用户工具

站点工具


20190218-p14-satellite

Russie Les anciens satellites s’émancipent

  • s'émanciper: 解放

Isabelle Mandraud

Vingt-huit ans après la chute de l’URSS, la méfiance vis-à-vis de Moscou grandit dans ses anciennes Républiques. Malgré des liens de dépendance toujours prégnants, le modèle russe montre ses limites. La Moldavie, où des législatives ont lieu le 24 février, fait partie de ces Etats qui oscillent entre Russie et Europe

  • pregnant: significant

MOSCOU - correspondante

Lorsque Nikol Pachinian s’est avancé vers son hôte, l’accueil a été un peu frais. « Alors, vous êtes venu à pied jusqu’à Sotchi ? », l’a toisé Vladimir Poutine. Ce 14 mai 2018, le chef du Kremlin recevait pour la première fois, sur les bords de la mer Noire, le nouveau dirigeant arménien. Après plusieurs semaines de manifestations dans son pays, qu’il a parcouru à pied, en baskets, pour rallier la population dans son combat contre la corruption, il est arrivé au pouvoir le 8 mai 2018. Le pire des scénarios aux yeux de Moscou.

  • hôte: 主人
  • l’accueil a été un peu frais: 接待的态度有点冷淡
  • toiser 蔑视的打量 (VPF.p.48)il m’a toisé du haut de son 1,95 m, je me suis senti tout petit.
  • en baskets: 穿着篮球鞋
  • rallier la population: rally the people

Les deux hommes ont su s’adapter. Le président russe n’a pas cherché à interférer dans la « révolution de velours » qui a emporté, à Erevan, l’ancien régime installé depuis des décennies et avec lequel Moscou entretenait des liens étroits. Trop risqué, après l’Ukraine. De son côté, l’ex-opposant arménien, âgé de 43 ans, a pris soin de rassurer son interlocuteur en fournissant des gages de bonne volonté. Alors qu’il était encore en période de transition, le gouvernement fraîchement formé par Nikol Pachinian a ainsi envoyé 100 militaires en Syrie, s’attirant au passage l’attention sourcilleuse des Etats-Unis.

  • la révolution de velours:or la révolution douce. 原指捷克在1989年开展的不流血的革命. Velours 是天鹅绒的意思
  • en fournissant des gages de bonne volonté 提供善意的承诺
  • le gouvernement fraîchement formé 刚刚组成的政府
  • l’attention sourcilleuse des Etats-Unis 美国挑剔的目光

Officiellement, il s’agissait d’une opération « humanitaire » à destination de l’importante diaspora arménienne implantée en Syrie, notamment à Alep. Officieusement, le ministère de la défense arménien répondait à une requête pressante de la Russie de participer au déminage du territoire syrien. Quelques mois plus tard, le 25 janvier, à Moscou, Nikol Pachinian prenait, au nom de l’Arménie, la présidence de l’Union économique eurasiatique (UEEA), une association de plusieurs pays ex-soviétiques, qu’il avait pourtant vertement critiquée quand il était dans l’opposition. La dépendance de ce petit pays du Caucase de 3,5 millions d’habitants à l’égard de son puissant voisin russe est bien trop importante pour renverser la table.

  • une requête pressante: 紧急的请求 (VPF.p.84)
  • déminage : 排雷
  • vertement critiquée 严厉的批评。(VPF.p.84)A la question agressive du journaliste, le ministre a répliqué vertement = sèchement, il a fait une réplique cinglante (= agressive). Il a rétorqué = riposte que cela ne le concernait pas. Il a cloué le bec au journaliste et il lui a renvoyé la balle.
  • Caucase;高加索地区

Il n’empêche. « A quel point un pays affichant des ambitions de gouvernance démocratique peut-il cohabiter avec des gouvernements autoritaires ? », s’interroge tout haut Artur Sakunts, président de la branche arménienne du Groupe d’Helsinki, un réseau civil pour la défense des droits de l’homme créé dans l’espace soviétique. Au sein de la Communauté des Etats indépendants (CEI), l’alliance qui a pris la succession de l’URSS, en 1991, la Géorgie et l’Ukraine ont déjà rompu les ponts, en 2009 pour la première, définitivement en 2018 pour la seconde. Sur les neuf pays restants, trois autres ont connu une alternance politique encore rarissime dans l’espace post-soviétique. La Moldavie, le Kirghizistan et, désormais, l’Arménie côtoient ainsi des régimes inamovibles, fortement calqués sur le modèle traditionnel soviétique.

