用户工具

站点工具


20190321-p3-trieste

A Trieste, des investissements bienvenus

Jérôme Gautheret

Pékin veut faire du port italien l’un des points de passage des « nouvelles routes de la soie »

TRIESTE (ITALIE) - envoyé spécial

Certes, les travaux ne sont pas finis, mais cela commence à prendre forme. Sur cette plate-forme artificielle de 12 hectares, dont 8 gagnés sur la mer, le gros œuvre tire à sa fin. D’ici à la fin de l’année, ou au plus tard début 2020, un nouveau terminal va voir le jour au sud du port de Trieste, à deux pas de la frontière slovène.

  • 8 gagnés sur la mer: 8 公顷是填海来的

Dans quelques mois, une société chinoise devrait en assurer, au moins partiellement, l’exploitation. Cette perspective, couplée à la volonté de faire de Trieste un des débouchés des « nouvelles routes de la soie » voulues par le président Xi Jinping, a provoqué en Italie – et au-delà – une émotion à la hauteur de l’enjeu. L’accord, négocié depuis plusieurs mois, doit être une des premières annonces concrètes accompagnant la signature d’un mémorandum d’entente entre Rome et Pékin, censé intervenir à l’occasion d’une visite du président chinois en Italie, les 20 et 21 mars.

  • débouché: outlet

Lancés en 2016, les travaux du terminal étaient titanesques : des centaines de piliers ont été plantés dans la mer, avant d’être reliés entre eux pour soutenir des dalles de béton. Sur le chantier, on ne peut s’empêcher de faire remarquer que pour l’heure, les coûts (140 millions d’euros, dépollution des sols compris) et les délais sont tenus, ce qui n’est pas forcément conforme aux habitudes italiennes. Et dans les bureaux des ingénieurs, on déploie les plans mirobolants d’extensions futures.

  • des dalles de béton: 水泥板
  • dépollution: cleanup
  • mirobolant: tellement extraordinaire que cela en devient incroyable。 Synonyme:mirifique

Lundi 18 mars, Trieste a célébré les 300 ans de l’octroi à la ville, par l’empereur Charles VI de Habsbourg, du statut de port franc, qui lui a assuré un décollage immédiat et deux siècles de prospérité, jusqu’à la première guerre mondiale. Certes, le XXe siècle est passé par là, et il a été nettement moins favorable au port adriatique, mais depuis quelques années, Trieste vit à l’heure d’une véritable renaissance. Le nouveau terminal en chantier est le symbole le plus éclatant de cette embellie.

  • le statute de port franc: 自由港的身份
  • éclatant: striking
  • embellie: upturn

De Pirelli au Milan AC, l’Italie a accueilli ces dernières années de nombreux investissements chinois. Mais avec le projet des « routes de la soie », la perspective est différente, car il est au moins autant question de géopolitique que d’économie.

  • Pirelli: 意大利的轮胎公司
  • Milan AC: AC 米兰足球俱乐部。

Malgré les mises en garde de la Maison Blanche et des partenaires européens de l’Italie, après plusieurs jours de tensions à l’intérieur de la majorité, la Chambre des députés a voté en faveur de l’accord entre Rome et Pékin, mardi, par 282 voix contre 227. « Je ne sais pas dans le détail ce que s’apprête à signer le gouvernement, mais je sais ce qu’il n’y aura pas dans l’accord : il ne s’agit pas d’une prise de contrôle du port par la Chine, assure le président de l’autorité portuaire de Trieste, Zeno D’Agostino. Ici, il y a déjà des sociétés turques, danoises ou hongroises. Le statut des investisseurs chinois ne sera pas différent : le port continue à appartenir au domaine public, et il s’agit uniquement de concessions, qui peuvent toujours être dénoncées. »

« Délégation qatarie »

Bref : l’Italie n’entend pas, à l’image de ce qu’Athènes avait dû consentir avec le Pirée au plus fort de la crise grecque, abandonner à la Chine le contrôle du port. Il ne s’agit pour l’heure que d’une participation dans un terminal, ainsi que d’un autre projet concernant l’allongement du quai 7 du port. Surtout, termine le dirigeant de l’autorité portuaire, « nous nous serions mis en difficulté si le port n’avait qu’un seul client, mais actuellement, tout le monde veut venir à Trieste : il y a quelques jours, nous avons même eu la visite d’une délégation qatarie ! »

Certes, depuis quelques années, la situation de Trieste est très favorable. Mais la perspective d’une arrivée massive de capitaux chinois permet d’espérer autre chose : un retour au premier plan, qui achèverait d’effacer les cicatrices du XXe siècle. En 1913, Trieste était la troisième plus grande ville de l’empire austro-hongrois. L’éclatement de la double monarchie et le rattachement à l’Italie ont eu pour effet de la marginaliser. L’isolement s’est encore accru après la fin de la seconde guerre mondiale, lorsqu’elle s’est retrouvée presque encerclée par le rideau de fer.

  • l'éclatement: breakup.

Le trafic des trains de voyageurs garde la trace de cet enfermement. Si l’on excepte une ligne pour Budapest ouverte il y a un an, aucune liaison directe ne permet de passer les frontières depuis Trieste, et aujourd’hui, un voyage pour Vienne prend plusieurs heures de plus qu’en 1913.

  • enfermement: 隔绝
  • si l’on excepte: 除了

Il en est tout autrement du fret, qui a connu une véritable explosion. Chaque semaine, 245 trains de marchandises partent de Trieste en direction de toute l’Europe. Et la géographie offre à la ville un avantage considérable sur les grands ports de l’Europe du Nord que sont, par exemple, Rotterdam et Hambourg : un bateau venant de Chine et passant par le canal de Suez économisera cinq journées de navigation en déchargeant dans le port adriatique.

« Nous risquons de devenir des concurrents pour les ports d’Europe du Nord, c’est pour cela que l’Allemagne, par exemple, critique ces accords. Mais nous respectons les règles », proteste Sergio Razeto, président de la Confindustria, le Medef italien, pour la région Frioul-Vénétie julienne. Affaibli par ses divisions et isolé en Europe, l’actuel gouvernement italien n’est pas en position idéale pour défendre ces accords auprès de ses partenaires européens. Pourtant, ce rapprochement avec Pékin ne date pas de l’arrivée au pouvoir de deux forces eurosceptiques, la Ligue (extrême droite) et le Mouvement 5 étoiles (antisystème) : l’initiative remonte au moins au gouvernement Gentiloni (2016-2018), qui était très proeuropéen.

  • eurosceptique: 怀疑欧洲主义。

« Notre concurrent, c’est Koper »

Partie prenante du chantier du nouveau terminal, Matteo Parisi, directeur du groupe Francesco Parisi (une vénérable entreprise de transports née à Trieste en 1807), semble persuadé que, passé l’effervescence de la tournée européenne de Xi Jinping, les choses rentreront dans l’ordre.

  • l’effervescence: 热闹

Selon lui, l’urgence serait surtout de pousser les ports à s’entendre entre eux : « Notre concurrent direct, ici, c’est le port de Koper, en Slovénie. Rendez-vous compte : nos ports sont plus proches l’un de l’autre que ne le sont entre eux les deux terminaux de [la ville chinoise de] Shenzen. Il faut s’allier ! En plus, conclut-il, ce serait logique par rapport à l’histoire de Trieste, qui n’est pas un port pour l’Italie mais plutôt pour l’Europe. »

20190321-p3-trieste.txt · 最后更改: 2019/03/21 22:36 由 80.15.59.65