用户工具

站点工具


20190629-p8-canicule

CANICULE

Voyage dans une France écrasée par la chaleur

A Nice, mercredi 26 juin. VALERY HACHE/AFP Béatrice Gurrey (Avec Anne Devailly, À Montpellier, Philippe Gagnebet, À Toulouse, Maxime Goletto, Stéphane Mandard, Claire Mayer, À Bordeaux, Et Maud Obels, À Grenoble)

Urgentistes, coursiers à vélo, personnes sans-abri sont aux premières loges de la canicule qui s’abat sur l’Hexagone, depuis mardi

  • être aux premières loges: 在第一线

Elle est allongée sur un brancard, pâle et tranquille. Seuls ses orteils remuent à intervalles réguliers, comme une vie qui s’accroche. Sa femme de ménage l’a trouvée sur le sol, où elle gisait depuis une heure, sans pouvoir bouger. A 90 ans, la vieille dame a affirmé aux pompiers qu’elle avait « juste voulu ramasser quelque chose par terre ». Ils l’ont emmenée rapidement aux urgences de l’hôpital Saint-Joseph, dans le 14e arrondissement de Paris, ce jeudi 27 juin.

  • un brancard: 担架
  • orteil: 脚趾

Un malaise dû à la canicule, annoncée et redoutée, qui s’abat depuis mardi sur le pays ? C’est probable. Les médecins décident de la garder quoi qu’il arrive. A la réunion de 8 h 30, l’équipe de nuit a égrené, pour la relève de jour, la litanie des malades : pour l’essentiel des octogénaires. Certains déments, d’autres pas, souvent solitaires, des existences de misère. Des vieillards, tels ceux que la canicule de 2003 avait tués par milliers. Les pompiers ont même amené un vieux monsieur espagnol, égaré dans la gare Montparnasse, déshydraté et incapable de dire qui il était ni d’où il venait.

  • égrener la litanie des malades: 一个接一个的接收病人
  • égaré: 迷路的
  • la Gare Montparnasse: 蒙特巴纳斯车站
  • déshydraté: 脱水的

Finalement, le responsable du sanctuaire de Lourdes a confirmé au chef adjoint des urgences de Saint-Joseph, Jean-Luc Aïm, que la famille, en pèlerinage, viendrait récupérer son aïeul, vendredi, à Paris. Un vrai miracle. Le vieil homme avait pris le train tout seul, au hasard. Arrivé en renfort des trente médecins du service en prévision de cette période difficile, un gériatre a joué les traducteurs pour les proches du vieil homme, qui ne parlaient pas un mot de français. Très pince-sans-rire, il passe régulièrement au poste de soins avec une boîte de bonbons et un sac de pommes pour soutenir les troupes, urgentistes, internes, étudiants, infirmiers, aides-soignants, auxquels il faut ajouter la psychiatre et l’assistante sociale. Près de 70 % de femmes, jeunes.

  • en pèlerinage 朝圣
  • aïeul 祖父
  • gériatre 老年课医生
  • pince-sans-rire 绷着脸说笑话的人

« On était tous en eau ! »

  • en eau: 大汗淋漓

En temps normal, six médecins assurent la garde. Aujourd’hui, ils sont neuf, qui ne perdent pas un instant, entre soins, comptes rendus et gestion des lits. Un écran géant tactile, dont chacun possède une version miniature sur son ordinateur, donne une image en temps réel de la situation des patients : d’un glissement d’index, l’un passe de la salle de déchocage (urgence absolue) au lit-porte (état moins grave), un autre est transféré en « cardio » ou sort du tableau, car jugé apte à rentrer chez lui.

  • un écran géant tactile: 巨大的触摸屏

Toutes les cases sont pleines, une situation exceptionnelle qui survient d’habitude l’hiver, durant une épidémie de grippe. « On reste en vigilance jusqu’à samedi, en équipe renforcée, et on ouvre une unité supplémentaire dès demain, de onze lits », signale le docteur Aïm. Le flux de patients n’a cependant pas atteint les sommets attendus, car la température est légèrement descendue pendant la nuit.

La veille, d’importants travaux ayant eu lieu dans l’hôpital avaient détérioré le système de climatisation. « On était tous en eau ! », témoigne une jeune infirmière préposée, ce jeudi matin, au premier tri des patients, selon la gravité de leur état. Des migraines de mauvais augure, des vomissements en jets violents, des blessures à la suite d’une bagarre, défilent en quelques minutes. Des colonnes de climatisation et des ventilateurs sont heureusement arrivés dès l’aube. Le directeur de l’hôpital, Jean-Patrick Lajonchère, soigne ses urgences, entièrement rénovées et inaugurées au mois de juillet 2015, à l’occasion d’une alerte canicule. Le chef du service, Olivier Ganansia, passe lui-même un coup de fil aux services techniques à propos d’un ordinateur en panne ; aucun terminal ne peut être défectueux en ce moment.

