用户工具

站点工具


20190614-p2-hk

La colère de la jeunesse de Hongkong

Lors d’une manifestation, à Hongkong, devant le Parlement (LegCo), mercredi 12 juin. KIN CHEUNG/AP Florence De Changy

La police a violemment réprimé les manifestants opposés au projet d’extraditions vers la Chine continentale

REPORTAGE

HONGKONG - correspondance

En quelques heures, dans l’après-midi du mercredi 12 juin, Admiralty et Central, les deux quartiers les plus emblématiques de la modernité hongkongaise, avec leurs palmiers, leurs pelouses à l’anglaise et d’élégants vestiges d’architecture coloniale se sont métamorphosés… en un champ de bataille, jonché de débris, de masques usagés et de bouteilles en plastique. L’air, infesté de gaz lacrymogènes, pique la peau, la gorge et les yeux dès la sortie du métro.

  • jonché de débris: 散落着残屑,残骸

Les affrontements ont opposé la police en tenue anti-émeute avec casques, bâtons et boucliers transparents à des dizaines de milliers de jeunes en tee-shirts noirs, la bouche protégée par des masques chirurgicaux, les yeux par des lunettes et parfois un parapluie pour parer aux gaz poivre. Les plus téméraires étaient arrivés la veille, voire l’avant-veille, pour bloquer l’accès au LegCo (le Parlement) et empêcher l’examen du projet de loi controversé facilitant l’extradition vers la Chine continentale. Hongkong est une « région administrative spéciale » chinoise, mais son système juridique autonome empêchait jusqu’alors toute extradition vers la Chine.

  • la police en tenue anti-émeute: 穿着防爆服的警察
  • boucliers transparents: 透明的盾牌
  • les plus téméraires: 最勇猛的人

Affrontement général

Dès le 11 juin, le Parlement de Hongkong n’a pu faire autrement que d’annoncer que les débats étaient provisoirement repoussés. Ce qui n’a fait qu’aggraver la situation, le face-à-face tendu depuis la veille virant à l’affrontement général mercredi après-midi, après qu’un groupe de protestataires a tenté de s’approcher trop près du LegCo. La police s’est mise alors à utiliser des gaz mais aussi des armes plus blessantes, en tirant notamment à courte portée des balles en caoutchouc et des bean bags (« sacs à pois »). Le recours abusif à ces armes a été dénoncé par Amnesty International.

C’est ce premier affrontement violent qui, selon divers témoins, a mis le feu aux poudres. « Ils n’ont même pas brandi les pancartes noires pour prévenir qu’ils allaient utiliser ce type d’armes », affirme Jason, étudiant de 23 ans. « Ils ont envoyé des salves de gaz lacrymogènes en visant notre petit stand de premiers secours. Ils ont continué à nous viser alors que nous étions coincés de toutes parts. J’ai vu des gens avec des blessures très graves au visage. » S’ensuivit un chassé-croisé, la police repoussant des manifestants d’un côté, qui, se précipitant d’un côté de la station de métro Admiralty, réapparaissaient de l’autre et ainsi de suite. La station devint le quartier général de la résistance.

  • mettre le feu aux poudres 引发冲突。原意是把火药点着
  • stand de premiers secours:急救站
  • un chassé-croisé 原意是舞蹈的舞步,引申义是来来往往

En quelques heures, des bases de ravitaillement se montèrent un peu partout. Parfois, de simples amoncellements à même le sol, de masques chirurgicaux, de solution saline pour se rincer les yeux, de masques de plongée, de casques de chantier et de parapluies pour se protéger des jets de gaz. « On a appris du mouvement des parapluies de 2014 [soixante-dix-neuf jours de sit-in]. La population de Hongkong nous soutient », explique une étudiante chargée de la distribution.

  • des bases de ravitaillement: 供应基地
  • de simples amoncellements à même le sol: 地上的简单的一堆。
  • de masques chirurgicaux: 手术用口罩
  • solution saline pour se rincer les yeux: 洗眼睛的生理盐水
  • masques de plongée: 潜水面具
  • casques de chantier: 工地用的安全头盔

Beaucoup de manifestants ne projetaient toutefois pas de s’approcher des fronts et refluaient en fonction des mouvements de la police. « Je veux protéger cet endroit. Cette ville est en train de mourir. Il se peut que cela ne serve à rien mais au moins, on pourra dire que nous avons été des citoyens responsables. Je suis sans espoir », affirme David, 19 ans, étudiant en sciences politiques en montant l’escalator arrêté qui rejoint la passerelle vers le flamboyant centre commercial Pacific Place.

  • refluer en fonction des mouvements de la police: 应警察的动向而聚集

Jeunes émus et choqués

Là aussi tout a changé d’allure. Le rendez-vous des plus grandes marques de luxe est devenu un refuge pour ces hordes un peu fébriles de jeunes, émus, choqués, qui hésitent entre « retourner au front », c’est-à-dire redescendre dans la rue, ou rentrer chez eux. Les uns sont révoltés et prêts à en découdre avec ces policiers qu’ils traitent de gangsters. D’autres semblent sous le choc, collés aux grandes baies vitrées qui donnent sur le champ de bataille. Certains ont les larmes aux yeux quand ils expliquent pourquoi ils sont là : leur mission est de « sauver Hongkong ». Ils consultent sans cesse leurs téléphones, les groupes de tchat. Ils affirment ne recevoir d’ordres de personnes mais « surveiller la situation ». « La révolte des parapluies, c’est parce qu’on réclamait d’élire notre chef de l’exécutif de manière démocratique. On se battait pour gagner quelque chose. Aujourd’hui c’est bien pire. On se bat pour ne pas reculer ! Car cette loi est un énorme recul pour Hongkong, c’est la fin de Hongkong », explique Kelvin, 21 ans.

  • le rendez-vous des plus grandes marques de luxe: 众多奢侈品牌的聚集地
  • en découdre: 打架
  • le champ de bataille: 战场。
  • les groupes de tchat: 聊天群

Le bilan, jeudi, faisait état de plus de 70 blessés dont une jeune fille qui aurait perdu un œil. De son côté, la chef de l’exécutif, Carrie Lam, a dénoncé des « émeutes », un terme lourd de conséquences pour les participants car un émeutier est passible de dix ans de prison. « Parler d’émeutes pour la manifestation d’aujourd’hui est absurde », a réagi Avery Ng, du Front civil des droits humains. « S’il y a eu violence, c’est entièrement de la faute de la police. » Il a appelé à une grève générale immédiate.

Ce nouvel épisode de révolte montre que, malgré le calme relatif qui avait suivi le mouvement des parapluies, les Hongkongais n’ont renoncé ni à défendre leurs libertés ni à combattre l’ingérence croissante de Pékin dans « leurs affaires ». Il montre surtout le rejet viscéral par la jeunesse hongkongaise du modèle autoritaire chinois. Jeudi en milieu de journée, la plupart des manifestants avaient quitté le quartier d’Admiralty. Certains, toutefois, étaient revenus avec sacs-poubelles et gants en plastique pour faire le ménage. Et récupérer les équipements non utilisés, qui, disent-ils, « pourront peut-être resservir ».

  • le rejet viscéral: 发自肺腑的拒绝
  • sacs-poubelles: 垃圾袋
20190614-p2-hk.txt · 最后更改: 2019/06/14 08:46 由 80.15.59.65