用户工具

站点工具


20190227-p3-inde

L’Inde dit avoir frappé un « camp terroriste » au Pakistan

Julien Bouissou

New Delhi avait annoncé des représailles après un attentat dans le Cachemire indien

  • des représailles: 报复

NEW DELHI - correspondant régional

L’Inde a annoncé avoir conduit, mardi 26 février au petit matin, des « frappes » sur le « plus grand camp d’entraînement » du groupe islamiste Jaish-e-Mohammad (JeM), à Balakot, dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, dans le nord du Pakistan. Ce groupe a revendiqué l’attaque suicide contre un convoi militaire qui a tué 40 paramilitaires indiens le 14 février à Pulwama, dans le Cachemire.

  • au petit matin: 凌晨
  • revendiquer: 为某事担责
  • l’attaque suicide: 自杀袭击
  • un convoi militaire: 军事车队
  • paramilitaire indiens: 印度准军事部队

« Nous avons reçu des informations crédibles indiquant que le JeM préparait d’autres attaques suicides terroristes à différents endroits de l’Inde, et que des djihadistes ainsi que des fedayins [des islamistes engagés dans des missions suicides] s’entraînaient dans ce but, a affirmé mardi matin le haut diplomate indien Vijay Gokhale. En vue de ce danger imminent, une frappe préventive devenait absolument nécessaire. »

  • des informations crédibles: 可靠信息
  • fedayin: des islamistes engagés dans des missions suicides

New Delhi a décrit ces frappes comme une « action préventive non militaire » et affirme qu’elles ont tué de « nombreux terroristes du JeM » dans un camp dirigé par Maulana Yousuf Azhar, le beau-frère du chef du JeM, Masood Azhar, tout en précisant qu’elles ont été menées à « l’écart des populations civiles ». « Je ne laisserai pas l’Inde tomber, le pays est entre de bonnes mains », s’est aussitôt félicité le premier ministre indien, Narendra Modi.

  • à l’ecart des populations civiles: 远离非军事人群

Parmi les réponses militaires évoquées, les frappes aériennes étaient considérées comme une option risquée pouvant mener à une escalade entre les deux puissances nucléaires. Balakot étant située loin de la ligne de contrôle séparant l’Inde et le Pakistan et hors de la région du Cachemire, les risques d’une contre-offensive pakistanaise sont élevés. New Delhi accuse son voisin d’abriter et de soutenir des groupes terroristes dont le JeM, et de s’en servir par procuration dans sa guerre contre l’Inde. Des « affirmations absurdes », selon Islamabad, qui avait mis en garde contre des répliques en cas de représailles indiennes. L’Inde et le Pakistan se sont fait quatre fois la guerre depuis leur indépendance en 1947.

  • les frappes aériennes: 空袭
  • abriter et soutenir: 收留和支持
  • procuration: 代理人
  • répliques: responses

« Réponse opportune »

Le ministre pakistanais des affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi, a dénoncé une « grave agression », ajoutant qu’Islamabad se donnait le « droit de riposter ».« Les avions indiens ont fait leur intrusion du côté du secteur de Muzaffarabad », capitale du Cachemire pakistanais, avait indiqué un peu plus tôt sur Twitter le général Asif Ghafoor, porte-parole de l’armée pakistanaise. « Confrontés à la réponse opportune et efficace de l’armée de l’air pakistanaise, [ils] ont largué en hâte une charge explosive en s’enfuyant qui est tombée près de Balakot. Pas de victimes ni de dégâts », a-t-il précisé, contredisant la version indienne.

  • le droit de riposter: 反击权
  • la réponse opportune et efficace: 及时有效的反应
  • larguer en hâte: 急忙投掷

A seulement quelques semaines des élections générales prévues en avril et mai, le gouvernement indien était sous pression de son opinion publique pour venger l’attaque-suicide de Pulwama. En 2016, quelques jours après l’attaque contre une de ses bases militaires à Uri, l’Inde avait envoyé des hélicoptères à quelques kilomètres à l’intérieur du territoire pakistanais, évoquant des « frappes chirurgicales ». Une riposte bien moins élevée que celle de mardi matin.

Sur le front diplomatique, l’Inde s’est efforcée ces derniers jours d’isoler le Pakistan. Avec l’aide de la France, elle cherche à inscrire Masood Azhar, le chef du JeM qui vit en liberté au Pakistan, sur la liste de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU. Une source diplomatique juge toutefois improbable qu’après les frappes indiennes de mardi, la Chine, proche alliée du Pakistan et membre du Conseil de sécurité, donne son accord. Pékin y a déjà mis son veto à trois reprises.

  • s’efforcer de faire qch. Try hard to do something.
  • vivre en liberté au Pakistan: 在巴基斯坦自由地生活
  • mettre son veto a trois reprises: 三次予以否决

« La loi islamique ou la mort »

Les ministres des affaires étrangères chinois et pakistanais se sont également entretenus au téléphone mardi matin, selon l’agence de presse chinoise Xinhua. « L’Inde a obtenu une déclaration du Conseil de sécurité condamnant l’attaque de Pulwama, la ministre indienne des affaires étrangères, Sushma Swaraj, a été invitée pour la première fois à s’exprimer devant l’Organisation de la coopération Islamique [OCI] le 1er mars, donc l’Inde est arrivée au bout de ce qu’elle pouvait faire diplomatiquement », estime un diplomate. L’invitation de l’OCI, qui émane des Emirats arabes Unis, un allié d’Islamabad, marque une victoire diplomatique importante pour l’Inde.

  • émaner: 来自于

New Delhi a également intensifié la répression dans la région du Cachemire indien en proie à une insurrection séparatiste. Quelque 10 000 paramilitaires indiens y ont été déployés samedi, et près de 160 séparatistes ont été arrêtés ces derniers jours. L’insurrection au Cachemire indien s’est amplifiée et radicalisée au cours des dernières années. Entre 2014 et 2018, le nombre d’« incidents terroristes », selon la terminologie du gouvernement indien, a presque triplé, passant de 222 à 614. Dans les manifestations, le slogan « Shariyat ya Shahadat » (« la loi islamique ou la mort ») a remplacé au fil des ans celui d’« Azad » (« liberté »).

  • en proie a: be prey to
  • une insurrection séparatiste: 分离主义起义

Le Pakistan est désormais au centre de la campagne électorale indienne. Le dirigeant nationaliste hindou Narendra Modi accuse constamment le Parti du Congrès, dans l’opposition, de « faiblesse » vis-à-vis du Pakistan, et s’est taillé une réputation d’homme fort, prônant la fermeté au Cachemire indien. Lors de l’inauguration d’un mémorial de guerre, lundi 25 février, soit quelques heures avant l’offensive aérienne, M. Modi a dénoncé la « négligence criminelle » des « précédents gouvernements » vis-à-vis du Pakistan.

  • constamment: 持续地
  • faiblesse: 软弱
  • se tailler une réputation d’homme fort: 打造一个强人的名声
  • prônant la fermeté au Chachemire indien: 鼓吹对印属喀什米尔地区强硬态度
20190227-p3-inde.txt · 最后更改: 2019/03/04 15:52 由 82.251.53.114