  • des migraines de mauvais augure: 不祥之兆的偏头痛
  • passer un coup de fil aux services techniques: 给技术部门打电话

Optimisme de la ministre

Bien accueilli à Saint-Joseph, Le Monde s’est vu refuser l’accès à tous les services d’urgences de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à Grenoble, Strasbourg, Metz, où s’est rendue, jeudi, la ministre de la santé, Agnès Buzyn. Une communication millimétrée et très active, alors que les urgences de l’hôpital public s’apprêtent à amplifier leur mouvement de grève, le 2 juillet, très largement soutenu par l’opinion publique. L’été s’annonce tendu, avec des soignants en sous-effectif et épuisés – surtout si la canicule perdure.

  • perdurer: 长时间持续

La ministre a préféré afficher son optimisme, à Metz : « Aujourd’hui, par rapport à la canicule, nous n’enregistrons aucun signal d’inquiétude. Le problème a été pris en amont. » L’avant-veille, sur Europe 1, elle exprimait son pessimisme : « Il ne peut jamais y avoir zéro mort à l’issue d’une canicule. » Mme Buzyn a surtout distribué, avec le sourire, les mauvais points : aux « irresponsables » qui « continuent de faire leur jogging entre midi et 2 heures » (sur France 2), aux parents qui laissent leur bébé dans une voiture « pour faire une course rapide », comme cela est arrivé à Belleu, dans l’Aisne, selon L’Union, et dont la mère a été placée en garde à vue. L’enfant est en parfaite santé.

C’est en politique avertie qu’elle a aussi fustigé la maire de Montauban, Brigitte Barèges (Les Républicains) pour avoir refusé l’accès à un endroit frais aux sans-abri, alors que le thermomètre indiquait 40 °C dans la ville du Tarn-et-Garonne. Ce n’est pas elle que l’on accusera de prendre de haut la canicule, en polo dans son jardin, comme son malheureux prédécesseur, Jean-François Mattei, en 2003 ! Vendredi, après la tenue d’un comité interministériel sur la canicule, elle se rend à Nîmes (Gard), aux urgences, puis dans une crèche et enfin à la Croix-Rouge.

« C’est supportable. Je m’oblige à boire »

On l’aura compris, le gouvernement communique à tout-va et multiplie plans et cellules de crise, d’autant qu’une décision « historique » a ajouté, jeudi, à la liste des soixante-seize départements en vigilance orange, une « vigilance rouge » pour l’Hérault, le Gard, le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône. Sorties scolaires et manifestations en plein air ont été annulées. Jeudi déjà, un record de chaleur a été battu pour un mois de juin, avec 43,5 °C enregistrés à Montclus, dans le Gard. Les cartes de Météo-France montrent parfaitement le phénomène appelé, semble-t-il, à se répéter.

  • a tout-va: 大张旗鼓的,大量的

Des morts de chaud, pour l’instant, il n’y en a point, que l’on sache. La France s’est organisée, pour tous les âges et toutes les conditions. On ne dit pas que c’est facile : prenez les bébés… Les jeunes parents redoutent cette maudite canicule dès le réveil. Quels vêtements leur faire porter ? Dans la plupart des crèches la climatisation n’a pas droit de cité, pas plus que les ventilateurs. Restent baignoire, bassine, cuvette ou tout autre grand récipient rempli d’une eau à 35 °C minimum, sauf à risquer une hydrocution. Notre correspondante à Bordeaux, mère d’une fillette d’un an, se l’est vu confirmer et a fait l’expérience de cette canicule. Le parc ? Pris d’assaut. Le biberon ? Refusé. Le dîner ? Pas faim. Dodo ? Trop chaud. A 22 heures, la petite, vaincue par la fatigue, s’est enfin endormie, laissant sa maman torturée par l’existentielle question : l’ai-je bien hydratée ?

  • une hydrocution 冷水刺激性昏厥

A l’autre bout de la vie, les résidents de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Bévière, à Grenoble, se sentent relativement bien. Madeleine, octogénaire raisonnable, l’assure : « C’est supportable. Je m’oblige à boire parce que je n’ai jamais soif. » Bernard, 83 ans, lui, brave la chaleur par défi, au nom de sa liberté chérie : « Je sors un peu quand même, parce que je tiens à mon indépendance. » Les volets ont été baissés et deux jeunes filles, Laurie et Estelle, 17 ans, en bac professionnel accompagnement, soins et services à la personne, parcourent deux fois par jour les étages pour proposer à boire aux 87 résidents.

