用户工具

站点工具


20190215_p19-maya

Les cinq merveilles du monde maya

Le temple Le Castillo est le plus grand édifice de Tulum. DE AGOSTINI PICT. LI/AKG-IMAGES François Bostnavaron

Loin des clichés de la riviera mexicaine, la péninsule du Yucatan est un concentré d’histoire précolombienne, du temple des Inscriptions, à Palenque, à la pyramide ovale

VOYAGE MERIDA (YUCATAN, MEXIQUE)

Pour nombre de touristes, la péninsule du Yucatan, et sa Riviera Maya, dans le sud-est du Mexique, se résume souvent à quelques plages de sable blanc bordées par l’eau turquoise de la mer des Caraïbes. Un littoral seulement accessible par d’immenses hôtels all inclusive, devenus depuis plusieurs années la Mecque des jeunes spring-breakers américains. Si ce tourisme festif existe, le Yucatan ne se limite pas à ces clichés.

  • un littoral 海边
  • la Mecque des jeunes spring-breakers américaines 美国年轻人春假的胜地(麦加)
  • se limiter à 局限于

La péninsule est à elle seule un concentré d’histoire. D’histoire coloniale avec Merida, la capitale de l’Etat, Campeche, ou Valladolid. D’histoire naturelle avec la réserve de biosphère de Sian Ka’an, située le long de la péninsule, l’une des plus grandes du continent avec ses 2,5 millions d’hectares ou celle de Calakmul, dans l’Etat de Campeche. Et bien sûr d’histoire maya, que nous avons découverte à travers les plus beaux et riches sites précolombiens du pays.

  • a elle seule 就自身而言
  • un concentré d‘histoire 历史的浓缩
  • précolombiens 哥伦布前时期

Chichen Itza et le Quetzalcoatl

Sa proximité avec Cancun en fait l’un des sites les plus visités du Yucatan. Dès l’entrée, le ton est donné : des guides locaux tentent de séduire les nombreux touristes, et les premières échoppes offrent leurs étals colorés. Ici des panamas à foison, plus loin des calaveras, ces fameux petits crânes en céramique, là de très kitsch sombreros-cendriers… Au-delà du folklore, Chichen Itza est de loin le plus complet et le mieux mis en valeur de tous les sites mayas.

  • échoppes
  • étals colorés
  • des panamas a foison
  • calaveras
  • kitsch sombreros-cendriers
  • de loin

La plus belle surprise, au-delà des pyramides et des temples, reste le fameux juego de pelota, ce stade aux dimensions impressionnantes (30 mètres sur 100), théâtre d’une compétition de balle rituelle dont on dit que les perdants ou les gagnants, c’est selon, étaient décapités. Les guides francophones ne manquent jamais de préciser que c’est à Chichen Itza, où l’on vénérait le dieu Quetzalcoatl, le serpent à plumes, que Gérard Oury tourna son film La Vengeance du serpent à plumes, avec Coluche, en 1984. Sur la route qui va nous mener à Merida, la capitale yucatèque appelée la Ville blanche, où l’empreinte espagnole est omniprésente, il faut s’arrêter à Ik Kil. Appelé aussi cenote bleu sacré, il est très impressionnant avec ses 60 mètres de diamètre et ses 35 mètres de profondeur qui font la joie des plongeurs de haut vol. Le Yucatan affiche la plus importante concentration de ces gouffres remplis d’eau douce provoqués par l’effondrement de grottes souterraines.

  • les perdants ou les gagnants
  • décapoté 砍头
  • vénérer
  • le serpent a plumes
  • l’empreinte espagnole est omniprésente
  • dénote bleu sacré
  • gouffres remplis d’eau douce
  • l’effondrement

La pyramide ovale d’Uxmal A 80 kilomètres de Merida se trouve Uxmal. Moins fréquenté que Chichen Itza, c’est le seul site à posséder une pyramide à base ovale, une vraie curiosité, tout comme le palais du gouverneur, chef-d’œuvre avec plus de 20 000 éléments ciselés représentant pêle-mêle des masques, des personnages, des motifs géométriques. Uxmal est sûrement ce qu’il y a de plus beau à voir au Yucatan.

