用户工具

站点工具


20190129-p4-canada

Justin Trudeau limoge l’ambassadeur du Canada en Chine

Anne Pélouas

John McCallum paie ses propos sur la possible extradition de la directrice financière de Huawei

  • payer ses propos: 为他的讲话付出代价。 注意这里payer的用法
  • propos:comments

MONTRÉAL - correspondance

Dans un geste sans précédent, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a exigé, samedi 26 janvier, la démission de l’ambassadeur du Canada en Chine, John McCallum. Celui-ci avait provoqué la controverse, à deux reprises, mi-janvier, en s’autorisant des commentaires sur la demande américaine d’extradition de Meng Wanzhou, directrice financière du géant chinois des télécommunications, Huawei, arrêtée le 1er décembre 2018, à Vancouver.

  • un geste sans précédent 前所未有的动作
  • exiger la démission de … 要求。。。的辞职
  • provoquer la controverse 激起争议
  • a deux reprises 两次

Le dépôt de la demande d’extradition par les Etats-Unis, qui accusent Mme Meng d’avoir eu recours à une société-écran pour que Huawei contourne les sanctions américaines contre l’Iran, est imminent, le délai prenant fin le 30 janvier. Placée en liberté surveillée depuis début décembre à Vancouver, où elle possède deux luxueuses demeures, elle doit comparaître devant un juge canadien, le 6 février, pour une première audience.

  • dépôt 这里是filing的意思,不是常见的仓库的意思
  • prendre fin 结束
  • comparaître 出庭

L’arrestation a provoqué une crise diplomatique entre Pékin et Ottawa : en d’évidentes représailles, la Chine a arrêté deux Canadiens, en décembre, pour « menace à la sécurité nationale », en a détenu au moins onze autres, dont la plupart ont été relâchés depuis, et a condamné un ressortissant canadien à la peine capitale en appel dans une affaire de trafic de drogue.

  • provoquer une crise diplomatique 引发外交危机
  • en d’evidentes représailles 明显的报复

Face aux pressions de Pékin, M. Trudeau n’a cessé de rappeler l’indépendance du judiciaire face au pouvoir politique dans le système canadien. Or, à deux jours d’intervalle, mercredi 23 et vendredi 25 janvier, M. McCallum est venu contredire la ligne du chef de gouvernement.

  • l’indépendance du judiciaire 司法独立
  • a deux jours d’intervalle 隔了两天

De passage en Ontario, l’ambassadeur a d’abord déclaré à des journalistes chinois de Toronto que l’avocat de Mme Meng disposait d’« un dossier très solide » pour s’opposer à son extradition, alors qu’il n’appartient pas aux diplomates de se prononcer sur le fond d’une affaire. Il a énuméré plusieurs points, plaidant en sa faveur, évoquant notamment « l’implication politique de Donald Trump », qui a tweeté sur le sujet. Certains observateurs étrangers en Chine se sont demandé s’il ne s’agissait pas d’un geste envers Pékin, mais ses propos ont laissé la diplomatie canadienne perplexe. « C’est pratiquement impossible à comprendre », a déclaré étonné David Mulroney, qui fut lui-même ambassadeur du Canada en Chine.

  • 普通列表项目

Mea culpa

Andrew Scheer, chef de l’opposition conservatrice à Ottawa, a alors appelé M. Trudeau à limoger le diplomate, mais le premier ministre s’y est dans un premier temps refusé, estimant qu’un rappel de son ambassadeur à Pékin n’aiderait pas à obtenir la libération des deux Canadiens arrêtés en Chine. Le lendemain, M. McCallum faisait son mea culpa, reconnaissant s’être « mal exprimé ».

  • faire son mea culpa 承认错误。

Mais, à peine vingt-quatre heures plus tard, une journaliste du Star Vancouver l’interrogeait dans un restaurant, et M. McCallum estimait que ce serait « très bien pour le Canada » si Washington renonçait à demander l’extradition de Mme Meng. Il ajoutait qu’un accord global entre Pékin et Washington pour mettre fin à la guerre commerciale devrait nécessairement inclure la libération des deux Canadiens arrêtés en Chine. « Nous devons nous assurer que si les Etats-Unis passent un tel accord, il inclura la libération de nos deux ressortissants, et les Etats-Unis en ont bien conscience », ajoutait-il.

  • 普通列表项目

M. Trudeau a aussitôt exigé le départ de M. McCallum, qui fut ministre de l’immigration de novembre 2015 à janvier 2017 dans son premier gouvernement. « J’ai demandé à John McCallum de me remettre sa démission de son poste d’ambassadeur du Canada en Chine et je l’ai acceptée », déclarait le premier ministre, samedi, dans un communiqué. Cet épisode fragilise M. Trudeau, à huit mois d’élections fédérales. « On n’aurait jamais dû en arriver là », commentait sur Twitter M. Scheer.

La Chine n’entend pas réduire la pression tant que Mme Meng n’est pas libre de quitter le territoire et voit dans le limogeage de l’ambassadeur McCallum un signe de l’inquiétude que Pékin a suscitée au Canada. « Ottawa est désormais sensible comme un oiseau apeuré », se félicitait, lundi, le quotidien nationaliste Global Times.

  • un oiseau apeuré 惊弓之鸟
  • se féliciter: 高兴
20190129-p4-canada.txt · 最后更改: 2019/02/01 10:53 由 82.251.53.114