用户工具

站点工具


20190225-p29-baie

Chine : la « grande baie » accueillie avec perplexité à Hongkong

  • perplexité: confusion, perplexity

Florence De Changy

Pékin souhaite faciliter les échanges dans cette vaste zone, mais son projet se heurte à de nombreux freins

HONGKONG - correspondance

Sur le papier, le concept d’une « grande baie » (Greater Bay Area, GBA) située autour de l’immense delta de la rivière des Perles et centrée sur la recherche et les nouvelles technologies, a de quoi séduire. Il s’agit de rapprocher les neuf principales villes de bassin de ce delta (dont Canton, Shenzhen et Dongguan), d’y inclure les deux « régions administratives spéciales » que sont Hongkong et Macao (dans le giron chinois depuis 1997 et 1999).

L’objectif ? Faire une « grande baie », « à l’instar de la baie de Tokyo, de San Francisco ou de New York » comme l’a déclaré Lin Nanxiu, vice président du Groupe de direction du développement de la grande baie Guandong-Hongkong-Macao, lors du symposium qui a eu lieu à Hongkong le 21 février, pour en annoncer le plan stratégique à court et moyen terme (2022 et 2035).

  • a l’instar de… 类似于

Cet ensemble regroupe 70 millions de personnes, dont 7 millions de Hongkongais, sur une surface de 56 000 kilomètres carrés. Selon la Banque mondiale, c’est, déjà depuis plusieurs années, la plus vaste zone urbaine de la planète. Le rôle essentiel du sud de la Chine dans le développement économique du pays s’illustre par son poids dans le PNB chinois : en 2017, le produit régional brut de la zone s’est élevé à environ 1 300 milliards d’euros.

Cette région, souvent décrite comme « l’usine du monde » dispose de trois des plus grands ports du monde, Guangzhou (Canton), Shenzhen et Hongkong, qui est également le premier hub mondial de fret aérien. « Le président Xi s’intéresse personnellement à ce projet », a rappelé le gouverneur de la province de Guandong, Ma Xingrui, à Hongkong.

  • fret aérien: air freight

Jusqu’à présent, les autorités ont mis l’accent sur le développement des infrastructures avec de nombreux mégaprojets récemment inaugurés ou sur le point de l’être, notamment un immense pont-tunnel de 56 kilomètres de long reliant les deux rives du delta, de nouvelles autoroutes, une ligne de train rapide, des nouvelles lignes de métro, de nouvelles gares et de nouveaux postes douaniers…

  • sur le point de l’etre: about to be.

Des « villes en compétition »

En 2018, 235 millions de personnes sont passées entre Hongkong et la Chine. D’ailleurs, les relations économiques avec la Chine continentale remontent bien avant la rétrocession de 1997, puisque ce sont essentiellement des capitaux hongkongais et taïwanais qui ont financé le développement économique du sud de l’empire du Milieu dans les années 1980 et 1990.

  • la rétrocession de 1997: 97回归

Mais la zone reste divisée par des frontières physiques, des monnaies et des « systèmes » foncièrement différents… « Ils n’ont encore rien annoncé de concret », observe Alicia Garcia-Herrero, chef économiste Asie-Pacifique de Natixis, pour qui la principale question à résoudre est celle de la libre circulation des capitaux. « Pour une intégration complète, soit Hongkong renonce à la convertibilité de sa monnaie en dollars et à son rôle de place financière internationale pour devenir le centre financier de la Chine, mais elle aurait beaucoup à y perdre, soit c’est le côté chinois de la grande baie qui adopte le modèle hongkongais, mais qui doit alors s’isoler du reste de la Chine », affirme-t-elle.

« Ce n’est pas la première fois que l’on voit passer ce genre de grands plans à Hongkong. Mais on est très mauvais en la matière et, en général, cela ne prend pas », observe Cliff Tan, économiste à la MUFG, la plus grande banque japonaise. Il souligne plusieurs problèmes pour transformer cette ambition en réalité. « Pour encourager une économie intelligente, basée sur la connaissance, il faut permettre aux idées de s’échanger et de circuler librement. Le côté chinois de cette “baie” va-t-il bénéficier d’un accès Internet aussi libre qu’à Hongkong ? Sinon, c’est peine perdue ». L’économiste souligne aussi que le prix rédhibitoire de l’immobilier à Hongkong a poussé nombre de pépinières d’entreprises technologiques, sans parler des usines, à s’installer de l’autre côté – chinois – de la frontière.

  • basée sur la connaissance: 以知识为基础
  • the prix rédhibitoire: 令人无法承受的价格
  • pépinières d’entreprises technologiques: 高科技企业孵化器

Une autre question que pose ce projet sans y répondre est celle du statut commercial de Hongkong qui siège à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), séparément de la Chine. En vertu du Hong Kong Policy Act (1992), les Etats-Unis commercent avec Hongkong distinctement de la Chine. Hongkong suit d’ailleurs de très près les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis.

  • 普通列表项目

Dans un premier temps, Hongkong en bénéficierait car son rôle de plaque tournante ou de palier d’entrée et de sortie de l’empire du Milieu n’en serait que renforcé. Mais personne n’exclut le risque que les brouilles amènent les Etats-Unis à revoir ce traité, ce qui serait catastrophique pour Hongkong. « Si cette dernière se retrouvait totalement intégrée à la Chine par le biais de la grande baie, les Etats-Unis auraient de bonnes raisons de réviser le “Hongkong Policy act” », estime Mme Garcia-Herrero.

  • dans un premier temps: at the beginning.
  • plaque tournante: hub
  • palier d’entrée et de sortie de l’empire du Milieu: 中国的进出层
  • brouilles 争执

« Ces villes sont en compétition les unes avec les autres. Elles n’ont aucun intérêt à s’entraider comme le prévoit ce plan », estime le journaliste suédois Johan Nylander, auteur de l’essai Shenzhen Superstars – How China’s Smartest City Is Challenging Silicon Valley (non traduit), qui rappelle que « le Sud n’aime pas se faire dicter ce qu’il faut faire par le Nord (Pékin) ».

  • s’entraider: 相互帮助

« Tout le monde sait que ce projet n’est pas seulement ou pas essentiellement économique », ajoute Cliff Tan. « Leur but est en fait d’engloutir Hongkong dans le trou noir qu’est la Chine. Intégrer Hongkong à cette vaste région aura pour effet certain de faire disparaître Hongkong », estime la députée d’opposition Claudia Mo. Elle rapporte que, de manière semi-officielle, un nouveau mot se répand : « Dawanqu-ren », les « gens de la grande baie », une manière insidieuse, dit-elle, de fabriquer une impression de communauté entre les gens de Hongkong, Shenzhen, Macao, Canton et Dongguan.

  • engloutir: 吞噬
  • insidieuse:险恶的
20190225-p29-baie.txt · 最后更改: 2019/03/14 10:59 由 82.251.53.114