用户工具

站点工具


20190627-p7-temperature

« Les températures pourront atteindre 50 0C à la fin du siècle »

Propos Recueillis Par Au. G

Le climatologue Robert Vautard explique pourquoi les épisodes caniculaires devraient se répéter avec le réchauffement planétaire

ENTRETIEN

Le mercure n’en finit pas de grimper en France. Mardi 25 juin, plus des deux tiers des départements étaient en vigilance orange, à deux jours du pic attendu d’une canicule inédite pour un mois de juin. Robert Vautard, climatologue au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement de l’Institut Pierre-Simon-Laplace, spécialisé dans les épisodes climatiques extrêmes, explique pourquoi cet événement va se répéter avec le réchauffement planétaire.

  • le mercure n’en finit pas de grimper en France: 法国的气温持续上升。 mercure原意是汞。
  • en vigilance orange: 橙色警报

Ce phénomène caniculaire est-il exceptionnel ?

Cette canicule est d’abord exceptionnelle par son intensité, avec des valeurs extrêmes historiques : Météo France prévoit 41 0C à Clermont-Ferrand et en Auvergne et 42 0C en Ardèche pour la journée de jeudi, ainsi que 45 0C dans le Gard et à Nîmes pour vendredi, soit des températures jamais enregistrées. Ensuite, c’est la première fois qu’un événement d’une telle intensité a lieu en juin. Ces canicules sont plutôt des phénomènes de milieu d’été. En 2017, le 5 août, on enregistrait 42 0C à Nîmes, ce qui était déjà un record. Dès qu’on atteint les 40 0C, on bat des records.

Les canicules et vagues de chaleur sont-elles plus fréquentes que par le passé ?

En Europe, et en France, les vagues de chaleur sont plus intenses, plus longues et plus fréquentes depuis au moins trente ans. Ces dernières années, on estime que les canicules sont au moins quatre, voire dix fois plus probables, en raison du changement climatique. Depuis 2015, une vague de chaleur se produit chaque année quelque part sur le Vieux Continent : en 2015 et en 2016, c’était en Europe centrale, en 2017 en Europe du Sud, en 2018 en Europe du Nord. Cette année, début juin, les températures ont avoisiné 30 0C près du cercle polaire en Finlande.

  • avoisiner: 临近

Quelle sera l’évolution de ces canicules à l’avenir ?

Une canicule comme celle qui a touché le sud de l’Europe à l’été 2017 devrait se reproduire tous les dix ans dans le climat actuel. Dans un climat sans interactions humaines, elle se produirait tous les cent ans. Mais dans un monde plus chaud de 2 0C par rapport à l’ère préindustrielle – ce que l’on atteindra probablement en 2050 –, cela deviendra la norme : en moyenne, les étés seront tous comme les plus chauds que nous connaissons aujourd’hui. Ainsi, les étés les plus chauds à ce moment-là seront bien plus intenses qu’actuellement. On observera + 4 0C à + 5 0C degrés d’anomalie sur ces périodes, ce qui est énorme. Et ce qui veut dire des pointes bien plus élevées encore. Il faut par ailleurs s’attendre à une chaleur estivale qui démarre plus tôt et qui s’arrête plus tard, de mai à octobre en moyenne, contre juin à septembre aujourd’hui.

Vers la fin du siècle, si les émissions de carbone ne baissent pas, on peut s’attendre, selon certains modèles, à des températures qui avoisinent ou dépassent les 50 0C en pointes journalières, dans le sud et l’est de la France ; elles seraient similaires à celles que l’on observe en Inde depuis trois semaines. En outre, dans certaines régions, comme les côtes méditerranéennes ou en outre-mer, la combinaison de températures élevées et d’humidité rendra la situation très difficile à vivre. Les impacts de la chaleur ne sont pas linéaires : on la supporte jusqu’à une certaine valeur et, brutalement, on se met à ne plus la supporter. Au-delà de 30 0C ou de 35 0C, beaucoup de gens souffrent fortement. Il y a des valeurs seuils au-delà desquelles les effets sanitaires deviennent importants (déshydratation, hyperthermie, troubles cardio-vasculaires, maladies respiratoires).

La corrélation entre les canicules et le réchauffement est-elle plus facile à établir ?

Le dérèglement climatique joue un rôle majeur dans l’augmentation de la probabilité de survenue des vagues de chaleur. Le lien est désormais plus facile à établir, car le signal est très clair. Comme à chaque canicule, il faudra attendre quelques jours que l’épisode s’achève, puis on regardera les relevés météorologiques et on les comparera aux valeurs extrêmes passées, actuelles et aux simulations climatiques. On aura alors la confirmation du rôle du changement climatique.

Que faire pour limiter l’occurrence des canicules ?

Il faut réduire fortement nos émissions. On sait déjà qu’il sera difficile de limiter le réchauffement à 2 0C, et qu’un tel climat aura des impacts majeurs. Mais il faut éviter d’atteindre + 3 0C, + 4 0C ou + 5 0C. Toutes les actions que l’on met en œuvre aujourd’hui auront un effet à long terme, particulièrement pour la seconde moitié du XXIe siècle, moins avant, en raison de l’inertie de la machine climatique.

20190627-p7-temperature.txt · 最后更改: 2019/06/26 17:48 由 80.15.59.65