用户工具

站点工具


20190305-p5-thailand

En Thaïlande, la campagne sans illusions

Bruno Philip

Les électeurs doutent que la junte leur rende la démocratie lors du scrutin du 24 mars

REPORTAGE PROVINCE DE MAE HONG SON (THAÏLANDE) - envoyé spécial

Au terme de cinq années passées sous la férule d’une junte militaire qui a récemment consenti à laisser les Thaïlandais se rendre aux urnes le 24 mars, quasiment tous les électeurs potentiels rencontrés à Mae Hong Son, une lointaine province de l’ouest du royaume, sont unanimes : « Il est temps que soit enfin restaurée la démocratie ! » Un seul chiffre donne la mesure d’un certain enthousiasme : la province dispose d’un seul siège, sur les 500 de la Chambre des représentants à Bangkok, mais trente candidats vont se présenter au nom de trente partis distincts.

  • sous la férule de…在。。。的统治下。férule 是戒尺
  • une junte militaire
  • se rendre aux urnes

Si la plupart des Thaïlandais éduqués se montrent désireux de retrouver la jouissance de libertés confisquées depuis le dernier coup d’Etat, le 22 mai 2014, le sentiment général quant à la portée réelle du scrutin – et la marge de manœuvre politique dont disposera le futur gouvernement – est des plus mitigés : mélange d’espoir mesuré et d’attente sans illusions. « Le retour à la démocratie, c’est très bien. Mais il ne faut pas que cela se limite à un rituel électoral. L’important, c’est aussi la suite : ici, on n’a jamais vraiment eu un seul politicien local qui parle au nom du peuple. Le résultat, c’est que rien n’a jamais changé pour les plus pauvres d’entre les pauvres », regrette Yupa Pusahas, une retraitée qui dirige la branche locale d’une ONG dont la mission sera de veiller au bon déroulement du scrutin. « La nouvelle constitution [approuvée par référendum en 2016] est la moins démocratique jamais promulguée », renchérit le militant écologiste Boonyeung Kongphetsak, aux allures de hippie avec ses cheveux gris noués en catogan. « Les 250 membres du Sénat [dont la moitié était précédemment élue] ont été nommés par la junte militaire, explique-t-il. Le message est clair : l’armée veut garder le contrôle après le scrutin ! »

  • mitigé
  • veiller à
  • le bon déroulement du scrutin
  • rencherir
  • aux allures de hippie avec ses cheveux gris noués en catogan

En cette matinée ensoleillée qui fait miroiter sous le ciel de l’hiver les flèches dorées des wats (« temples-monastères ») de la ville de Mae Hong Son, chef-lieu de la province du même nom, la perspective des élections et la promesse d’un gouvernement élu ont comme des airs de déjà-vu : depuis le passage à la monarchie constitutionnelle en 1932, à l’issue d’un putsch fomenté par des rebelles éduqués en France, l’ancien royaume de Siam a connu douze coups d’Etat. C’est dire si les Thaïlandais sont habitués aux prétendus rétablissements de la démocratie, ceux-ci ayant trop souvent coïncidé avec des lendemains qui déchantent. Les deux dernières expériences se sont soldées par deux coups d’Etat – dont celui de 2014. Et les partisans de l’ancien premier ministre Thaksin Shinawatra, renversé par les militaires en 2006, ont payé le prix du sang après avoir manifesté bien plus tard en masse dans Bangkok : la répression de l’armée fit plus de cent morts en 2010.

  • ensoleillés
  • faire miroiter
  • les flèches dorées
  • les prétendus rétablissements de la démocratie: 所谓的重建民主
  • déchanter

Mae Hong Son, proche de la frontière birmane, est une zone interlope, une terre de confins un peu mystérieuse, parfois inquiétante : ici rôdent régulièrement, venus de Birmanie, les trafiquants de yaba, « la drogue des fous », un mélange détonant de méthamphétamine et de caféine, qui fait des ravages chez les jeunes. La province est aussi la plus pauvre du pays, la moins densément peuplée (250 000 habitants) et celle où la majorité de la population est la plus fortement constituée d’ethnies minoritaires : Karen, Shan, Lahu, Hmong, Lisu… Vu d’ici, Bangkok, ses gratte-ciel et ses joutes politiques fumeuses paraissent aussi abscons que décalés par rapport aux besoins des populations locales. Ce n’est pas pour rien que les Thaïlandais désignent Mae Hong Son avec une certaine condescendance : « la terre de l’au-delà des montagnes ».

