用户工具

站点工具


20190527-p3-may

Une si longue descente aux enfers

Philippe Bernard

Pendant trois ans, la dirigeante britannique a multiplié les erreurs, au point de braquer le Parti conservateur

LONDRES - correspondant

Nous vivons une époque formidable ! » Trois jours avant d’être contrainte à la démission, Theresa May feignait encore de croire à l’« avenir magnifique qui attend le Royaume-Uni » après le Brexit. Jusqu’au bout, la fille de pasteur anglican parvenue au 10 Downing Street un peu par hasard dans la panique qui a suivi le non à l’UE du 23 juin 2016, aura déconcerté tous les observateurs par sa faculté à nier la réalité.

  • faculté à nier la réalité: 不能正视现实的本事

Trois votes négatifs à Westminster ne lui ont pas suffi pour comprendre qu’il fallait tenter autre chose. Contre l’évidence, ces derniers jours, elle a encore cru qu’elle pouvait arracher un vote de dernière minute sur le Brexit et empêcher la tenue des élections européennes. Ce scrutin, organisé jeudi 23 mai au Royaume-Uni mais dont les résultats ne seront connus que dimanche, devrait se traduire par une humiliation suprême pour celle dont la vie entière semble vouée au parti conservateur : le plus faible score des tories depuis leur fondation, en 1834.

Longtemps, l’opiniâtreté de l’ancienne ministre de l’intérieur et sa faculté à relever la tête après chaque camouflet, ont fait illusion et forcé l’admiration. Que cette femme de tête discrètement pro-européenne ait accepté de relever le défi du Brexit après que les matamores qui l’avaient ardemment défendu – Boris Johnson et Michael Gove – eurent déserté, renforçait l’image de « Theresa-Mère Courage ».

  • l’opiniâtreté: 固执己见
  • femme de tête: 聪明的女人
  • matamore 冒充好汉的人

Mais, en trois années de pouvoir, la dirigeante de 62 ans s’est révélée être non seulement aveugle face à la réalité, mais incapable d’écouter, dénuée de la moindre conviction à propos de l’UE et agissant sans cesse à contretemps. Le résultat est là, désastreux, d’abord pour le Royaume-Uni, mais aussi pour tout le continent. Le parti de Mme May, s’est révélé incapable de mettre en œuvre la rupture avec l’UE.

  • contretemps: 意外

Aurait-il pu en être autrement ? La réponse renvoie à l’impossibilité de la tâche : négocier un « bon Brexit » alors que la sortie de l’UE ne peut pas être, au moins à court terme, « gagnante » pour le Royaume-Uni. Elle conduit aussi à rappeler l’incessante guerre interne qu’a livrée à la première ministre un certain Boris Johnson. Aujourd’hui favori pour lui succéder, l’ancien ministre des affaires étrangères a qualifié le plan Brexit de Mme May de « grosse crotte ». Présenté par elle comme « fort et stable », son gouvernement n’a pas cessé, il est vrai, d’être une pétaudière.

  • grosse crotte: shit
  • une petaudiere:各自为政,一片混乱的地方

Lorsqu’elle arrive au pouvoir, sans la moindre élection (elle a été nommée leader du Parti conservateur après le retrait des autres candidats), Theresa May bénéficie d’un état de grâce. A l’automne 2016, 54 % des Britanniques et 87 % des conservateurs la considèrent favorablement. Mais, alors que le résultat du référendum était serré (51,9 % pour le Brexit), et la question posée vague, Mme May adopte une ligne dure, comme si tous les Britanniques avaient choisi de rompre radicalement avec le continent.

Elle finira par abandonner la phrase creuse – « Brexit veut dire Brexit » qu’elle répète alors à l’envi. Mais elle lui substitue des formules tout aussi floues – « Brexit fluide et méthodique », « nouveau partenariat positif et constructif », « accord de libre-échange ambitieux et global », qu’elle ressert imperturbablement, quelle que soit la question qu’on lui pose. Mme May devient « Maybot », contraction entre son nom et le mot « robot ». « Ce sobriquet résume son style maladroit, indifférent, et sa profonde médiocrité, assène John Crace, chroniqueur au Guardian et inventeur de la formule.

  • la phrase creuse: 空洞的语言
  • a l’envi:抢着。。。争先恐后的。。。
  • sobriquet: 诨号

Très vite, elle commet des erreurs qui seront fatales : au congrès du parti conservateur d’octobre 2016 puis dans son discours de Lancaster House prononcé en janvier 2017 devant des ambassadeurs européens médusés, elle fixe des lignes rouges – sortie du marché unique et de l’union douanière – qui lui lieront les mains, avant qu’elle ne soit contrainte de les assouplir. Elle affirme aussi qu’« une sortie sans accord vaut mieux qu’un mauvais accord ». La menace sera brandie réellement deux ans plus tard, pour tenter de forcer la main des députés rétifs.

