用户工具

站点工具


20190328-p32-europe

GÉOPOLITIQUE|CHRONIQUE

L’Europe, champ de bataille sino-américain

Par Sylvie Kauffmann

S’il ne s’agissait pas de vrais pays peuplés de vraies gens et dirigés par de vrais leaders, on pourrait croire à l’arrivée sur le marché du septième opus du jeu vidéo Civilization. Sur la boîte, la présentation pourrait se lire ainsi : « En l’année 2019, le système multilatéral qui régissait l’ordre international s’efface sous le poids de la rivalité de quelques grandes puissances. La Chine et les Etats-Unis s’engagent dans une féroce compétition pour s’empêcher mutuellement de dominer le monde. Une région, en particulier, sert de théâtre à cet affrontement : l’Europe centrale. »

Sauf que… ce n’est pas un jeu. La visite que vient de faire en Italie et en France le président Xi Jinping, du 21 au 26 mars, a mis en lumière l’accélération et le volontarisme de l’expansion chinoise ces dernières années, et en particulier la manière dont elle a ciblé l’Europe. Toute l’Europe ? Pratiquement, mais la tactique varie en fonction des régions du Vieux Continent auxquelles Pékin s’intéresse. Les Etats-Unis ne s’y sont pas trompés : ils ont compris que l’Europe centrale était la plus vulnérable à l’offensive chinoise. A leur tour, ils y concentrent leur contre-offensive.

Dans ce nouvel affrontement entre « deux grands », les Etats d’Europe de l’Ouest, les plus prospères et les plus établis politiquement, sont gérés un par un. Tout en gardant un œil sur Bruxelles, Pékin et Washington privilégient les relations bilatérales avec Berlin, Londres, Paris, Rome, La Haye ou Stockholm. Les anciens pays du bloc soviétique et de l’ex-Yougoslavie, eux, concentrent davantage de points communs, dont certains sont perçus comme des attraits par Pékin : leur adhésion à l’Union européenne est plus récente, donc moins ancrée. Et leur développement économique tardif fait qu’ils ont de gros besoins en infrastructures dans les domaines des transports, de l’énergie et des télécommunications.

Intense activité

A travers le format « 16+1 », lancé en 2012 par Pékin à Varsovie, la Chine réserve à ces ex-pays communistes, dont onze sont membres de l’UE (le « +1 » étant la Chine), un traitement de faveur ; la région est l’un des maillons-clés de sa stratégie des « nouvelles routes de la soie ». Ouvertures de lignes de crédits, acquisitions, projets de lignes ferroviaires, accroissement des échanges commerciaux, multiplication des visites de responsables chinois : l’activité est intense, même si les réalisations ne semblent pas à la hauteur des promesses. « En deux ans, j’ai eu six entretiens bilatéraux avec mon homologue chinois », relevait le mois dernier, sous couvert d’anonymat, le premier ministre d’un petit Etat des Balkans, en marge de la conférence de Munich sur la sécurité. « Ai-je besoin de vous en dire plus ? »

En 2015, la Pologne a lancé un autre format régional : l’Initiative des Trois Mers (I3M), regroupant douze Etats membres de l’UE de la Baltique à l’Adriatique et à la mer Noire. Onze de ces pays sont aussi membres des 16+1 ; le douzième est l’Autriche. D’abord perçu comme une velléité du nouveau pouvoir nationaliste polonais d’établir un leadership régional, en tentant de ressusciter un vieux fantasme du maréchal Jozef Pilsudski, homme fort de la Pologne au début du XXe siècle, le projet a, dans un premier temps, surtout prodigieusement agacé l’Allemagne ; elle s’en est d’ailleurs tenue à l’écart, bien que riveraine de la Baltique. Mais le soupçon s’est alourdi lorsque, en juillet 2017, Donald Trump, venu à Varsovie pour défendre sa conception de la civilisation européenne, en a profité pour donner sa bénédiction à l’Initiative des Trois Mers ; « c’était donc ça ! », a-t-on soupiré à Bruxelles, où l’on voyait désormais dans ce couloir nord-sud des Trois Mers un facteur supplémentaire de division de l’Europe, en pleine vague populiste.

C’était en réalité, pour l’administration Trump, un moyen de prendre pied en Europe centrale, région désormais jugée stratégique tant chacun tente d’y asseoir ses intérêts : la Russie toute proche, dont dépendent la plupart de ces pays pour leur approvisionnement en gaz, mais surtout la Chine, à présent officiellement désignée comme le rival numéro un des Etats-Unis. Quant à l’UE, vue de Washington qui la méprise, elle ne compte pas dans ces Etats-membres qu’elle est accusée de négliger.

  • prendre pied en Europe centrale:涉足中欧

L’année suivante, alors que les relations entre l’administration Trump et les alliés ouest-européens des Etats-Unis tournaient à l’aigre, Washington resserrait les liens avec Varsovie et s’intéressait de plus en plus près à l’I3M, dont Bucarest a accueilli le deuxième sommet en septembre. Cette fois, l’Allemagne et l’UE étaient là, comme observateurs. M. Trump a dépêché son secrétaire à l’énergie, Rick Perry, qui a beaucoup insisté sur l’indispensable diversification des sources d’énergie pour la région – surtout grâce à l’importation de gaz liquéfié américain.

  • tourner a l’aigre: tourn sour。

Six mois plus tard, la rivalité sino-américaine bat son plein en Europe centrale et orientale. En février, l’ambassadrice américaine en Pologne, la très trumpienne Georgette Mosbacher, a réuni à Varsovie ses collègues des douze pays membres de l’I3M pour un « tutorial » sur les meilleurs moyens de soutenir activement cette organisation. Quelques jours plus tard à Munich, au cours d’une discussion à huis clos, un représentant américain vantait « cet effort stratégique visant à renforcer une partie de l’Europe confrontée à la pression de la Chine et de la Russie ». « Nous espérons que l’UE le comprendra », précisait-il.

  • battre son plein: 热火朝天地进行
  • trumpienne; 特郎普般的
  • a huis clos: 闭门地

On ne peut être plus clair. En fait, si, peut-être. Clair comme cet ancien ministre asiatique, qui nous explique que la coopération « avec la Chine sert l’unité de l’Europe », pour avertir aussitôt : « Si les Chinois perçoivent l’UE comme servile à l’égard de la politique américaine, alors il sera dans l’intérêt de la Chine de diviser l’Europe. »

  • servile:俯首称成的。奴隶般的
20190328-p32-europe.txt · 最后更改: 2019/03/28 10:46 由 83.42.180.142