用户工具

站点工具


20190424-p34-grippe

Grippe Sommes-nous mieux préparés à la pandémie ?

Surveillance des températures, le 18 mai 2009, université de Wuhan, en Chine. ZHOU CHAO/FEATURECHINA/ ROPI-REA

Accueil lors de la campagne de vaccination de la grippe A(H1N1), le 12 novembre 2009, à Lyon. BRUNO AMSELLEM POUR « LE MONDE »

Paul Benkimoun

Le monde entier savait qu’elle reviendrait un jour, sans savoir quand. Le XXe siècle avait connu trois pandémies grippales : celle de 1918-1919 (grippe espagnole), à virus H1N1, avec ses quarante à cinquante millions de morts, la suivante en 1957 (grippe asiatique), due à un virus H2N2, et la dernière en 1968 (grippe de Hongkong), causée par un virus H3N2.

  • pandémies grippales: 流感大暴发

Pour surveiller la grippe qui revient tous les ans de manière saisonnière, tous les regards sont tournés vers l’Asie et la Chine en particulier, car c’est de là qu’elle part en règle générale. Aussi, personne n’attendait en 2009 une pandémie dont les premiers cas sont apparus fin mars-début avril aux Etats-Unis, en Californie, et au Mexique.

  • de manière saisonnière: 以季节性的方式

Le 25 avril 2009, dix jours après l’identification de la souche de virus A(H1N1), Margaret Chan, directrice de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), déclare que l’épidémie détectée aux Etats-Unis et au Mexique constitue une « urgence de santé publique de portée internationale », telle que la définit le règlement sanitaire international de l’organisation. La première pandémie du XXIe siècle commençait, il y a tout juste dix ans. Sa fin a été officiellement annoncée par l’OMS le 10 août 2010, avec un bilan de 18 500 morts, soit beaucoup moins que la grippe saisonnière, qui peut faire jusqu’à 300 000 victimes en un an. Toutefois, une modélisation effectuée en 2012 par les centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) américains révisait très nettement à la hausse ce bilan, avec 150 000 à 575 000 décès.

  • la souche de virus A: A病毒的菌株
  • une urgence de santé publique de portée internationale: 有国际影响的公共卫生紧急事件

Dix ans plus tard, le monde est-il mieux préparé face à une future pandémie ? Oui, serait-on tenté de répondre, car on apprend de ses erreurs. Pourtant, la pandémie de 2009 est arrivée alors que des plans de réponse avaient été élaborés devant la menace potentielle que représentait la grippe aviaire H5N1, dont les cas de transmission à l’homme, très souvent mortels, avaient commencé à se multiplier à partir de 2005.

  • on apprend de ses erreurs
  • la grippe aviaire: 禽流感

Cela n’a pas empêché une gestion parfois calamiteuse de la pandémie de 2009, qui a contribué à dilapider le crédit que l’OMS avait retrouvé avec l’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003. Elle devait en perdre encore, lors du fiasco face à l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, en 2014-2015. En France, également, la manière dont le ministère de la santé et le gouvernement a affronté la pandémie et a mené la campagne de vaccination – avec une organisation de type militaire – a suscité de nombreuses mises en cause, entre autres par des commissions parlementaires.

  • calamiteuse: 灾难性的
  • dilapider le crédit: 挥霍了成绩/信用
  • SRAS: 非典
  • fiasco 惨败

L’OMS a été accusée d’avoir manqué de transparence, voire d’avoir cédé à des pressions des industriels. « Margaret Chan a mis sur pied un comité d’urgence pour la conseiller sur le niveau d’alerte. Cinq jours plus tard, le 29 avril 2009, elle ne consultait qu’une partie des membres du comité avant d’annoncer le passage à l’ultime niveau avant la proclamation officielle d’une pandémie, rappelle l’historien de la médecine et spécialiste des épidémies Patrick Zylberman. De plus, allant à l’encontre des règles de l’OMS selon lesquelles les experts ne représentent pas leur nation, elle ajoutera huit nouveaux membres au titre des pays les plus menacés. Les Anglo-Saxons, producteurs de vaccins, se retrouvaient alors en majorité écrasante dans le comité d’urgence. » Ces défaillances ont été pointées par le rapport du comité présidé par le professeur Harvey Fineberg, qui soulignait notamment le manque de transparence de l’institution. L’OMS a pris acte de ces critiques et publie désormais les liens d’intérêts des experts.

  • allant a l’encontre de: 与。。。背道而驰
  • défaillance 失灵
  • majorité écrasante: 压倒性的多数

Quelles leçons ont été tirées de la pandémie de 2009 ? Dans un article, paru en 2017 dans Health Security, deux responsables des CDC, Stephen Redd et Thomas Frieden, respectivement directeur du bureau de préparation et de réponse en santé publique et directeur des CDC, faisaient plusieurs constats.