  • ciselés
  • pêle-mêle

Ici, les pyramides et les temples s’appellent la maison des Tortues, le quadrilatère des Nonnes ou encore la pyramide du Devin. Uxmal signifierait « trois fois construite », car la cité aurait été occupée et abandonnée à plusieurs reprises, mais, comme souvent, cette interprétation est sujette à caution. Pour certains chercheurs, ce nom voudrait dire « ce qui est à venir », le « futur ». Construite vers 700, son apogée aurait été courte, de l’an 800 à 950 environ, mais ses vestiges, de style puuc (du nom de cette région du Yucatan), présente trois grandes caractéristiques : édifices de grandes dimensions, utilisation de la voûte maya en encorbellement et de colonnes, et prédominance du décor géométrique sur les façades, qui font de cet endroit qui jadis accueillit plus de 25 000 habitants un site incontournable.

  • apogée 顶峰
  • encorbellement
  • un site incontournable

Les neuf étages de Palenque

La route se poursuit désormais vers le sud profond du Mexique, direction Palenque, dans l’Etat du Chiapas. Cette cité maya de taille moyenne se visite de préférence au petit matin. Les archéologues estiment que seulement 5 à 10 % du site ont été fouillés sur un total de 60 km2. Des 200 structures mises au jour, le palais et le temple des Inscriptions font partie des incontournables. Le temple des Inscriptions surmonte une pyramide à neuf degrés (les neuf niveaux de l’inframonde dans la croyance maya) d’une vingtaine de mètres de hauteur. S’y trouvent trois panneaux de glyphes, ces inscriptions gravées dans la pierre qui forment l’écriture maya et racontent l’histoire de Palenque de 514 à 684 après J.-C.

  • la croyance maya

Becan, au cœur de la jungle Après cette incursion au Chiapas, retour vers le Yucatan, direction Becan, dans la réserve de Calakmul. En traversant une jungle touffue façon Indiana Jones, on arrive sur ce petit site très attachant et peu fréquenté. Il faut gravir la plus haute des pyramides pour bénéficier d’une vue incroyable sur la forêt tropicale qui entoure les lieux. Souvent, de jeunes écoliers, à la sortie de l’école, jouent les guides pour quelques pesos. C’est aussi à Becan que se trouve la dernière voie couverte des Mayas : un petit tunnel de pierre sous lequel on peut passer, en file indienne.

  • une jungle touffue façon Indiana Jones
  • gravir
  • de jeunes écoliers
  • en file indienne

Le site possède une autre rareté dans l’architecture précolombienne : une muraille et des douves, comme dans nos châteaux forts. Traduisent-elles des relations belliqueuses avec les autres cités ou une simple division due à une séparation de classe ? Les spécialistes cherchent encore.

  • rareté
  • des relations belliqueuses

Tulum, face à la mer L’endroit est unique, notamment pour sa position sur une falaise qui domine la mer. Le temple baptisé Le Castillo par les Espagnols est le plus grand édifice du site, le plus haut et le plus célèbre. Mais il ne faut pas pour autant négliger le temple du Dieu descendant ou plongeant – facile à reconnaître, car il a les pieds au-dessus de la tête – et le temple de la Stèle. A la différence des autres sites plantés au milieu de la jungle, celui-ci offre, pour les plus courageux, prêts à descendre un escalier assez raide au nord du Castillo, un accès à une petite plage pour plonger dans la mer des Caraïbes. Sauf si les tortues, qui viennent pondre en contrebas de Tulum, en ont décidé autrement.

  • les tortues
  • en contrebas de
20190215_p19-maya.txt · 最后更改: 2019/03/03 20:32 由 82.251.53.114