  • il n'empêche 尽管如此。
  • la Communauté des États indépendants (CEI) 独联体
  • rompre les ponts: 断绝关系
  • une alternance politique 政治上的改变
  • rarissime:非常少见
  • côtoyer 在。。。一侧
  • inamovible: unremovable
  • calqué 以。。。为模版

Noursoultan Nazarbayev dirige le Kazakhstan depuis 1990 ; Emomalii Rhamon est à la tête du Tadjikistan depuis 1992 ; Alexandre Loukachenko est resté le premier président de la Biélorussie depuis 1994 ; Ilham Aliev a succédé à son père en Azerbaïdjan, en 2003 ; quant à Vladimir Poutine, il est au pouvoir en Russie depuis 2000. En Ouzbékistan, l’ex-premier ministre Chavkat Mirziyoyev a pris la relève de l’indéboulonnable Islam Karimov après la mort de ce dernier, en 2016 – depuis, il pratique une politique d’ouverture tous azimuts, inédite jusqu’ici.

  • prendre la relève de l‘indéboulonnable Islam Karimov 接替不可阻挡的karimov
  • ouverture tous azimuts 全面开放

Un peu de chantage

Cette situation hétérogène est jugée menaçante par la Russie, qui se veut le pivot de l’ensemble. Les deux guerres menées contre la Géorgie, en 2008, puis contre l’Ukraine, en 2014, ont durablement nui à son image, dans sa propre arrière-cour géopolitique. Et malgré des déclarations conciliantes, notamment en Arménie ou au Kazakhstan, aucun des pays de la CEI n’a formellement reconnu l’annexion de la Crimée par la Russie, pas plus qu’ils n’ont reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie.

  • hétérogène 多样化的
  • pivot 支点
  • durablement nui a son image 长远地伤害了俄国的形象。 nui是nuire的过去分词
  • dans sa propre arrière-cour géopolitique 在它自己的地缘政治的后院

Pis, ces alliés se montrent de plus en plus à cheval sur leur souveraineté, et développent leurs relations avec d’autres espaces géopolitiques, quitte parfois à exercer un peu de chantage sur leur flanc est. « L’espace post-soviétique est une source de problèmes constants pour la Russie », affirmait, en janvier, le quotidien russe Kommersant.

  • pis:worse
  • se montrer à cheval sur 表示严格坚持。。。 a cheval sur: 固定用法

« L’Arménie, par exemple, a toutes les raisons de faire partie du système russe, ce qui implique un contrôle économique et politique », juge Laurent Chamontin, spécialiste de l’ex-URSS et auteur d’Ukraine-Russie, pour comprendre (Diploweb, 2017). « D’un autre côté, poursuit cet expert français, et c’est toute l’ambiguïté de la situation actuelle, les événements de 2018 portent les mêmes demandes de modernisation à l’œuvre en Ukraine et en Géorgie. » Or, les précédents conflits qui ont émergé dans ces deux pays ont entraîné, en 2014, l’introduction, dans la doctrine militaire russe, d’un nouveau danger, ainsi identifié : « L’établissement dans les Etats voisins de la Fédération de Russie de régimes dont la politique menace ses intérêts, y compris à la suite du renversement d’un pouvoir légitime. »

Des élections scrutées à la loupe

Vingt-huit ans après la chute de l’URSS, dissoute en décembre 1991, les coutures de l’ancien monde soviétique continuent de craquer, et Moscou, dont l’hostilité ne cesse de croître à l’ouest de ses frontières, doit batailler pour garder son influence à l’est. Les élections sont scrutées à la loupe. Déjà, de nouvelles échéances « à risque » se profilent : le 24 février, des élections législatives considérées comme un test entre un choix « prorusse » ou « proeuropéen » doivent avoir lieu en Moldavie – sans parler du scrutin présidentiel en Ukraine, prévu en mars-avril.

  • dissoute 解体。dissoudre 的过去分词
  • couture 接缝
  • batailler 斗争
  • être scrutée a la loupe 被仔细观察。a la loupe 用放大镜
  • échéance;deadline

Face au président moldave, Igor Dodon, en visite à Moscou le 30 janvier, Vladimir Poutine a annoncé la levée de l’embargo russe sur les fruits, les légumes et le vin, infligé à Chisinau en représailles à l’accord d’association signé en juin 2014 entre l’Union européenne (UE) et la Moldavie dans le cadre du Partenariat oriental. Le chef du Kremlin – qui a également assoupli les règles pour quelque 170 000 immigrés moldaves en situation précaire – a toutefois pris le soin d’assortir sa décision d’une éventuelle date de péremption… en mars.

