用户工具

站点工具


20190108-p23-negociation

Commerce : la Chine et les Etats-Unis négocient sous la pression des marchés

Marie De Vergès

Une première session de travail formelle se tient à Pékin depuis la trêve conclue le mois dernier

Moins de deux mois. C’est le délai dont disposent encore officiellement Pékin et Washington avant que s’achève la trêve commerciale de 90 jours conclue début décembre. Avec ce calendrier en tête, négociateurs américains et chinois devaient se rencontrer, lundi 7 et mardi 8 janvier, à Pékin. Leur première session de travail formelle depuis que Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont enterré la hache de guerre, au moins provisoirement, lors d’un dîner à Buenos Aires (Argentine), à l’issue du sommet du G20.

  • s’achever: end
  • enterrer la hache de guerre: 停战
  • provisoirement: 暂时的

Le programme de travail est chargé. Après s’être livrées à une surenchère de droits de douane tout au long du deuxième semestre 2018, les deux premières puissances mondiales sont convenues de régler une longue liste de sujets de contentieux, du non-respect de la propriété intellectuelle au déséquilibre des échanges bilatéraux. Une gageure en quelques semaines seulement, au terme desquelles, faute d’accord, les hostilités pourraient reprendre.

  • se livrer a: engage in
  • une surenchère: an escalation

Or le temps qui passe n’est pas le seul facteur d’inconfort pour les émissaires des deux capitales. A Pékin, on s’inquiète du fait que les voyants économiques passent à l’orange les uns après les autres. L’activité industrielle fléchit, la consommation flanche et l’incertitude perturbe l’investissement. « Leur économie ne va pas bien, ne s’est pas privé de souligner M. Trump, dimanche. Cela les incite fortement à négocier. »

  • les voyants économiques passent a l’orange les uns après les autres. 经济的信号灯一个一个变成橙色。
  • l'activité industrielle fléchit (VPF.p.214) 工业行为也变疲软了。
  • la consommation flanche(VPF.p.214)个人消费坚持不住了

Mais à Washington non plus, la sérénité n’est guère de mise. La Maison Blanche s’est mise à scruter les accès de nervosité des marchés financiers. En décembre, l’indice S&P 500 a perdu 9 % et le Dow Jones 8,7 %. Un signal d’alarme pour Donald Trump, naguère prompt à utiliser l’euphorie boursière à Wall Street comme baromètre du succès de sa politique. Jeudi, c’est l’action Apple qui s’est effondrée, enregistrant sa pire séance depuis six ans. Le groupe à la pomme venait d’émettre un avertissement sur résultats, évoquant notamment les répercussions de la guerre commerciale avec la Chine.

  • naguère 前不久

Atmosphère trompeuse

Ce contexte peut-il favoriser la recherche de compromis ? « Ce qui est clair, c’est qu’il y a une volonté, au sommet, de montrer qu’il y a des échanges fructueux », observe Louis Kuijs, spécialiste de la Chine chez Oxford Economics. Depuis dix jours, de Tweet en conférences de presse, le président américain ne cesse de vanter les progrès de la négociation. « Je pense que nous pouvons conclure un accord avec la Chine », a-t-il répété vendredi. Lui et M. Xi seraient très « impliqué[s] » et « cela se passe très bien ».

  • fructueux 富有成果的
  • impliqué: involved。

De son côté, la Chine a multiplié les gestes de conciliation. Elle a passé de grosses commandes de soja américain et suspendu pour trois mois, à compter du 1er janvier, les surtaxes douanières imposées aux voitures et pièces automobiles importées des Etats-Unis. Soucieux de montrer qu’il tient compte des reproches de Washington, Pékin dit étudier une nouvelle loi pour l’investissement étranger qui interdirait le transfert forcé de technologies.

« Mais sur le fond, toutes ces mesures ne sont pas très significatives. La Chine n’a même pas évoqué la réforme de son secteur public et de sa politique industrielle, note Alicia Garcia-Herrero, économiste chez Natixis. De toute façon, il semble impossible de résoudre, dans un laps de temps aussi court, des différends qui existent depuis des années. »

  • significative 意义重大的

Un accord est possible entre les deux parties avant qu’expire la trêve, selon Mme Garcia-Herrero. Pas un grand « deal » définitif, mais un arrangement fondé sur quelques points concrets, et l’annonce d’un nouveau délai pour continuer à discuter les sujets les plus lourds. Le représentant américain au commerce Robert Lighthizer, l’homme désigné pour ces tractations, est réputé pour sa méfiance vis-à-vis de Pékin. Tout donne à penser qu’il bataillera ferme pour éviter que Donald Trump crie victoire trop facilement en se contentant de quelques promesses.

  • tractation: négociation

D’autant que l’atmosphère est trompeuse. « Malgré les discours vantant la bonne alchimie entre les dirigeants, les tensions de fond sont toujours là et les signes de friction n’ont pas manqué ces dernières semaines », insiste Louis Kuijs. En témoigne l’arrestation, début décembre, par les autorités canadiennes à la demande des Etats-Unis, de Meng Wanzhou, la responsable financière du géant chinois des télécommunications Huawei. Une affaire motivée, selon Washington, par des violations des sanctions contre l’Iran.

  • trompeuse:misleading

A Pékin, on y voit autre chose : la preuve que les Etats-Unis sont prêts à tout pour empêcher la Chine de remporter la bataille pour la domination technologique de la planète. Depuis, le climat entre les deux pays s’est encore tendu. Jeudi, le département d’Etat américain a appelé ses ressortissants à une « prudence accrue » lors de leurs déplacements en Chine, alors que plusieurs Canadiens ont fait l’objet d’arrestations ces dernières semaines.

  • une prudence accrue: increased caution
20190108-p23-negociation.txt · 最后更改: 2019/01/10 15:36 由 82.251.53.114