用户工具

站点工具


20190313_p18-zidane

Zidane, le retour du fils prodigue au Real Madrid

  • le fils prodigue

Rémi Dupré

Le président du club a convaincu son ex-joueur et ancien entraîneur (2016-2018) de reprendre du service, neuf mois après son départ

Le Real Madrid, c’est sa maison, il sera toujours le bienvenu. » Le 31 mai 2018, lors de l’annonce du départ de Zinédine Zidane de son poste d’entraîneur du Real Madrid, Florentino Pérez avait laissé la porte grande ouverte. A contrecœur, le président des Merengue n’était pas parvenu à convaincre le Français de revenir sur sa « décision inattendue » de ne pas honorer les deux dernières années de son contrat. Pour autant, le dirigeant n’envisageait pas un instant de couper les ponts avec celui qui venait de décrocher un triplé inédit (2016, 2017, 2018) en Ligue des champions. Comme si le tandem était voué à collaborer de nouveau à l’avenir.

  • à contrecœur: reluctantly
  • couper les ponts avec qn. 切断联系
  • décrocher un triple inedit 三次夺冠
  • Ligue des champions: 欧冠
  • vouer à:

Seulement neuf mois après leur séparation, Zidane, 46 ans, et Pérez, 72 ans, ont scellé officiellement leurs retrouvailles, lundi 11 mars, après une réunion de crise de la direction de la « Casa Blanca » (« maison blanche »). Dos au mur, six jours après l’élimination humiliante du Real par l’Ajax d’Amsterdam (défaite 1-4 à Santiago-Bernabeu) en huitièmes de finale retour de Ligue des champions, le magnat du BTP a un temps songé à rappeler le Portugais José Mourinho, dont le passage au club (2010-2013) avait suscité la controverse, avant d’opter pour un retour du champion du monde 1998, figure consensuelle adulée par les socios et le vestiaire madrilène.

  • sceller
  • retrouvailles: réconciliation
  • huitiemes de finale 八分之一决赛
  • magnat
  • songer à
  • figure consensuelle adulée par les socios et le vestiaire madrilène

Un contrat jusqu’en 2022

A la tête du club le plus riche du monde (774 millions d’euros de revenus en 2017-2018 selon le cabinet Deloitte), Pérez a trouvé les mots pour que « Zizou » reprenne du service. « Des choses vont changer. Il faut le faire pour l’avenir du meilleur club du monde. Nous avons du temps et ça, c’est important », a annoncé lundi soir l’ancien numéro 5 du Real (2001-2006), qui a paraphé un contrat le liant au club jusqu’en juin 2022.

  • parapher un contrat

Courtisé par la Juventus Turin et Manchester United, le Français remplace son ancien coéquipier, l’Argentin Santiago Solari, propulsé en pompier de service en octobre 2018 à la place de l’ex-sélectionneur espagnol Julen Lopetegui. Zidane devait diriger sa première séance d’entraînement, mardi 12 mars, au complexe de Valdebebas, le quartier général ultrasécurisé du Real.

  • courtisé
  • propulsé en pompier de service

Avec un effectif qu’il connaît bien, sa mission sera, dans l’immédiat, de maintenir le Real, actuel troisième du classement en championnat, parmi les quatre premiers, afin d’assurer une qualification pour la Ligue des champions. « Le défi est plus grand encore que lors de ma première nomination », a-t-il reconnu. A plus long terme, Zidane devra poser les fondations : construire l’après-Ronaldo. Le départ du Portugais à la Juve à l’été 2018 a marqué le début d’une fin de cycle – et de règne –, que Zidane avait pressenti en quittant le paquebot madrilène.

  • dans l'immédiat
  • le paquebot madrilène

Comment Pérez, dont les socios réclamaient la démission après la sortie de route en Ligue des champions et en conflit ouvert avec le capitaine Sergio Ramos, a-t-il réussi à persuader « Zizou » de replonger ? En jouant sur la corde sensible. Depuis son transfert record (75 millions d’euros) comme recrue de luxe parmi les « Galactiques », à l’été 2001, Zidane entretient des liens quasi filiaux et fusionnels avec l’homme d’affaires. Ce dernier n’a-t-il pas inscrit les pas de l’enfant de la Castellane dans ceux d’Alfredo Di Stefano, la légende défunte du Real ?

  • jouer sur la corde sensible
  • des liens quasi filiaux et fusionnnels
  • la légende défunte du Real

« Zinédine a un lien personnel avec Pérez, au regard de la place qu’il a au Real depuis des années », a coutume de rappeler son avocat, Carlo Alberto Brusa, alors que la star reçoit parfois, à titre amical, les conseils de son ancien imprésario Alain Migliaccio, condamné, en 2012 par la justice espagnole à cinq ans de prison ferme et à 9,2 millions d’euros d’amende pour fraude fiscale. Signe de sa loyauté envers l’institution Real, Zidane n’a jamais quitté la capitale espagnole depuis 2001.

Depuis son retour aux commandes des Merengue, en 2009, M. Pérez a fait du Ballon d’or 1998 la pierre angulaire de son projet sportif. Il est l’homme qui a aiguillé sa reconversion après sa retraite prise, en juillet 2006, à la suite d’un coup de tête asséné à Marco Materazzi, lors de la finale du Mondial perdue face à l’Italie.

  • le Ballon d’or 1998
  • la pierre angulaire
  • aiguiller sa reconversion
  • un coup de tête assène a Marco Materazzi

Avant de passer ses diplômes d’entraîneur et de diriger la « Castilla » (2014-2016), l’équipe réserve du Real, Zidane a été conseiller et directeur sportif de M. Pérez. Au fait des arcanes du club, il connaît mieux que quiconque les qualités et les défauts de l’ex-ingénieur des Ponts et Chaussées, passé maître dans l’art d’essorer ses entraîneurs (sept depuis 2009). Si la pression était montée d’un cran, en janvier 2018, après une élimination en quarts de Coupe du roi, Zidane a toujours bénéficié du soutien du dirigeant, devenu son père spirituel. Ce n’est pas un hasard si le 4 janvier 2016, lors de l’intronisation de la star à la tête du Real, Pérez avait soigné la mise en scène en rassemblant, pour les clichés, la famille Zidane au complet.

  • arcanes
  • quiconque: whoever
  • l’ex-ingénieur des Ponts et Chaussées
  • l’art d’essorer ses entraîneurs
  • la pression était montée d’un cran
  • l’intronisaton de la tête du Real
  • soigner la mise en scene

Ce jour-là, Zizou, chef de famille, posait avec son épouse, Véronique Fernandez, d’origine espagnole, et ses fils Enzo (qui a commencé sa carrière de joueur au Real), Luca (troisième gardien des Merengue), Théo et Elyaz (qui évoluent avec les équipes de jeunes du club). « Pour toi, le mot “impossible” n’existe pas », avait-il alors lancé à son nouvel entraîneur. Reste à savoir si, trois ans après, son coup de poker sera de nouveau payant.

20190313_p18-zidane.txt · 最后更改: 2019/03/17 09:10 由 82.251.53.114