doit intervenir –, ces naissances suscitent déjà la polémique. Spécialiste de la reproduction humaine, Pierre Jouannet, qui avait participé à la première de ces rencontres, organisée en 2015 à Washington, souligne d’abord qu’il existe « un consensus international pour dire qu’il est aujourd’hui très prématuré d’envisager l’édition du génome de l’embryon chez l’homme ». « Pour moi, il est insensé de mettre en œuvre cette technique pour faire naître actuellement des bébés », indique-t-il. D’autant plus que l’indication – protéger l’enfant à naître contre une hypothétique contamination par le VIH – n’entre pas dans les situations de pathologies géniques très graves, voire extrêmement handicapantes, comme la chorée de Huntington, dont on souhaite éviter la transmission à l’enfant. « Quand le père est séropositif, note-t-il, toutes les technologies sont disponibles pour éviter la contamination de sa descendance. »

  • insensé 失去理智的
  • pathologies géniques 遗传病症
  • la chorée de Huntington 亨廷顿遗传病
  • séropositif 血清化验阳性。

Chercheur à l’Australian National University (Canberra), Gaétan Burgio, utilisateur au quotidien de Crispr, se dit « mal à l’aise » pour commenter cette annonce, faute d’éléments tangibles disponibles. « Mais si c’est vrai, cela fait un peu peur. » Dans l’ensemble, note-t-il, « on va trop vite avec Crispr, y compris sur les essais cliniques sur les adultes », dont près d’une vingtaine ont été enregistrés à ce jour, estime-t-il.

Les expériences sur embryon sont encore plus problématiques sur le plan éthique. La modification de leur génome conduit mécaniquement à changer celui de leur descendance : ce n’est pas seulement l’individu qui est modifié, mais potentiellement toute sa lignée, ce qui constitue une barrière éthique infranchissable dans plusieurs pays – notamment en Europe. C’est en principe aussi le cas en Chine, selon un texte de 2003.

Violation de l’éthique

He Jiankui a-t-il bénéficié de toutes les autorisations requises ? La dépêche d’AP note qu’il n’a déclaré officiellement ses travaux que très tardivement – le 8 novembre, selon le registre chinois des essais cliniques. Qu’en est-il du consentement éclairé des parents sollicités ? Toujours selon AP, les formulaires évoquent le « développement d’un vaccin contre le sida », ce qui est assez éloigné de la procédure proposée.

  • La dépêche 急件,公函
  • tardivement 很晚,很迟

Le chercheur va vite devoir s’expliquer sur sa démarche : dans un communiqué publié lundi, SUSTech s’est déclarée « profondément choquée » par l’annonce et précise que les expériences ont été menées hors du campus. L’utilisation de Cripsr pour modifier des embryons humains « constitue une violation sérieuse de l’éthique académique et des codes de conduite ». En outre, plus d’une centaine de scientifiques chinois de haut rang, dans une lettre ouverte, s’insurgent contre ce qu’ils qualifient d’expérience « folle », pour des raisons tant médicales qu’éthiques. Ils redoutent le coup porté à la réputation de la science chinoise. « La boîte de Pandore a été ouverte, écrivent-ils. Nous devons la refermer avant de perdre notre dernière chance. »

  • de haut rang 高层的
  • une lettre ouverte 公开信
  • la boite de Pandore 潘多拉魔盒
20181128-p39-baby.txt · Last modified: 2018/12/10 22:21 (external edit)