En premier lieu, l’expérience acquise, aussi bien à travers les plans et exercices que dans la vie réelle, est payante. Deuxième enseignement, plus que des dispositifs qui ne fonctionnent pas au quotidien, les systèmes de santé publique utilisés en routine forment la base de la réponse aux urgences, car ils sont plus faciles à adapter à l’échelle supérieure. Autre leçon, les urgences qui surviennent naturellement sont plus fréquentes que les attaques bioterroristes, pour lesquelles il existe pourtant des réponses quasi instantanées.

  • l’expérience acquise: 获得的经验
  • payante 有益的

Pour les responsables des CDC, les meilleures réponses sont celles qui s’adaptent rapidement à des circonstances changeantes. Ils insistaient sur le rôle crucial de la communication avec le public : « Le besoin d’une réponse de communication massive pourrait servir de définition à une urgence de santé publique. Une communication efficace sur le risque ne peut transformer de mauvais résultats ou de mauvaises décisions, mais une mauvaise communication peut entraîner la confusion ou un manque de confiance et son érosion », écrivaient-ils. Ils ajoutaient que « les médias jouent un rôle comme amplificateurs de l’opinion publique, mais constituent également une plate-forme permettant au public d’avoir les informations les plus à jour et d’être suffisamment informé pour agir ».

Retours d’expérience

Autre constat, les réponses aux urgences d’ampleur supposent la capacité à coordonner des réponses avec de nombreux autres groupes extérieurs aux CDC et de communiquer avec le public, mais aussi avec les décideurs politiques. Enfin, dans la définition d’une urgence sanitaire, il y a la notion d’urgence temporelle avec des changements soudains, qui font que certaines décisions doivent être prises avec une information ou une analyse incomplètes.

Pour la journaliste scientifique américaine Laurie Garrett, collaboratrice de la revue Foreign Policy et lauréate d’un prix Pulitzer, en 1996, pour ses reportages sur Ebola au Zaïre, la pandémie de 2009 a mis en évidence « les énormes incertitudes qui persistent dans les connaissances sur la grippe. Les capacités des scientifiques à prédire les pandémies ne sont qu’à peine meilleures que ce qu’elles étaient au milieu du XXe siècle », explique-t-elle.

En ce qui concerne la France, « nous ne referions pas les mêmes erreurs qu’en 2009, assure le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la santé, car la veille virologique et épidémiologique a fait des progrès. Au niveau national, nous procédons systématiquement à des retours d’expérience, les “retex” ». Pour lui, le plan pandémie antérieur à la crise de 2009 « se déroulait mécaniquement sans de véritables capacités d’adaptation. Nous avons beaucoup travaillé à la coordination du travail interministériel, mais aussi aux échanges entre les structures chargées de la santé humaine et celles traitant de la santé animale pour la surveillance épidémiologique ».

  • la veille virologique et épidémiologique 老病毒学家和流行病学家

« Il y a eu un réexamen critique de ce qui avait été fait en France en 2009-2010, convient Patrick Zylberman, et en particulier la décision politique d’achat massif de vaccins – 94 millions de doses afin de vacciner les deux tiers des Français avec deux doses –, au nom du droit à la vaccination que les citoyens pouvaient exercer. Aujourd’hui, la ligne définie par le plan officiel élaboré en France n’est plus de procéder à des achats massifs. »

Au niveau international, « si des pays comme la Chine ont tiré les leçons de leurs erreurs lors de l’épidémie de SRAS et opéré de grands changements dans leur gestion des crises sanitaires, le grand problème se situe dans les pays à faible revenu, s’inquiète Patrick Zylberman. Pourquoi la grippe épargnerait-elle l’Afrique à l’avenir ? Même si, après Ebola, le continent s’est doté d’un CDC africain, les responsables politiques ne sont pas vraiment au niveau de la menace. De plus, ce n’est plus seulement la grippe qui possède un potentiel pandémique. D’autres virus pourraient faire des ravages ».

  • les pays a faible revenu: 低收入国家
  • faire des ravages: 肆虐

Des mesures organisationnelles ont été prises afin que la riposte mondiale à une pandémie soit plus efficace, mais aussi plus équitable. L’OMS a ainsi mis sur pied le « cadre de préparation en cas de grippe pandémique », accord avec les industriels sur l’accès aux vaccins et au partage des bénéfices. Il garantit à l’institution internationale 10 % de la production de vaccins à destination des pays en développement.

  • la riposte mondiale: 世界范围的反应

« Il y a également au sein de l’Union européenne une évolution de la doctrine de réponse aux menaces transfrontalières, note Jérôme Salomon. Il existe une plus grande solidarité qu’en 2009, et il y aura des commandes groupées de vaccins et d’antiviraux, plutôt que chaque pays fasse bande à part. »

Malgré ces efforts pour améliorer l’accès aux vaccins et traitements, Laurie Garrett fustige la « farce de la santé mondiale » face à l’urgence d’une pandémie : « Les pays sont tout prêts à penser “mondial” quand c’est dans leur intérêt, mais pas quand il s’agit d’accumuler des médicaments, des financements, des vaccins, des souches virales et de l’expertise scientifique afin de mieux protéger leur population. Dans un monde de plus en plus populiste et nationaliste, il devient plus difficile d’assurer la mondialisation des biens. »

Sur les plans scientifique et technologique, là encore pessimistes et optimistes s’opposent. Si Laurie Garrett évoque les problèmes de production d’un vaccin pandémique, qui « rendent peu probable, pour 90 % de la population mondiale, de disposer en temps et en heure de produits accessibles et sûrs », la tonalité diffère du côté des industriels.

