用户工具

站点工具


20190621-p4-quebec

Le Québec durcit ses règles sur l’immigration

Anne Pélouas

Une nouvelle loi entraîne l’annulation de 12 300 dossiers en attente de traitement

MONTRÉAL - correspondance

Le gouvernement du Québec, dirigé par François Legault (centre droit), a mis en application, lundi 17 juin, une loi d’immigration musclée qu’il avait fait adopter la veille à l’arraché à l’Assemblée nationale. Elle vise à sélectionner plus d’étrangers en fonction des besoins du marché du travail mais laisse sur le carreau de nombreux demandeurs qui attendaient, pour certains, une réponse depuis plus de quatre ans.

  • laisser sur le carreau: 淘汰,放弃不管

La loi entraîne l’annulation de 12 300 dossiers d’immigrants en attente de traitement, a confirmé, lundi, le ministre de l’immigration, de la diversité et de l’inclusion, Simon Jolin-Barrette. Ces dossiers familiaux touchent environ 30 000 personnes. En février, 18 000 dossiers étaient en souffrance mais le ministère a mis les bouchées doubles – à la suite d’une injonction judiciaire déposée par l’Association québécoise des avocats en droit de l’immigration – pour en traiter 2 000 avant l’adoption de la loi.

  • mettre les bouchées doubles 加倍努力

Restent 3 700 dossiers de ressortissants étrangers qui travaillent ou étudient actuellement au Québec avec, par exemple, un permis vacances travail ou un permis d’étudiant. Selon l’avocat en immigration Ho Sung Kim, « on parle d’environ 10 000 personnes avec les familles, surtout des francophones et majoritairement des Français. Les 12 300 autres cas concernent des Indiens, Iraniens, Algériens, Camerounais, Marocains et Chinois ».

Devant la vive opposition que le projet de loi a suscitée depuis février, le gouvernement a mis en place une mesure transitoire pour ces 3 700 demandeurs et leurs familles. Ils devront comme les autres refaire une demande dans le nouveau système dit « Arrima » mis en place par les autorités. Québec s’est engagé à y répondre en priorité d’ici sept mois et à retenir l’âge initial du dépôt de leur dossier dans les critères de sélection.

  • une mesure transitoire: 过渡措施

Alors que l’opposition à Québec a dénoncé une loi « inhumaine », M. Kim n’en revient pas de « l’entêtement du gouvernement face aux critiques qu’a reçues son projet de loi ». En vertu de la nouvelle législation, tous les étrangers qui souhaitent immigrer dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés (principale voie d’accès à l’immigration au Québec) devront remplir une « déclaration d’intérêts ». Le formulaire inclut des questions sur la situation familiale et professionnelle, la scolarité et d’éventuelles offres d’emploi reçues.

  • n’en revenir pas de: 无法忍受
  • entêtement

« Invitation »

La présélection sera accélérée, passant de trente-six à six mois, a promis, lundi, M. Jolin-Barrette. Les personnes retenues recevront une « invitation » à demander un « certificat de sélection au Québec », sésame pour l’immigration, selon une grille prenant en compte l’âge du candidat, le niveau d’éducation ou les compétences professionnelles.

Le système Arrima met fin au principe du « premier arrivé, premier servi ». En campagne électorale à l’automne 2018, M. Legault avait indiqué vouloir « en prendre moins mais en prendre soin ». Objectif : réduire de plus de 20 % par an le nombre d’immigrants et de réfugiés accueillis au Québec (40 000 cette année), mieux les intégrer et répondre à une forte pénurie de main-d’œuvre. En février 2020, Québec lancera ainsi un « portail employeurs libre-service » pour que les entreprises consultent directement les profils de candidats.

Selon un récent sondage, 63 % des Canadiens estiment que le gouvernement fédéral devrait « prioriser de réduire le nombre d’immigrants ». Seuls 37 % des sondés se disent en faveur d’une augmentation de leur nombre. Le ministre fédéral de l’immigration, Ahmed Hussen, a exprimé ses inquiétudes le 18 juin. L’immigration est, selon lui, la « clé » pour répondre aux urgents besoins en main-d’œuvre.

20190621-p4-quebec.txt · 最后更改: 2019/06/20 11:43 由 80.15.59.65