用户工具

站点工具


20181214-p32-biotechnologie

Dans l’Ouest, l’essor des biotechnologies marines

Champ de macroalgues (espèce « Laminaria digitata ») émergé à marée basse dans les environs de Roscoff (Finistère). WILFRIED THOMAS/CNRS

Martine Valo

Plus de 120 start-up travaillent à de nouvelles molécules en s’appuyant sur la recherche scientifique

ROSCOFF (FINISTÈRE) - envoyé spéciale

Se soigner, prendre soin de son corps, entretenir sa mémoire, mais aussi fertiliser ou dépolluer les sols, produire du diesel, créer de nouveaux matériaux… Les hommes misent aujourd’hui beaucoup sur les richesses de l’océan, après avoir exploité jusqu’à l’excès celles de la terre. Le partage des ressources génétiques marines constitue l’un des quatre piliers du futur traité international sur la haute mer, en négociation sous l’égide de l’Organisation des nations unies. Certains ne l’ont pas attendu pour se lancer dans la quête et l’exploitation de nouvelles molécules.

  • sous l’egide de …

Dans l’ouest de la France, le centre d’innovation technologique Capbiotek de Rennes a recensé plus de 120 start-up et PME dans le secteur des biotechnologies marines, installées dans les Pays de la Loire et surtout en Bretagne, leader en la matière. Les 2 700 kilomètres de littoral de la région et sa filière de récolte d’algues comptent certainement dans sa vocation, mais celle-ci est aussi liée à la présence fournie de laboratoires universitaires et d’instituts de recherche sur son territoire. C’est là que naissent la plupart de ces innovations.

  • PME:中小型公司
  • littoral: 海岸线
  • fournie: 密集的

Alternatives aux antibiotiques

A la station biologique de Roscoff (CNRS-université Pierre-et-Marie-Curie), dans le Finistère, plusieurs centaines de scientifiques et de techniciens explorent la biodiversité marine : phytoplancton, bactéries, invertébrés, algues, de l’échelle moléculaire aux écosystèmes complexes. Des collections de plus de 5 000 souches de micro- et macro-organismes y sont conservées. Dans des bassins d’eau de mer glougloutant d’oxygène sont élevés toutes sortes d’occupants, comme ces ascidies, êtres étranges entre vertébrés et végétaux. Ici, l’animal de laboratoire n’est pas la souris, mais la roussette femelle et ses œufs transparents, dont on peut aisément suivre l’évolution. Des oursins granuleux – mâles et femelles, soigneusement séparés –, servent eux aussi d’objets d’étude : leur division cellulaire après fécondation est étudiée dans le cadre des recherches contre le cancer.

  • phytoplancton
  • bactéries
  • invertébrés
  • algues
  • souche: 菌株
  • glougloutant d’oxygene
  • Ascidies, etres etranges entre vertèbres et végétaux
  • la roussette femelle
  • aisément
  • oursins granuleux
  • division cellulaire: 细胞分裂
  • fécondation

Les algues constituent un pilier important des travaux menés à Roscoff. A elle seule, la baie de Morlaix, qui s’étend au pied de la station fondée au XIXe siècle, en abrite 700 à 800 espèces. Les découvertes dans ce domaine débouchent régulièrement sur des applications prisées de l’aquaculture et de l’agriculture. Elles ont permis, par exemple, de mettre au point des produits de biocontrôle, à partir d’un polysaccharide extrait de l’algue brune Laminaria digitata, qui stimulent les défenses naturelles des plantes et limitent donc l’usage des pesticides chimiques. Ces substances sont commercialisées, entre autres, par Goëmar, une société de Saint-Malo, qui développe aussi des alternatives aux antibiotiques utilisés comme facteur de croissance chez les animaux.

  • déboucher
  • biocontrole
  • polysaccharide extrait
  • facteur de croissance

« On cherche de nouvelles molécules », résume Kévin Cascella, ingénieur de recherche, manageur du projet Genialg. L’objectif est de mettre au point des biocarburants de troisième génération à partir de grandes algues. « On travaille sur Saccharina latissima et sur l’ulve [la fameuse algue qui prolifère sur certaines plages bretonnes], poursuit-il. Mais cette dernière est trop saisonnière, on la cultive hors sol. » L’Union européenne croit en ce projet et lui a accordé 12 millions d’euros.

