用户工具

站点工具


20190120-p4-twitter

La police chinoise traque les utilisateurs de Twitter

Simon Leplâtre

Depuis trois mois, des centaines de détracteurs du régime ont été inquiétés et contraints de supprimer leurs messages sur le réseau social

  • détracteur: critique
  • supprimer:删除

SHANGHAÏ - correspondance

Quand la police lui rend visite, le 27 novembre 2018, Cui Haoxin s’attend à passer un mauvais moment : au lieu de prendre un thé chez lui, comme cela arrive de temps en temps à cet écrivain, les agents l’embarquent pour un interrogatoire au commissariat. Le motif, une phrase qu’il a publiée la veille sur Twitter : « Les religions chinoises et la culture traditionnelle ont été détruites pendant la Révolution culturelle. Ensuite, la moralité a disparu. Maintenant, les communistes s’attaquent de nouveau aux religions. »

  • un interrogatoire: interrogation

Les policiers de Jinan, la capitale de la province du Shandong, dans l’est de la Chine, où vit ce poète de la minorité musulmane hui, lui demandent alors de supprimer ce Tweet et quelques autres, qu’ils considèrent comme antichinois.

Comme lui, depuis l’automne, ils sont des centaines d’utilisateurs de Twitter à avoir été interrogés par la police chinoise, qui leur a demandé de ne plus s’exprimer sur ce réseau social, pourtant bloqué en Chine. Fin novembre, déjà, l’ONG Human Rights Watch dénonçait cette campagne d’intimidation en faisant remarquer que « l’attention récente portée par le gouvernement à Twitter – en l’absence de toute manifestation ou mouvement social organisé via Twitter – signale une montée de la répression de la liberté d’expression sous la férule répressive du président Xi Jinping ».

  • sous la férule repressive de … 在。。。的压迫性的统治下。 férule 戒尺

Depuis fin 2018, les autorités semblent avoir encore augmenté la pression sur les Chinois qui utilisent Twitter : de plus en plus d’arrestations ont été signalées. Le schéma est toujours le même : les personnes concernées se voient présenter par la police une liste des Tweet qui déplaisent au gouvernement. On leur demande de les supprimer et de signer une déclaration par laquelle ils promettent de ne pas publier de « commentaires inappropriés sur le gouvernement », et de ne plus utiliser ni Twitter ni leur VPN (réseau privé virtuel), les logiciels permettant de contourner la censure.

  • le schéma: pattern

Les médias chinois sont soumis à une étroite censure, et de nombreux sites étrangers comme Twitter, Facebook et Google, sont bloqués dans le pays. Pour y accéder, il faut donc recourir à des VPN. Or la Chine s’est dotée en 2017 de nouvelles réglementations interdisant le recours à des VPN chinois non autorisés. Et certains utilisateurs de logiciels téléchargeables sur des sites étrangers ont commencé à être sanctionnés.

  • être soumis a une étroite censure: 遭受严格的审查

Entre 2017 et 2018, l’enchaînement du 19e congrès du Parti communiste, qui avait vu Xi Jinping reconduit au pouvoir pour cinq ans, et de l’Assemblée nationale du peuple, lors de laquelle fut abrogée la limite des deus mandats pour le président chinois, avait été le prétexte à une vaste opération de censure.

  • l’enchaînement: sequence.

« J’ai activé@Tweet_delete »

Mais, passé ces événements, le climat ne s’est pas détendu : lors de la dernière campagne de « nettoyage » du Web, en mai 2018, 4 000 sites et 147 000 « informations dangereuses » auraient été supprimés, d’après l’Office national chinois contre les publications pornographiques et illégales, cité par l’agence Chine nouvelle.