  • la frontière birmane
  • une zone interlope
  • une terre de confins
  • rôdent régulièrement, venus de Birmanie, les trafiquants de yaba.

Droits de la terre

« Mon ambition est simple : que nos voix soient entendues dans le futur Parlement ! » Anupan Hanpradabthong, 30 ans, est candidat sur la liste d’Anakot Maï ou « Parti du nouvel avenir », à la mode à Bangkok chez les jeunes urbains. Membre de l’ethnie karen et de religion chrétienne – protestante baptiste –, ce jeune homme un peu replet et réservé semble précis dans ses promesses de campagne : il y est surtout question des droits de la terre dans une région où la plupart des minorités cultivent forêts et champs sans titres de propriétés. « Rendez-vous compte, explique-t-il. Seuls 10 % des paysans sont dans la légalité. Le résultat est que la junte militaire a décidé d’empêcher les gens de 34 villages d’exploiter leurs terres sur une surface de 220 000 raïs (mesure thaïlandaise, correspondant à 35 200 hectares). Et cela au nom d’impératifs de défense des forêts. » Pourtant, il y a, selon lui, urgence à « faire passer de nouvelles lois » pour que les plus * démunis continuent à disposer du minimum vital. « Il faut décentraliser ! », ajoute-t-il.

  • l’ethnie karen
  • replet

La « culture politique » thaïlandaise, comme l’explique l’écologiste Boonyeung, se réduit trop souvent « à une tradition d’achat de votes par des candidats peu scrupuleux, souvent issus du monde des affaires ». Les priorités des paysans de ces confins négligés auront-elles, dans un tel contexte, des chances d’être prises en compte ? « Il nous faut briser ce cercle vicieux qui consiste à envoyer au Parlement des députés malhonnêtes qui y perpétueront la corruption », plaide l’ajan (« professeur ») Somjit, 63 ans, qui se présente sur une liste associée à des partisans de la junte. Dont l’actuel chef, le général Prayuth Chan-ocha, a des chances de se succéder à lui-même au pouvoir en tant que premier ministre. Ce dernier a vilipendé les pratiques corrompues de ses prédécesseurs pour justifier son putsch. Sans vraiment convaincre de la probité de son gouvernement – son ministre de la défense est connu pour posséder de multiples montres suisses. Il défend l’idée d’une démocratie « à la thaïlandaise » adaptée à la mentalité d’un pays « où l’on a du mal à remettre en question la parole du détenteur du pouvoir ».

  • briser ce cercle vicieux 打破恶性循环
  • vilipender: 谩骂
  • la probité:integrity (VPF.p.222)

Mais que signifie au juste le principe d’un système du « pouvoir au peuple » sur ces terres reculées où, soit l’on se moque de la politique, soit l’on en blâme les représentants ? « Nous avons besoin de la démocratie, car elle permet de garantir nos libertés », estime Prapan Wirijapop, directeur de collège dans la ville de Mae Sariang, plus au sud, « mais il faut que le principe démocratique puisse inclure une dose de sagesse orientale, comme ce que l’on trouve dans le Dhamma [les enseignements du Bouddha]. »

  • une dose de sagesse orientale 一剂东方智慧

Promesses du premier ministre

A quelques dizaines de kilomètres plus à l’ouest, sur les bords de la rivière Salween qui longe la Birmanie, Polamu Chandrasawat, 29 ans, fille de réfugiés karen birmans, dit qu’elle votera sans doute pour le parti de l’actuel chef de la junte. Elle regarde son pays d’origine, si proche, mais où elle n’a jamais été et d’où sont venus ses parents fuyant naguère les combats de l’autre côté de la frontière, entre une guérilla de son ethnie et l’armée birmane. « Prayuth a promis d’aider financièrement les mères et de permettre aux enfants qui n’ont pas encore acquis la citoyenneté de devenir thaïlandais », dit-elle.

  • naguère

Le « général premier ministre » n’a pas lésiné sur les promesses pour assurer sa possible reconduction au pouvoir : une enveloppe de 63 milliards de bahts (1,7 milliard d’euros) à l’intention des plus démunis et des personnes âgées a été débloquée. L’avenir dira si ces cadeaux permettront à l’ancien putschiste de se maintenir au pouvoir en tant que premier ministre élu.

  • lésiner
  • les plus démunis
  • débloquée
20190305-p5-thailand.txt · 最后更改: 2019/03/06 06:32 由 79.173.164.218