« Le processus de fabrication des vaccins antigrippaux est long – jusqu’à six mois à partir du moment où l’OMS fournit les souches virales – et complexe, reconnaît Vincent Hingot, responsable des affaires industrielles pour Sanofi Pasteur, le leader mondial en termes de doses de vaccin antigrippal saisonnier. Mais, depuis 2009, le contact avec les autorités de santé nationales et internationales pour la surveillance d’une probable pandémie s’est amélioré, ce qui permettra d’être prêt au plan industriel. Sanofi Pasteur a engagé de nouveaux investissements d’un montant de 170 millions d’euros sur notre site de Val-de-Reuil (Eure), qui nous dotent de capacités de production supplémentaires avec des lignes capables de passer rapidement du vaccin saisonnier tri- ou quadrivalent à un vaccin pandémique monovalent. »

  • des vaccins anti grippaux: 抗流感疫苗
  • trivalent, quadrivalent, monovalent: 三价,四价,一价

Le représentant de Sanofi Pasteur attend également des progrès de l’acquisition en 2017 de la société américaine Protein Sciences : « Nous disposons ainsi, hors de France, d’une nouvelle plate-forme possédant la technologie de culture cellulaire des souches virales, au lieu de la culture sur des œufs. Cela rend possible un passage beaucoup plus rapide de la production de vaccins saisonniers à un vaccin pandémique : un jour, au lieu d’environ deux semaines avec la culture sur œufs. »

Dans un contexte où la défiance envers les vaccins reste forte, le renforcement de la vigilance à l’égard des effets indésirables est impératif pour susciter la confiance. Plus de 450 cas de narcolepsie ont été rapportés en Europe après la vaccination contre la grippe A(H1N1). Ces cas ont, pour l’essentiel, été notifiés par les autorités finlandaises et suédoises, qui en comptaient chacune plus d’une centaine, après vaccination par Pandemrix, seul vaccin utilisé dans ces deux pays.

  • en comptaient chacune plus d’une centaine: 每个国家统计有超过百人
  • narcolepsie 发作性睡眠症

Pourtant, s’il est une arme de prédilection contre les maladies transmissibles, le vaccin ne suffit pas. « En 2009, nous avons sans doute trop misé sur le vaccin, qui doit être une arme parmi d’autres que sont la réduction des contacts, la stratégie d’utilisation des médicaments antiviraux pour les patients les plus fragiles…, estime Jérôme Salomon. Nous avons étudié la diminution des visites d’enfants dans les Ehpad, un moyen de limiter la transmission du virus. Nous testons également les stratégies destinées à mieux convaincre les personnels soignants de se faire vacciner pour protéger les patients. »

  • une arme de prédilection: 偏爱的武器
  • les personnels soignants: 医护人员

Le plus grand changement intervenu depuis la pandémie de 2009 est sans aucun doute la place occupée par les réseaux sociaux et leur rôle dans la communication avec le public. Certes, les institutions et autorités sanitaires ont progressé dans leur utilisation, mais moins rapidement que les semeurs de doutes et de fausses nouvelles qui alimentent la défiance.

  • semeurs de doutes de fausses nouvelles : 怀疑和假新闻制造者
  • alimenter la défiance: 滋长了不信任

Défiance à l’égard des experts

Sur ce point, Laurie Garrett insiste sur les liens entre les positions antivaccinales et la montée du populisme : « Les réseaux sociaux amplifient le tollé. Les défenseurs de la santé publique ont davantage de mal à faire comprendre qu’il faut distinguer les initiatives gouvernementales – en particulier lors d’une crise – des sentiments antigouvernementaux. Le refus d’une partie de la population de respecter les recommandations du gouvernement risque de faire échouer tous les rêves d’immunité de groupe pour la population. » Dans ce domaine, la défiance et les doutes à l’égard des institutions et des experts, notamment sur la question des vaccins et des médicaments, ont été largement alimentés et amplifiés par les erreurs et les faillites passées, et par les cas avérés de conflits d’intérêts.

  • la montée du populisme: 民粹主义的兴起
  • amplifier le tollé: 激化了争议

De plus, il existe sur ce plan un retard chronique en France en matière de communication sur les risques, trop souvent conçue à sens unique, du sommet vers la base, constituée par le public, à l’inverse de ce que des agences et des universitaires américains soulignent comme devant fonctionner dans les deux sens.

  • à sens unique: 单方向的
  • dans les deux sens: 双向的

Nul ne sait quelle sera la prochaine urgence sanitaire internationale ou la prochaine pandémie. Elle constituera assurément une épreuve de vérité, qui répondra a posteriori à la question : étions-nous bien préparés ?

20190424-p34-grippe.txt · 最后更改: 2019/11/16 21:10 由 80.15.59.65