  • biocarburants
  • ulve
  • saisonnière
  • on la cultive hors sol: 无土栽培

Tout près de là, des fenêtres de la société ManRos Therapeutics, qui donnent sur la baie, on pourrait presque apercevoir la station de Roscoff. Laurent Meijer y a été directeur de recherche CNRS. Après trente-deux ans passés dans la recherche fondamentale, ce spécialiste en biologie cellulaire a créé en 2007 cette société de biotechnologie qui développe des molécules destinées au traitement de la mucoviscidose, des maladies neurodégénératives, en particulier la maladie d’Alzheimer, la trisomie 21 et la polykystose rénale.

  • donner sur la baie
  • biologie cellulaire: 细胞生物学
  • la mucoviscidose
  • des maladies neuro dégénératives
  • la maladie d’Alzheimer
  • la trisomie 21
  • la poly kystes renale

L’homme, qui dit avoir eu la chance de travailler avec les trois Prix Nobel ayant œuvré dans ce domaine, est pédagogue. « Le point de départ est l’observation d’œufs d’étoile de mer, qui se divisent très bien, très vite, raconte-t-il. La question était de savoir ce qui commande cette division. Nous nous sommes intéressés aux enzymes qui la rendent possible, les kinases, et à la façon de les bloquer. C’est ainsi que nous avons mis au point une molécule de synthèse, la roscovitine, qui a un effet inhibiteur de kynases. » Les travaux de ManRos sont très attendus. La mucoviscidose touche 70 000 personnes dans le monde. « Nous venons de conduire une étude clinique sur 12 patients pendant 28 jours, rapporte Laurent Meijer. Nous espérons avoir les moyens d’en mener maintenant une sur 180 patients pendant six mois. »

  • étoile de mer: 海星
  • enzyme: 酶
  • les kinases 激酶
  • la roscovitine

Milieu encore inexploré

Le milieu marin suscite de grands espoirs. Il est vu comme le principal gisement de nouvelles molécules dignes d’intérêt des prochaines décennies. La vie y a pris corps durant un milliard d’années avant de coloniser la Terre, or il reste largement inexploré : 300 000 espèces environ (des micro-organismes aux organismes supérieurs) ont été recensées jusqu’à présent, alors que leur nombre est estimé à plusieurs millions. Une étude de 2015, « Les Biotechnologies marines dans le Grand Ouest », évalue le marché mondial des bioressources marines à 2,8 milliards d’euros, avec une croissance de plus de 10 % par an. Le contexte y est favorable, analysent les auteurs : la population mondiale augmente tandis que les ressources terrestres s’amenuisent et que la nécessité de se détacher des énergies fossiles se précise. Depuis les années 1990, en Europe, l’engouement pour l’océan tient aussi aux publics davantage soucieux de leur santé et de l’environnement et aux réglementations plus exigeantes vis-à-vis de la chimie.

  • prendre corps: 成型
  • s’amenuir
  • Engouement 迷恋
  • exigeante: 高要求的

Certaines cyanobactéries, aussi appelées algues bleues, comme la spiruline, connaissent un boom. « Elle est valorisée dans la cosmétique, mais aussi dans l’alimentaire, à la fois pour sa richesse en protéines et pour ses pigments bleus en tant que colorant naturel, » cite par exemple Nathalie Letaconnoux, directrice de Capbiotek. Autre piste sur laquelle plusieurs équipes se penchent : les plastiques réellement biodégradables. Yves-Marie Corre, de l’université de Bretagne-Sud, travaille sur un filament biopolymère contenant de la poudre de coquille d’huître, à laquelle on peut donner la forme d’une prothèse via une imprimante 3D.

  • Cyanobacteria, algues bleues
  • la spiraling: 螺旋藻
  • un filament bio polymère: 生物高分子组成的纤维
  • la poudre de coquille d’huitre
  • Une prothese
  • une imprimante 3D

Tout un pan des bioressources marines puise dans ce qu’offrent les « coproduits », autrement dit les déchets. Dans des registres variés figurent les restes de coquillages transformés en pavés drainant les eaux de pluie, les carapaces de crevettes dont la société norvégienne Marealis tire un produit destiné à réguler la pression sanguine, le collagène des os de raie qui entre dans la composition de colle naturelle, de pansements cicatrisants. A Quimper, la société Abyss’Ingrédients fournit des principes actifs pour l’alimentation d’animaux de compagnie et des compléments alimentaires pour leurs maîtres, à partir de têtes, arêtes, écailles et peaux de poissons sélectionnées dans des conserveries. Elle vise aussi le marché des seniors qui souhaitent bien vieillir. Un marché au fort potentiel.

  • la pression sanguine: 血压
  • le collagène des os de raie
  • pansements cicatrisants
  • arêtes
  • écailles
20181214-p32-biotechnologie.txt · 最后更改: 2019/02/11 12:24 由 82.251.53.114