  • se détendir: 缓和,放松

Face au renforcement de la censure, davantage de Chinois libéraux ont migré vers Twitter, explique Patrick Poon, porte-parole d’Amnesty International à Hongkong : « Il y a environ dix ans, beaucoup d’activistes utilisaient Twitter. Puis ils sont passés sur des plates-formes chinoises comme Weibo et Wechat, parce que c’était plus facile que d’utiliser un VPN. Mais, depuis un an à peu près, de plus en plus d’activistes reviennent sur Twitter, sans doute parce qu’ils sont las de la censure sur les médias sociaux chinois. Malheureusement, cela a attiré l’attention des autorités, qui s’en prennent désormais à eux. »

  • être las de qch. 对。。。表示厌倦
  • S’en prendre a qn. 批评某人

La police politique a fait passer des avertissements aussi bien à des personnalités en vue, comme l’historien indépendant et critique du régime Zhang Lifan ou le militant pro-démocratie cantonais Wang Aizhong, qu’à des inconnus qui ne comptent parfois que quelques centaines d’abonnés sur Twitter.

  • abonnés: 订阅者

La campagne a même touché des personnes inactives depuis des années, comme Wu Gan, un dissident qui purge une peine de huit ans de prison depuis 2015 pour « subversion du pouvoir de l’Etat », pour avoir dénoncé le système judiciaire chinois en organisant des manifestations devant des tribunaux. Le 9 novembre, son compte Twitter a brièvement affiché le message « j’ai activé@Tweet_delete sur mon compte », avant que ses 30 277 Tweet disparaissent. Cet épisode suggère que des pirates au service du gouvernement ont pris le contrôle de son compte.

  • purger une peine de huit ans de prison: 服八年的徒刑。注意这里purger的用法

Huang Chengcheng, critique du gouvernement chinois habitant Chongqing, dans le centre de la Chine, a, lui, subi huit heures d’interrogatoire pieds et poings liés sur une chaise en métal, le 4 janvier. « Au bout de huit heures, c’est très difficile à supporter », explique M. Huang, qui a passé deux ans en camp de rééducation par le travail en 2010, avant d’être réhabilité.

  • pieds et poings sur une chaise en metal: 手脚绑在一个金属椅子上。
  • être réhabilité: 被平反。 (VPF.p.232)Au terme d’un long processus, cette femme accusée a tort et désormais décédée, a été réhabilitée(=sa mémoire a été rendue a l’estime publique). Sa réhabilitation a ete un soulagement pour sa famille, qui tient a sa réputation.

« Ils m’ont demandé comment je “sautais le mur” [en référence à la « grande muraille numérique », nom donné au système qui verrouille le Web chinois]. Ensuite, ils m’ont montré une liste de Tweet et m’ont demandé si c’était bien moi qui les avais écrits », raconte-t-il. M. Huang a finalement dû promettre par écrit de ne plus utiliser de VPN ni de critiquer le gouvernement chinois.

  • sauter le mur: 翻墙
  • verrouiller: 上闩。 封锁

Sermon patriotique

Les bases juridiques de ces procédures sont douteuses. Huang Chengcheng s’est vu accuser en vertu d’une loi sur Internet datant de 1996. Sur le récépissé qu’il a exigé de la police et que Le Monde a pu lire, il est écrit qu’il a « ouvert et utilisé sans autorisation un canal pour se connecter au réseau international ».

  • le récépissé: 收据,回条

Quand Wang Jiansong, professeur à l’Institut des relations du travail de Pékin, a demandé à la police quelle loi il avait violée en s’exprimant sur Twitter, il a eu droit à un long sermon sur son manque de patriotisme et on le menaça de lui retirer sa pension de retraite. Mais il n’obtint pas de justification juridique.

  • avoir droit a un long sermon

Pan Xidian, employé d’une entreprise de construction, arrêté pour avoir republié sur Twitter une caricature de Xi Jinping, a été envoyé en détention deux semaines pour avoir « troublé l’ordre public ». « Ce sont des excuses, ils n’ont pas d’accusations claires, explique-t-il. Leur méthode consiste à arrêter les gens pour les mettre sous pression, leur faire peur, pour qu’ils fassent attention à ce qu’ils disent. »

20190120-p4-twitter.txt · 最后更改: 2019/01/25 17:27 由 82.251.53.114