用户工具

站点工具


20190301-p5-cohen

Michael Cohen, témoin à charge du système Trump

Michael Cohen, lors de son audition à la Chambre des représentants, à Washington, le 27 février. CHIP SOMODEVILLA/GETTY IMAGES/AFP Stéphanie Le Bars

Entendu par le Congrès, l’ex-avocat du président américain l’a qualifié de « menteur », d’« escroc » et de « raciste »

WASHINGTON - correspondance

Traiter de « menteur », de « raciste » et d’« escroc » la personne pour laquelle on a travaillé durant dix ans ne prédispose pas à donner une bonne image de soi-même. Michael Cohen, l’ancien avocat personnel de Donald Trump, en a fait les frais lors de son audition par la commission d’enquête de la Chambre des représentants, mercredi 27 février.

  • faire les frais de…

Après neuf heures passées à huis clos, mardi, devant une commission sénatoriale, M. Cohen a occupé, durant six heures, les télévisions, les radios et les sites des journaux américains, apparaissant tour à tour virulent contre son ancien patron, en quête de rédemption pour ses erreurs passées, fragile sur sa défense personnelle et prudent quant à de nouvelles illégalités susceptibles de gêner le président des Etats-Unis.

  • a huis clos 闭门的
  • tour a tour
  • virulent
  • en quête de redemption

« La dernière fois que j’ai témoigné devant le Congrès, c’était pour protéger M. Trump. Je ne le protège plus », a-t-il prévenu lors de cette séance exceptionnelle. Voulue par les représentants démocrates, cette audition visait à « dire la vérité » aux Américains, ainsi que l’a expliqué le président du comité, le démocrate Elijah Cummings. Une gageure pour un témoin précisément condamné à trois ans de prison pour avoir menti au Congrès et au fisc. Mais une personnalité dont la connaissance intime des affaires de Donald Trump ne pouvait qu’éveiller la curiosité.

  • une gageure: a challenge.

« Loyauté mal placée »

Dans sa déclaration liminaire, Michael Cohen a donc choisi la contrition, jurant qu’il n’avait plus rien à voir avec l’avocat capable de coups tordus pour protéger son influent patron : « J’ai honte de mes propres erreurs, de mes faiblesses et de ma loyauté mal placée. Je n’aurais jamais pensé qu’il serait candidat, qu’il ferait campagne sur un programme de haine et d’intolérance, qu’il gagnerait. Je regrette d’avoir dit oui à M. Trump. Je suis venu demander pardon à ma famille, au gouvernement et au peuple américain. »

  • sa déclaration liminaire 开场白
  • contrition
  • l’avocat capable de coups tordus
  • un programme de haine et d’intolerance

Conscient que sa seule parole ne suffirait pas à lever les doutes sur sa bonne foi, il a produit des documents pour appuyer certaines de ses accusations, précisant des informations déjà en partie connues.

  • bonne foi

Il a présenté un chèque de 35 000 dollars (30 000 euros) signé de la main du président, prouvant qu’il avait lui-même remboursé des paiements effectués avant l’élection pour acheter le silence de l’actrice de films pornographiques Stormy Daniels, au sujet de leur liaison ; et, contrairement aux dires du président, son ex-avocat a assuré qu’il était au courant « depuis le début » du montage financier « illégal » imaginé pour contourner les lois sur le financement des élections. Cette accusation pourrait être retenue contre Donald Trump.

M. Cohen a aussi affirmé que son patron était informé des fuites de documents, organisées par WikiLeaks, supposées salir son adversaire, Hillary Clinton. La question demeure de savoir s’il les a lui-même sollicitées. De même, M. Cohen a reconnu avoir menti sur le calendrier des discussions autour de la construction d’une tour Trump en Russie, qui se sont poursuivies alors que M. Trump était déjà candidat. En revanche, il a refusé de confirmer une « collusion » de M. Trump avec la Russie pour battre son adversaire, ajoutant toutefois avoir des « soupçons ».