  • médusés: 目瞪口呆的
  • lier les mains 作茧自缚
  • des députés rétifs: 反叛的议员

Vaine bataille parlementaire

Le 29 mars 2017, sans avoir d’objectif clair sur le type de relation souhaité dans l’avenir avec l’UE, elle active l’article 50 du traité de Lisbonne, celui encadrant la sortie d’un Etat membre. Son geste inconsidéré déclenche un compte à rebours de deux ans pour la conclusion du divorce et donne de fait la main à Bruxelles.

  • déclencher un compte à rebours de deux ans: 开始两年的倒计时

La féroce et vaine bataille parlementaire pour faire ratifier l’accord finalement signé avec l’UE en novembre 2018 a fait oublier qu’à l’origine Theresa May pensait gérer seule la mise en œuvre du Brexit. Il a fallu un recours en justice et un arrêt de la Cour suprême, en janvier 2017, pour que les députés s’en emparent.

Mais sa bourde magistrale restera la décision surprise d’organiser des élections anticipées en juin 2017. Comptant renforcer sa majorité, Theresa May la perd après une campagne où s’étalent son manque de charisme et ses formules creuses. La voilà otage du petit Parti démocratique unioniste (DUP) nord-irlandais dont les dix députés, intégristes du Brexit, servent d’appoint aux tories dans les votes.

  • sa bourde magistrale 大错特错
  • ses formules creuses 空洞的方案

Elle qui n’a absolument pas anticipé le fait que l’Irlande serait au cœur des négociations avec Bruxelles se fait imposer par Michel Barnier, négociateur en chef de l’UE, un « phasage » des discussions qui va la coincer. Les futures relations commerciales, dossier central pour Londres, ne seront discutées que lorsque seront soldés trois chapitres fondamentaux pour l’Union : le règlement financier du Brexit, le statut des expatriés et la frontière irlandaise.

Lors de sommets européens cruciaux, Mme May apparaît faisant le pied de grue, esseulée, au milieu de ses homologues. La première ministre croit s’en sortir en acceptant une clause dite de « backstop » (« filet de sécurité »), qui garantit le non-retour de la frontière irlandaise mais rend furieux ses alliés du DUP. Mais son « plan de Chequers » du 6 juillet 2018, usine à gaz qui marque de nouvelles concessions, est un flop.. Le chef de la diplomatie, Boris Johnson, choisit ce moment pour démissionner. Par la suite, il torpillera Theresa May ouvertement de l’extérieur.

  • faire le pied de grue: attendre debout très longtemps (familier) Synonyme: poireauter。 j'en ai assez de faire le pied de grue, je m'en vais
  • usine a gaz:chose d'apparence très compliquée qui ne sert à rien (familier; humoristique)

Le 25 novembre 2018, elle signe à Bruxelles l’accord tant attendu sur le Brexit avec l’UE. Ce devrait être une consécration. C’est une catastrophe. Le parti conservateur ne la suit pas : les europhobes crient à la trahison tandis que les pro-européens préféreraient rester dans l’UE. « C’est mon deal ou le chaos », leur rétorque-t-elle en substance. La suite ressemble à un chemin de croix.

  • un chemin de croix 背负十字架之路

Quand survient le fameux 29 mars, une date qu’elle n’a cessé de présenter comme gravée dans le marbre du Brexit, elle est contrainte de solliciter un report. Son autorité déjà faible s’étiole encore. Elle n’est plus que la « chef qui n’en a que le nom » (« leader in name only ») brocardée par John Crace à longueur de colonnes.

  • comme gravée dans le marbre 板上钉钉的
  • s'étioler: weaken
  • brocarder: 嘲笑

Sentiment de gâchis

  • gâchis: 混乱一团

En avril, alors qu’elle a perdu toute autorité, elle se décide à ouvrir des pourparlers avec Jeremy Corbyn, le chef du Labour. Trop tard encore. Si elle avait accompli ce geste au début de son mandat, elle aurait conclu un accord et le pays serait sorti depuis des mois de l’UE. Même sentiment de gâchis lorsque, à bout de souffle, le 21 mai, elle promet un vote du Parlement sur un second référendum qu’elle repoussait.

« Elle a réussi l’impossible : plus elle parle, plus ses partisans la lâchent. Elle est parvenue à rendre encore pire une situation déjà terrible », s’amuse Matt Chorley chroniqueur politique au Times. L’accord qu’elle a laborieusement négocié avec les Vingt-Sept est probablement mort. L’histoire retiendra ses trois années de pouvoir comme le moment où les tories se sont enfermés dans la rhétorique antieuropéenne et où l’isolement du pays s’est approfondi. Il est peu probable qu’elle n’entre au panthéon des grands premiers ministres britanniques.

20190527-p3-may.txt · 最后更改: 2019/05/27 06:24 由 82.251.53.114