用户工具

站点工具


20190402-p7-portparole

Sibeth Ndiaye, la communicante de l’Elysée, devient porte-parole du gouvernement

Virginie Malingre

Agée de 39 ans, cette fidèle du chef de l’Etat a toujours exercé des fonctions politiques dans l’ombre et a largement participé au verrouillage de la communication de la présidence

C’est la surprise du remaniement. Jusqu’à présent conseillère presse et communication d’Emmanuel Macron à l’Elysée, Sibeth Ndiaye a été nommée, dimanche 31 mars, secrétaire d’Etat auprès du premier ministre porte-parole du gouvernement. Le chef de l’Etat a ainsi fait le choix de nommer à la place de Benjamin Griveaux un autre membre de sa garde rapprochée et de confier une fonction politique et médiatique exposée à une habituée de l’ombre jusqu’à présent.

Le grand public a découvert Sibeth Ndiaye dans le documentaire de Yann L’Hénoret Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire, diffusé le lendemain du second tour de l’élection présidentielle en mai 2017, dans lequel elle est omniprésente et défend son candidat bec et ongles.

Agée de 39 ans, cette communicante a commencé à travailler pour Emmanuel Macron en 2014 alors qu’il était le ministre de l’économie de François Hollande. Elle l’a ensuite suivi lors de la création d’En marche !, puis pendant la campagne présidentielle, durant laquelle elle a pris en charge les relations avec la presse, avant de devenir sa conseillère communication à l’Elysée.

« C’est l’une des rares qui peut encore lui dire des choses », selon un proche du pouvoir, alors que le chef de l’Etat apparaît de plus en plus seul après les départs de plusieurs de ses premiers compagnons de route, qui ont quitté le palais au fil des dernières semaines, comme Sylvain Fort, Stéphane Séjourné et Ismaël Emelien. « Et puis elle s’occupe de lui, il faut la voir quand elle le maquille », poursuit cet observateur.

Pour Philippe Grangeon, conseiller spécial à l’Elysée, qui se retrouve temporairement seul aux commandes de la communication du palais, la nomination de Sibeth Ndiaye est « un signal très fort de diversité dans une fonction exposée, une promotion et une marque de confiance du président de la République. Un challenge pour cette jeune femme attachante, à bien des égards différente dans son parcours du ministre classique ».

« Mon nouveau job »

Sibeth Ndiaye est en effet d’une fidélité totale à l’égard d’Emmanuel Macron. En juillet 2017, peu après sa prise de fonctions à l’Elysée, elle avait même déclaré dans L’Express qu’elle « assum[ait] parfaitement de mentir » pour défendre le chef de l’Etat. Depuis presque deux ans, ses relations avec les médias ont pu être souvent rugueuses, dans la droite ligne du verrouillage de la communication présidentielle décidée par Emmanuel Macron.

A en croire Le Canard enchaîné, en août 2017, elle aurait confirmé le décès de Simone Veil à un journaliste par un SMS pour le moins désinvolte – « Yes, la meuf est dead » –, ce qu’elle a toujours démenti. C’est par ailleurs elle qui a posté sur son compte Twitter, en juin 2018, la vidéo dans laquelle on voit Emmanuel Macron critiquer le « pognon de dingue » que coûte, selon lui, la protection sociale en France. Dimanche soir, avant son premier compte rendu du conseil des ministres, ce lundi 1er avril, Sibeth Ndiaye a posté un message sur Twitter pour se réjouir de sa nomination et expliquer que son « nouveau job » consistera à « informer et expliquer ce que fait le gouvernement pour votre quotidien ».

Quand Emmanuel Macron décide, en septembre 2018 après un été calamiteux marqué par l’affaire Benalla, de confier à Sylvain Fort la direction de la communication de l’Elysée, c’est, comme l’explique ce dernier, avec le souci de « démilitariser » les relations entre la présidence et la presse. Quand il a quitté ses fonctions en janvier 2019, Sylvain Fort n’a pas dit s’il avait accompli sa mission, mais pendant les semaines qui ont suivi, la question du maintien de Sibeth Ndiaye à son poste s’est posée. Emmanuel Macron a finalement trouvé une manière de la faire partir par le haut, en la nommant au gouvernement.

Passée par l’UNEF et le PS

Au Sénégal, son pays de naissance, celle qui a été naturalisée française en 2016 a grandi dans une famille engagée politiquement : sa mère fut présidente du Conseil constitutionnel et son père député et numéro deux du Parti démocratique sénégalais. La communicante part faire ses études à Paris, avant de militer à l’UNEF, syndicat étudiant de gauche, puis de s’inscrire au PS en 2002, après l’accession de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle.

En 2006, elle a fait partie des socialistes qui soutiennent Dominique Strauss-Kahn à la primaire du PS. Cinq ans plus tard, dans la nouvelle compétition interne aux socialistes, elle a défendu la candidature de Martine Aubry, qui l’avait nommée en 2009 secrétaire nationale du parti en charge de la petite enfance. Après l’élection de François Hollande en 2012, elle est entrée à Bercy aux côtés d’Arnaud Montebourg, comme conseillère presse du ministre du redressement productif. Deux ans plus tard, après le départ fracassant d’Arnaud Montebourg, Sibeth Ndiaye a conservé ses fonctions avec son remplaçant… un certain Emmanuel Macron.

20190402-p7-portparole.txt · 最后更改: 2019/04/01 11:24 由 80.15.59.65