用户工具

站点工具


20190330-p3-slovakia

Une pro-européenne favorite de la présidentielle en Slovaquie

Blaise Gauquelin

Zuzana Caputova pourrait devenir la première femme élue à la fonction suprême dans ce pays marqué par l’assassinat d’un journaliste en 2018

BRATISLAVA - envoyé spécial

La comparaison avec Erin Brockovich la fait plutôt sourire. Jusqu’à présent, Zuzana Caputova était surtout connue en Slovaquie pour son combat, mené en 2013 avec les habitants d’une ville moyenne, contre une décharge hyperpolluante. Cinq ans plus tard, c’est dans une aventure d’une tout autre envergure que s’est engagée cette militante des droits humains âgée de 45 ans. Au second tour de l’élection présidentielle, samedi 30 mars, l’avocate activiste est créditée de plus de 60 % des intentions de vote.

  • envergure: 规模

Novice en politique, elle avait obtenu 40,57 % des voix au premier tour quinze jours plus tôt, arrivant bien devant son adversaire principal, Maros Sefcovic, un vice-président de la Commission européenne, appuyé par le parti de gauche populiste au pouvoir, le SMER-SD.

« D’une certaine manière, ce résultat m’a moi-même étonnée », admet cette féministe divorcée, qui n’avait pas hésité à assumer, sous l’étiquette de son parti Slovaquie progressiste (PS), durant la campagne, une position favorable à l’avortement et au mariage gay, dans ce pays très catholique de 5,4 millions d’habitants. « En me lançant en politique, je me suis dit qu’il me fallait rester moi-même et ne surtout pas tenter d’adopter la langue de bois couramment entendue. Je n’ai pas cherché à stigmatiser les migrants. »

  • la langue de bois: 官腔。

Sa sincérité et son authenticité sont les raisons principales avancées par les électeurs qui la plébiscitent et font du scrutin un petit phénomène : l’Europe centrale est plutôt connue pour porter au pouvoir des figures au mode de gouvernance autoritaire, comme dans la Hongrie voisine dirigée par le souverainiste Viktor Orban. Dans l’Union européenne, il n’y a qu’en Croatie et en Lituanie qu’une femme occupe la présidence en étant élue au suffrage universel.

Ferme sur ses valeurs

Zuzana Caputova nage donc à contre-courant. « Je m’identifie beaucoup aux efforts qu’Emmanuel Macron déploie pour renforcer l’intégration européenne. Je suis favorable au projet de parquet européen. Les sanctions européennes sont des outils juridiques légitimes [en réponse à l’annexion de la Crimée par la Russie]. » Ferme sur les valeurs, convaincue par ses idéaux libéraux, elle a percé lors des premiers débats télévisés. « En moins de trois semaines, elle a multiplié par trois son score dans les sondages, selon Marian Lesko, de l’hebdomadaire Trend, qui l’a côtoyée au sein des ONG. Elle est apparue comme une solide candidate issue de la société civile. Elle a représenté une chance de changement. »

  • nager a contre-courant: 反潮流

Depuis, la juriste – qui devra une fois en fonction aller visiter bon nombre de personnalités vantant « l’illibéralisme » à Prague, Varsovie, Moscou ou Vienne – a renforcé sa sécurité, ainsi que celle de ses deux filles de 15 et 17 ans. Car son ascension contrecarre l’influence des oligarques proches de la majorité en place, dans un pays indépendant depuis 1993 où la corruption constitue une menace désormais mortelle.

  • contrecarrer: oppose

Il y a un peu plus d’un an, le journaliste Jan Kuciak et sa compagne, Martina Kusnirova, ont été assassinés, sans doute parce que ce reporter gênait les intérêts d’un homme d’affaires, récemment mis en examen. Or, celle qui a de fortes chances de devenir la première femme élue à la tête de la Slovaquie avait coopéré avec le journaliste sur plusieurs de ses enquêtes. En tant qu’avocate, elle a aussi défendu les intérêts de ceux qui s’opposaient à Marian Kocner, le principal suspect du meurtre, aujourd’hui placé en détention, en l’attente de son procès.

Mme Caputova ne représente aucun réseau, n’est d’aucune combine. Son succès, dû en partie à la mobilisation des électeurs urbains choqués de voir le sang versé, n’est pas vu d’un bon œil par Robert Fico, le puissant chef du parti SMER-SD, qui avait dû démissionner du poste de premier ministre après la mort de Jan Kuciak. Depuis, sa formation, trop proche des milieux d’affaires aux yeux de l’électorat, accuse un recul de popularité.

  • combine: 集团

Faire avancer la justice

« De nouvelles personnalités doivent bientôt être nommées aux postes de procureur général et de chef de la police, rappelle Marian Lesko. Actuellement, le procureur est un ancien camarade de classe de Robert Fico. Les gens du SMER-SD vont avoir du mal à rester en liberté s’il est remplacé par quelqu’un de plus indépendant. »

En Slovaquie, le procureur général est proposé par le Parlement et investi par le président, qui nomme aussi les juges. Mme Caputova a laissé entendre qu’elle ne se priverait pas d’agir pour faire avancer la justice, même si la présidence est largement protocolaire. « Je suis entrée en politique pour changer le système », affirme-t-elle. Le PS, qui n’existait pas il y a deux ans, a déjà remporté les dernières municipales à Bratislava, dans la capitale. Les législatives sont prévues pour 2020. Il y a pire endroit que la présidence pour mener campagne.

20190330-p3-slovakia.txt · 最后更改: 2019/04/01 09:29 由 80.15.59.65