  • salir

« Trump est une énigme »

Mais l’ex-avocat, insistant sur sa proximité avec M. Trump durant une décennie, s’est surtout attaché à dépeindre le milliardaire sous les traits d’un opportuniste sans scrupule, prêt à tout et entouré de fidèles « enivrés » par sa personnalité. « M. Trump est une énigme. Il a de bons et de mauvais côtés, mais les mauvais surpassent les bons et, depuis qu’il est en fonctions, il est devenu la pire version de lui-même. »

  • s’attacher à dépeindre le milliardaire sous les traits d’un opportuniste sans scrupule.
  • Enivrés

Au fil de ses réponses, il a aussi dévoilé un « système » Trump, marqué par le mensonge. « Le job de tous à la Trump Organization est de protéger Trump, de mentir pour lui chaque jour, et c’est exactement ce qui arrive aujourd’hui avec ce gouvernement. » Au détour de sa démonstration, il a livré des détails éclairant ces aspects de la personnalité de Donald Trump. Ainsi de l’épisode censé expliquer pourquoi il avait échappé à la guerre au Vietnam : « Tu crois que j’étais stupide ? Je n’allais pas partir au Vietnam. » Faute de certificats médicaux prouvant que le jeune Trump méritait d’être exempté, M. Cohen avait dû mentir aux médias au moment de la campagne.

Une même volonté de dissimuler ses faiblesses a amené le président à demander à son avocat de menacer ses établissements scolaires, afin qu’ils ne dévoilent pas ses notes. M. Cohen a aussi expliqué avoir acheté le silence de sources pour que des affaires compromettantes ne sortent pas, et il a menacé « plus de cinq cents personnes ou organisations » de poursuites, au nom de son patron. M. Cohen a enfin assuré que M. Trump avait coutume de « gonfler ses revenus pour apparaître sur la liste des personnes les plus riches du magazine Forbes », et de les dégonfler pour diminuer ses impôts.

  • coutume

Fracture partisane

Attaqué tout au long de l’audition par les élus républicains sur ses propres entorses à la loi ou de possibles conflits d’intérêts, M. Cohen s’est parfois montré excédé : « Les Américains se fichent de mes déclarations fiscales ! » Dans un avertissement aux élus du Grand Old Party, il a prédit : « Les gens qui suivent Trump aveuglément, comme je l’ai fait, en paieront les conséquences. »

  • entorses a la loi
  • excédé

Sur le plan politique, l’audition a une nouvelle fois fait la démonstration de la fracture partisane sur cet exercice de « recherche de la vérité ». D’un côté, les élus républicains ont affiché une unité sans faille derrière le président Trump. Chacun à leur tour, ils ont mis en cause la crédibilité de M. Cohen, suggérant qu’il n’était là que pour négocier une réduction de sa peine de trois ans de prison. A contrario, les élus démocrates ont dû se poser en alliés compréhensifs de l’avocat, trumpiste de la première heure. Michael Cohen sera aussi entendu jeudi à huis clos par la commission du renseignement de la Chambre des représentants.

  • la fracture partisane
  • a contrario

Cette série d’auditions pourrait bien être le prélude à de nouveaux développements. M. Cohen a affirmé, mercredi, que des enquêtes étaient en cours sur d’autres affaires touchant les finances du président. Le procureur spécial Robert Mueller est sur le point de rendre les conclusions de son enquête sur une possible interférence de la Russie dans l’élection présidentielle de 2016. Les démocrates ont promis de s’intéresser aux déclarations fiscales de M. Trump et à de possibles conflits d’intérêts avec des puissances étrangères.

Dans ce contexte, M. Cohen n’a pas hésité à dramatiser son propos, mettant en garde l’Amérique contre son président. « J’espère que le pays ne fera pas les mêmes erreurs que moi. » Et a dit craindre qu’en cas de défaite de Trump en 2020 « il n’y ait pas de transition pacifique ». Une sombre perspective que M. Cohen devrait vivre du fond de sa prison, à une centaine de kilomètres de New York. A Hanoï, à la fin du sommet entre les présidents américain et nord-coréen, M. Trump a simplement affirmé, lors d’une conférence de presse, que son ex-avocat a « beaucoup menti ».

20190301-p5-cohen.txt · 最后更改: 2019/03/01 15:07 由 82.251.53.114