  • la levée de l’embargo russe: 解除俄国的禁运
  • infliger à 使遭受
  • en situation précaire 危险的境地
  • prendre le soin de faire qch. 小心做某事
  • Assortir sa decision d‘une éventuelle date de péremption. 把自己的决定匹配一个最终的截止日期。 date de péremption: 截止日期。

« Nous surveillerons ensemble les progrès », avait déclaré Poutine sans ambages, ajoutant, plus explicitement encore : « Il va sans dire que nous ne sommes pas indifférents en Russie au futur Parlement moldave, qui formera le gouvernement. Le développement des relations russo-moldaves en dépendra largement… »« Ingérence ! », a fulminé une partie de l’opposition.

  • sans ambages 直接地,不拐弯抹角的
  • ingerence 干涉内政
  • fulminer 咆哮,暴怒 (VPF.p.126)

« Il y a très peu de pays, dans la CEI, où les élections comptent, relève Nicu Popescu, analyste au Conseil européen des relations internationales. Et cela rappelle l’Ukraine de 2004, lorsque le soutien de Moscou était tellement manifeste qu’il en devenait grotesque. A l’époque, les Russes avaient offert des facilités aux Ukrainiens pour entrer, voyager et travailler sur leur territoire bien plus généreuses que pour les autres Etats de la communauté. »

  • relèver: 指出
  • grotesque 荒唐可笑的

Quoique petite par sa taille, pauvre de surcroît et enclavée entre la Roumanie et l’Ukraine, la Moldavie abrite elle aussi un territoire prorusse autoproclamé indépendant : la Transnistrie. Depuis la dislocation de l’URSS, en 1991, cet « Etat » situé sur les bords du Dniestr, non reconnu par la communauté internationale, bat sa monnaie – le rouble transnistrien – et accueille toujours sur son sol des troupes russes. Or, chaque tentative des autorités moldaves, quelle que soit leur couleur politique, de se rapprocher de l’UE s’accompagne sans cesse d’une revendication de la Transnistrie de rattachement à la Russie…

  • quoique petite par sa taille: 尽管面积小。 quoique= bien que
  • de surcroît 加之,另外。
  • enclavée: landlocked
  • bat sa monnaie 发行自己的货币。

« L’espoir de Moscou, souligne Nicu Popescu, c’est qu’avec [le président] Dodon, la Transnistrie soit réintégrée dans la Moldavie, ce qui lui apporterait un soutien de poids avec de nouveaux électeurs et des élus. Mais ça, c’est sur le papier, car un tel élargissement créerait d’énormes difficultés. » Ancien ministre de l’économie à l’époque soviétique, le président moldave, qui multiplie les allées et venues à Moscou pour ménager son grand voisin, n’ignore pas non plus les réalités économiques : 60 % des exportations moldaves vont vers l’Europe, contre 10 % vers la Russie, et pas seulement à cause de l’embargo.

  • un soutien de poids

Face au Partenariat oriental, mis en œuvre par l’UE en 2009 pour renforcer la coopération avec six pays de l’ex-URSS – Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Moldavie et Ukraine –, la Russie a réagi en donnant naissance à l’Union économique eurasiatique (UEEA). L’Ukraine aurait voulu intégrer les deux ; l’Arménie a tergiversé sous la pression de Moscou. Mais dans un contexte plombé dès 2014 par le conflit en Ukraine et les sanctions internationales imposées à la Russie, l’UEEA, lancée en grande pompe l’année suivante par Vladimir Poutine, fonctionne a minima. Destinée à créer un marché commun sur le modèle européen entre l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Russie, elle apparaît tétanisée, « cryogénisée » diront même certains, par les tensions internationales et par les aspirations de ses membres à préserver leur souveraineté.

  • tergiverser: 拖延时间
  • elle apparaît tétanisée, cryogénies diront meme certains.

