用户工具

站点工具


20181128-p4-hebron

La violence ordinaire de l’occupation à Hébron racontée par d’ex-soldats israéliens

  • Hebron: 希伯伦是犹太教里仅次于耶路撒冷的圣城。

Piotr Smolar

L’ONG Rompre le silence dénonce l’impunité des colons et des militaires face aux Palestiniens

JÉRUSALEM - correspondant

Début 1968, quelques mois après la victoire spectaculaire d’Israël contre les armées arabes lors de la guerre des Six-Jours, un groupe d’hommes se dirigea en voiture vers le sud de la Cisjordanie occupée. Se présentant comme des touristes suisses, ils s’arrêtèrent dans une pension d’Hébron appelée le Park Hotel. Ils annoncèrent qu’ils n’en bougeraient plus, au nom de leurs liens millénaires avec la ville.

  • la guerre des Six-Jours 六日战争
  • Cisjordanie=West Bank 约旦河西岸

Ces juifs extrémistes, rassemblés autour du rabbin Moshe Levinger, ouvrirent la voie à l’implantation des colons à Hébron. Aujourd’hui, après cinquante ans de tolérance puis d’encouragements de la part des autorités israéliennes, ainsi que d’une protection militaire constante, ils sont près de 500 à vivre au cœur de la ville, sans parler des 7 000 résidents de la colonie voisine de Kiryat Arba.

  • ourvir la voie a

La présence juive à Hébron – l’une des plus anciennes au monde – avait été noyée dans le sang par les Arabes en 1929. Le développement d’une colonie au centre même de la cité palestinienne – fait sans équivalent en Cisjordanie – pose aujourd’hui des problèmes de sécurité permanents et rend infernale la vie des autres habitants. De nombreux commerçants ont dû fermer leurs échoppes ; les résidents de la ville, au nombre de 200 000, sont contraints à des contrôles permanents et à des détours, tandis que les colons jouissent d’une impunité dans la partie dite H2, au centre. Cette vie sous tension, cette cohabitation impossible, figurent au cœur d’un nouveau recueil de témoignages d’ex- soldats israéliens, publié mardi 27 novembre par l’organisation non gouvernementale (ONG) Breaking the Silence (« Rompre le silence »).

  • être noyée dans le sang 浸泡在鲜血里
  • rendre infernale la vie des autres habitants给其他居民带来地狱般的生活
  • échoppe: stall

« Devoir moral »

Cette ONG, honnie par la droite israélienne, documente depuis quinze ans la réalité militaire de l’occupation ainsi que les guerres dans la bande de Gaza.

  • honnie

Il s’agit de sa quatrième publication sur Hébron. Les soldats interrogés y ont servi entre 2011 et 2017. Dans l’introduction, l’ONG évoque un « devoir moral », celui d’affronter le tableau que forment leurs récits. « Avec le temps, est-il écrit, l’occupation et sa dictature militaire inhérente sont devenues évidentes pour de nombreux Israéliens. En même temps, la dépossession des terres palestiniennes et la privation de leurs droits humains élémentaires au nom du projet des colonies sont perçues comme l’acte le plus patriotique de notre génération. »

  • devoir moral道德义务

Hébron, « le lieu le plus sombre sur Terre », décrit un sergent interrogé. Les témoignages recueillis évoquent parfois des situations hors normes, où les soldats, soumis au stress et à l’adrénaline, réagissent de façon violente. Mais ils dessinent surtout la banalité de missions répétitives, entre maintien de l’ordre et mission militaire, où le flou des règles d’engagement permet une interprétation très large. La limite entre l’acceptable et ce qui ne l’est pas relève de la conscience individuelle.

  • hors normes
  • soumis au stress et a l'adrénaline 在压力和肾上腺激素的影响下
  • la banalité
  • le flou des règles d'engagement 交火规则的模糊
  • relèver de: 取决于

L’ennui, la déshumanisation des Palestiniens, l’effet de groupe jouent sur chaque appelé. Il y a, par exemple, ces soldats en faction devant le tombeau des Patriarches (mosquée d’Ibrahim pour les musulmans), qui appuient volontairement, parfois, sur le bouton de la porte métallique pour qu’elle claque au visage de Palestiniens en train de passer. Ces fouilles au corps, qui répondent à des objectifs chiffrés. Ou cet enfant de 10-12 ans, dont les soldats crèvent le ballon, qui leur jette un peu d’eau en retour et se fait tabasser pour cela.

  • en faction 站岗,我们在巴黎恐袭一文中学过
  • le tombeau des Patriarches ( mosquée d’Ibrahim pour les musulmans)
  • l’effet de groupe 团体效应
  • fouilles au corps 搜身
  • des objectifs chiffrés 加密的目标
  • chaque appelé 每一个入伍青年
  • crever le ballon 弄破一个球
  • se faire tabasser 挨了一顿打

Comme d’autres ex-appelés, un lieutenant explique le « problème éthique » que posent les relations étroites entre les soldats et les colons, qui invitent les premiers pour shabbat ou leur offrent de la nourriture. Leur leader, Baruch Marzel, est l’une des figures les plus extrémistes du mouvement ; il mise sur la solidarité entre juifs. Une sorte de « coproduction sécuritaire » s’instaure. Les appelés se retrouvent « sous influence », dit le lieutenant. « Ils approchent chaque soldat, amènent des gâteaux et des biscuits et donnent l’impression d’être vraiment préoccupés par leur sort, jusqu’au moment, bien sûr, où vous faites quelque chose qui leur déplaît, et alors ils vous qualifient de nazi et ils vous jettent des pierres », se souvient un autre officier de l’unité Nahal (2014).

  • shabbat
  • déplaît
  • ils vous qualifient de nazi

Lorsque les soldats blessent ou tuent un Palestinien, ils reçoivent un cadeau des colons. Ceux-ci bénéficient d’une impunité totale. « Ils savent qu’ils peuvent leur donner des gifles, les frapper, les voler s’ils veulent et que rien ne leur arrivera », résume un sergent de l’unité Nahal (2014). Un autre, de la même année, se souvient d’un rassemblement de colons, fêtant Pourim ; ils lançaient des bouteilles de verre sur les maisons palestiniennes, pendant des heures. Les soldats demeurèrent immobiles. « Notre seule mission était de défendre les juifs », dit le sergent.

  • fêtant Pourim 庆祝普洱节(和普洱茶没有关系哈)
20181128-p4-hebron.txt · 最后更改: 2019/02/13 22:46 由 82.251.53.114