用户工具

站点工具


20190405-p32-nicolas

Le Petit Nicolas a 60 ans

Hommage de la dessinatrice Pénélope Bagieu au petit héros de Sempé et Goscinny. PÉNÉLOPE BAGIEU Francis Marmande

La première histoire du garnement inventé par Sempé et Goscinny est parue en 1959. Six décennies plus tard, ses chouettes copains et lui ont à peine vieilli. Ils restent une source d’inspiration pour les auteurs jeunesse. Récit et témoignages

Le Petit Nicolas n’a qu’un prénom. Ses ingénieurs, Jean-Jacques Sempé et René Goscinny, laissent tomber le leur quand vient la gloire. Sempé est né à Pessac (Gironde) le 17 août 1932 et Goscinny, le 14 août 1926 à Paris 5e.

  • le leur:他们的名字。小尼古拉只有名(没有姓),而他的创作者们却名留青史。

Le Petit Nicolas n’a pas d’âge. Son école (de garçons) n’est même pas celle de Sempé et Goscinny. C’est une école rêvée sur fond de réel, avec un groupe de chouettes copains très cartographiables, des bagarres sans drame, un ballon, la planète des mômes et celle des adultes.

1959 est l’année des premières photos de la face cachée de la Lune. Le 29 mars, Sud Ouest dimanche publie Les Aventures du Petit Nicolas. Mise en page futuriste, ni BD, ni bulles, ni texte illustré : un mélange inédit, étonnant, détonnant, qui chamboule l’imaginaire de l’Aquitaine. Ping-pong du texte au dessin. Un dessin ne remplacera jamais un éditorial. Mais un dessin défie la pensée et, en cette fin des années 1950, nombre de dessins ont une drôle d’avance sur les supports qui les accueillent. Henri Amouroux demande à Jean-Jacques Sempé et René Goscinny de reprendre « Le Petit Nicolas ».

Car, comme toute naissance, celle-ci a eu des antécédents : une BD sous ce titre publiée dans Moustique (Belgique), un gag par planche – vingt-huit planches entre 1955 et 1956. Elle est née de l’amitié entre les deux jeunes gens. « Un jour, dit Sempé, j’ai rencontré René Goscinny, qui venait de débarquer des Etats-Unis. On est devenus copains tout de suite. J’avais 21 ans, il devait en avoir 27. C’était mon premier ami parisien, autant dire mon premier ami. »

Sempé court alors le cacheton en tentant de placer ses dessins. Toujours à bicyclette. Goscinny l’Américain (depuis sa plus petite enfance en Argentine, puis à New York avec sa mère) a déjà un pedigree de scénariste. Mais il rame. Pendant la guerre, une partie de sa famille est à l’abri en Argentine. Celle restée en Europe est décimée par la Shoah. A son retour en France, il fait le tour des éditeurs pour caser ses dessins. Refus. C’est en scénariste qu’on le reconnaîtra. Il fait alors équipe avec tous ceux qui comptent, ou plutôt qui compteront.

Sempé : « A la fin des années 1950, je travaillais avec une agence à laquelle collaborait également René Goscinny. Un jour, un hebdomadaire belge a besoin du dessin en couleurs d’un garnement. Je file chez moi, je fouille dans mes dessins, je trouve l’esquisse d’un galopin. Reste à lui trouver un nom. En route vers mon rendez-vous, je vois une affiche des vins Nicolas, qui est également le prénom de mon fils. Voilà pour le baptême. » « Garnement », « galopin », même les termes qui le désignent ont plus vite vieilli que Nicolas.

  • un garnement: 淘气的小男孩
  • un galopin: rascal

Sempé, qui n’est pas à l’aise dans le phylactère, montre à Goscinny son Nicolas – ligne claire, air décidé, cheveux en bataille, pantalons courts, démarche hardie, et ce sourire de la pure joie d’exister. Il lui raconte une école, l’école, enfin, pas son école à lui, encore que… Il brode sur la vie d’un jeune couple avec un enfant. Plus le voisin râleur. Rien d’autobiographique. Comment pourrait-on avoir la nostalgie de parents poivrots qui se battent, et des torgnoles ? Goscinny traduit les historiettes en « petit nicolas ». Le duo signe Sempé et Agostini dans Moustique.

  • le phylactère : speech bubble
  • cheveux en bataille: 凌乱的头发
  • démarche hardie : bold step
  • la pure joie d’exister: 单纯的快乐
  • râleur: 总是在抱怨的
  • poivrots: 醉鬼

Musique de la syntaxe

Après une première planche le 16 septembre 1955, le 29 mars 1959 fait figure de véritable mise au monde. Maquette superbe. Le Petit Nicolas n’est pas bien grand. Il a son corps définitif. Autour de lui ? Se reporter au reste du journal : deuxième année du gaullisme, « événements » d’Algérie, Castro au pouvoir… A Cannes, Truffaut remporte le prix de la mise en scène pour Les Quatre Cents Coups. Queneau publie Zazie dans le métro. Etranges échos. La langue qu’invente Goscinny pour restituer Sempé, c’est une musique. Rien d’imitatif ou de poussivement « peuple ». Une musique de la syntaxe. On rit entre les mots.

En octobre 1959, le Petit Nicolas fait son entrée dans un nouveau journal, Pilote, où Goscinny publie Astérix le Gaulois. En 1960, dix-neuf histoires sont réunies par Denoël dans Le Petit Nicolas. Les dessins de Sempé ? Ils n’illustrent rien, ils font signe au texte qu’ils relancent. Question onomastique, Goscinny a la virtuosité bouffonne. Alceste (le gros qui mange tout le temps), Geoffroy (son papa est très riche), Rufus, Eudes, Clotaire, Maixent, Joachim, Agnan (le lèche-cul à binocles), mais où ont-ils dégotté ce générique ? Seul Nicolas a un prénom « normal ». En pleine expansion, d’ailleurs, à partir de 1961. Sur la photo de classe, entre Rufus et Eudes, on relève la présence d’Aldebert, un dessinateur qu’admirait Sempé. Bernard Aldebert (1909-1974) avait été arrêté par la Gestapo et déporté pour un dessin satirique.

  • question onomastique

Les recueils qui paraissent jusqu’en 1964 (Les Récrés du Petit Nicolas, Les Vacances du Petit Nicolas, Le Petit Nicolas et les copains, Joachim a des ennuis) connaissent un grand succès, ce qui n’empêche pas Sempé et Goscinny d’arrêter cette année-là. Quarante ans plus tard, Anne Goscinny déniche des dizaines d’histoires inédites dans les archives de son père. Triomphe pour les trois recueils publiés ! Sans grandir, le Petit Nicolas n’a pas d’âge, mais il a de l’avenir.

20190405-p32-nicolas.txt · 最后更改: 2019/04/11 01:04 由 193.51.104.24