Les projets de libéralisation du marché de l’énergie, des services, la libre circulation de la main-d’œuvre ont été repoussés ou sont restés dans les cartons. Les échanges reposent toujours pour l’essentiel sur les relations bilatérales qu’entretient Moscou avec ses partenaires. La concurrence économique de la Chine en Asie centrale se ressent chaque jour davantage, tandis que la crainte de tomber sous le coup des sanctions américaines entrave les initiatives. La Moldavie, qui a reçu en 2017 le statut d’observateur, reste sur un strapontin. Et, à ce jour, Nikol Pachinian est le seul dirigeant à avoir mis les pieds au siège de l’Union, à Moscou…

  • restés dans les cartons;être en attente ou complètement oublié
  • entraver les initiatives 阻碍动机
  • rester sur un strapontin: remain on an backseat.

« L’absence de modèles social et économique constitue le problème de départ, estime l’expert français Laurent Chamontin. La Russie n’a pas d’autre chose à proposer qu’un système fondé essentiellement sur la redistribution de la rente pétrolière, sous un contrôle étatique de plus en plus étroit, et avec un héritage contesté d’oligarchie, d’inégalités et de corruption. »

  • la rente pétrolière 石油的收益

« Il y a beaucoup de préjugés sur les missions et les objectifs de l’UEEA, qui a été considérée comme un instrument de restauration soviétique de la domination russe, mais c’était avant tout un mécanisme calqué sur l’UE, expose pour sa part Andreï Kortounov, directeur du Conseil russe pour les affaires internationales, l’un des plus importants think tanks à Moscou. Sauf que le succès de l’expérience européenne a été possible avec deux locomotives comme la France et l’Allemagne, et qu’il n’en existe aucune sur le terrain de l’ex-URSS. » La Russie, ajoute le politologue, ne peut pas prétendre à ce rôle : « Les réformes intérieures ont été retardées, le système est toujours lié à l’oligarchie et à la corruption. Avec un tel modèle, elle ne peut pas devenir locomotive, et tant que la Russie ne proposera pas un autre modèle socio-économique, ce sera difficile. Beaucoup, à Erevan par exemple, estiment que l’intégration de l’Arménie repose avant tout sur la sécurité. »

  • un mécanisme calqué sur l’UE 一个模仿欧盟的机制

C’est le domaine par excellence permettant à Moscou de tenir ses marches. Six pays – Arménie, Biélorussie, Kazakhstan, Kirghizistan, Russie et Tadjikistan – restent liés par l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), signé en 2002. Mais, là aussi, des tensions sont apparues depuis le changement de pouvoir à Erevan. Nikol Pachinian a démis de ses fonctions son représentant, Youri Khatchatourov, un ancien vice-ministre de la défense qui assurait la fonction de secrétaire général. Surtout, le premier ministre arménien a mis les pieds dans le plat en posant ouvertement la question des ventes d’armes russes à l’Azerbaïdjan, un pays avec lequel l’Arménie est en conflit à propos de l’enclave du Haut-Karabagh.

« que des “petits frères” »

Si la dépendance des pays de l’UEEA et de l’OTSC reste forte à l’égard de la Russie, la solidarité montre ainsi ses limites. En s’abstenant de voter au Conseil de sécurité de l’ONU pour la résolution russe visant à condamner les frappes aériennes lancées en avril 2018 par l’aviation américaine, française et britannique, contre le régime syrien de Bachar Al-Assad, le Kazakhstan en a fait la démonstration, s’attirant en retour les foudres de son voisin.

  • s’attirer les foudres de son voisin: 招致邻国的怒火
  • en retour: as return

« Aux yeux de Moscou, nous ne sommes que des “petits frères”, et plus ça va, plus ça s’accentue », fustigeait le politologue kazakh Dossym Saptaiev, dans une tribune publiée peu après par le magazine Forbes en version russe. « Cela signifie (…) que, en politique étrangère, prévaut le principe “qui n’est pas avec nous est contre nous”, poursuivait-il. Et apparemment, les idéologues du Kremlin veulent retenir les partenaires de l’UEEA et de l’OTSC de manière à ce que la Russie endure plus facilement sa solitude. »

  • fustiger
  • prévaloir: prevail.

Il y a d’autres sujets de crispation. Les visas, par exemple. Leur assouplissement vis-à-vis des ressortissants américains, au Kazakhstan de nouveau, a fait tousser Moscou. Au ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, qui réclamait « une certaine coordination au sein de l’UEEA », Astana a sèchement répondu : « L’UEEA n’est pas une organisation politique qui devrait en quelque sorte restreindre la souveraineté nationale du Kazakhstan. ». Et la Biélorussie, la plus fidèle alliée jusqu’ici de la Russie, a récemment confirmé son intention d’élever le nombre, très limité, de diplomates américains sur son territoire.

  • crispation: tension.
  • assouplissement: 放松
  • faire tousser Moscou 使莫斯科咳嗽。

La langue russe elle-même perd du terrain dans l’espace post-soviétique. Au Kirghizistan, dirigé depuis 2017 par Sooronbay Jeenbekov, qui a commencé sa carrière en enseignant la littérature russe, quarante-sept organisations et partis de l’opposition ont réclamé un référendum afin de promouvoir le kirghiz comme unique langue officielle. Le Kazakhstan a pour sa part pris la décision de remplacer le cyrillique par l’alphabet latin.

  • réclamer un référendum
  • le kirghiz: 科尔济斯语
  • remplacer le cyrillique par l’alphabet latin 用拉丁字母代替西里尔字母

« Dans un premier temps, la Russie pouvait espérer hériter de l’URSS la pratique commune de la langue, de la culture, des standards communs d’éducation, bénéficier des mariages mixtes et de la présence de diasporas russes, mais, après près de trente ans, ces facteurs jouent beaucoup moins qu’avant, note le politologue Andreï Kortounov. Il faut trouver d’autres sources de “soft power” pour les jeunes générations orientées vers d’autres cultures. Or, si le modèle n’attire pas, il n’est pas un vecteur d’imitation. Au XXIe siècle, on ne peut plus se contenter de Tolstoï et de Dostoïevski. »

  • un vecteur d’imitation: 效仿的载体。
  • Tolstoi:托尔斯泰
  • Dostojevski: 陀思妥耶夫斯基

Des mutations inachevées

Les médias russes jouent un rôle prépondérant dans ce domaine. Mais bien que massivement diffusés, ils montrent aussi leurs limites. Echaudés par le traitement réservé à l’Ukraine, plusieurs pays de la CEI les observent d’un œil de plus en plus suspicieux. En Moldavie, où la première chaîne russe, Perviy Kanal, est massivement regardée par la population, les émissions politiques en provenance de Moscou ont été supprimées, ou repoussées à des heures tardives. Au Kirghizistan comme au Kazakhstan, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer le développement de médias « nationaux ». En Biélorussie, dont les relations se sont quelque peu gâtées ces derniers temps avec la Russie, une chaîne culturelle ukrainienne vient d’être autorisée sur le câble.

  • prépondérant : supérieur (VPF.p.204)
  • échaudés: burned
  • repoussées a des heures tardives: 推迟到很晚的时间
  • réclamer: 要求
  • se gâter: spoil

Les mutations dans l’ancien monde soviétique sont loin d’être achevées, et le Kremlin en a parfaitement conscience. Avec la Géorgie, les relations diplomatiques restent rompues et transitent par la Suisse. Avec l’Ukraine, pas moins de 48 accords ont été dénoncés par Kiev, dont le traité d’amitié. En décembre 2018, le président ukrainien, Petro Porochenko, a signé une loi qui met un terme, formellement, au traité devant expirer ce 1er avril. Et la crise s’étend désormais au domaine religieux, avec la reconnaissance, en 2018, par le patriarcat de Constantinople, de l’indépendance de l’Eglise orthodoxe ukrainienne, placée sous la tutelle de Moscou depuis le XVIIe siècle. Depuis, la Russie cherche à resserrer les rangs dans le monde orthodoxe contre cette « Eglise schismatique ».

  • le patriarcat de Constantinople
  • sous la tutelle de Moscou 在俄罗斯的控制下
  • resserrer les rangs
  • eglise schismatique 分裂的教会

Pour Andreï Kortounov, observateur avisé de la CEI, « l’URSS commence seulement à se détruire ». « En 1991, explique-t-il, sa dissolution était le résultat d’un processus venu d’en haut qui a peu touché les sociétés. Ces dernières ont continué à vivre dans le même espace, et tout le monde se demandait si quelque chose s’était passé. Mais nous voyons aujourd’hui le sang couler, les conflits et les tentatives de rassembler les morceaux augmenter, sans que personne ne sache vraiment comment cela va se terminer. » L’expert ajoute : « L’exemple d’autres empires disparus montre que cela prend beaucoup de temps. Nous n’en sommes qu’au premier acte. » Les convulsions au sein de sa sphère d’influence n’ont pas fini d’inquiéter le Kremlin.

  • observateur avisé de la CEI 独联体的明智的观察家
  • convulsion: 风波
20190218-p14-satellite.txt · 最后更改: 2019/04/25 14:02 由 82.251.53.114