« Nous travaillons déjà à flux tendu »

Elles y mettent du cœur et rient volontiers – on n’est pas sérieux quand on a 17 ans, et la mort paraît si loin. Elles prennent le temps, trois ou quatre heures par jour, et écoutent, ce que ne peuvent pas faire les aides-soignants. « Cette canicule du mois de juin tombe assez bien, dit Brigitte Berthier, infirmière à Bévière depuis six ans. Ce ne sont pas encore les vacances, le personnel est au complet, et nous avons les stagiaires pour nous épauler. » En juillet et en août, ce sera sans doute une autre affaire. « Nous travaillons déjà à flux tendu, donc, quand la surveillance doit être accrue, nous faisons comme nous pouvons. L’été, nous sommes un peu démunis », ajoute l’infirmière.

  • nous faisons comme nous pouvons: we do what we can
  • nous sommes un peu démunis: 我们有点缺人手

Les proches sont encouragés à multiplier leurs visites, mais ne le font guère, observe Pascal Frêne, le directeur de l’établissement. Lauriane, elle, prend la peine de venir voir sa grand-mère tous les deux jours. Elle lui apporte des bouteilles d’eau et lui a installé un petit climatiseur. « Ces périodes de chaleur sont de plus en plus fortes et de plus en plus longues, constate M. Frêne. Il faut s’y préparer. » A l’Ehpad, directeur et personnel regrettent que le bâtiment, construit en 2012, ne dispose d’une climatisation que dans les parties communes et non dans les chambres, dont certaines sont exposées plein sud.

C’est tout le paradoxe de la climatisation, qui rafraîchit les intérieurs tout en contribuant au réchauffement climatique à l’extérieur, par émission de CO2. A Montpellier, « capitale » d’un des départements placés vendredi en vigilance rouge, l’Hérault, l’aménagement de tout un quartier, Port Marianne, sur la rive gauche du Lez – modeste cours d’eau capable de crues hivernales – un nouvel urbanisme semble faire ses preuves. Les 1 200 appartements, orientés nord-sud, sont traversants, et la disposition des immeubles tient compte des vents qui soufflent en ce lieu. La végétation au bord du fleuve, deux éléments rafraîchissants par nature, a été enrichie de nouveaux arbres et de prairies fleuries. A l’arrivée, un ressenti de – 10 °C par rapport à la température normale. « L’idée, précise l’architecte Pierre Tourre, était que les habitants puissent se passer de clim ! »

Maraudes associatives intensifiées

Tout le monde ne peut pas se rafraîchir avec un éventail traditionnel en plume de canard (ici, on les réserve plutôt pour les couettes), comme au Cameroun, ou dormir sous un danki, ces auvents ouverts à tous les zéphyrs, où l’on étale sa natte directement sur le sol sablonneux. En France quand on dort dehors, ce n’est généralement pas par choix. A Toulouse, où la brique rouge des immeubles des grands boulevards agit comme un four à ciel ouvert, ce sont près de 5 000 personnes qui vivent sans domicile fixe, dont 800 totalement sans abri. C’est le cas de Marius et Samira, des Albanais parents de quatre enfants, contraints de camper depuis cinq mois en face du quartier Arnaud-Bernard. « Nous sommes en attente de demande d’asile, explique timidement Marius. C’est vrai, il fait de plus en plus chaud, mais, ce matin, l’assistante sociale est passée, et des agents de la Croix-Rouge nous ont apporté de l’eau. »

  • un éventail traditionnel en plume de canard: 传统的鸭毛的扇子

Les maraudes associatives, comme celles mises en place par la municipalité, vont s’intensifier, durant ces journées de forte chaleur. La mairie, en coopération avec le Secours catholique, les Restos du cœur et la Croix-Rouge, met en place des dispositifs inédits à cette période de l’année. Deux véhicules vont arpenter la ville de 9 heures à 22 heures pour distribuer de l’eau et orienter les SDF vers des fontaines d’eau potable ou des endroits « frais » : les médiathèques climatisées ouvriront jusqu’à 21 heures, les 165 parcs et jardins de la ville resteront disponibles jusqu’à 23 heures Une centaine de mineurs non accompagnés qui vivaient dans un squat de fortune seront relogés.

Il n’y a pas que les plus vulnérables, très jeunes, très vieux, très pauvres, qu’il faut plaindre sous l’écrasant soleil caniculaire. Que dire des livreurs à vélo, de plus en plus nombreux à Paris, qui doivent pédaler dans l’air pollué et brûlant ? « L’été, c’est deux fois plus dur, témoigne Mouhanned, un trentenaire livreur pour Uber Eats, qui travaille également sur un chantier. A cause de la température, mais aussi parce qu’il y a moins de commandes. Les gens préfèrent manger dehors. » Et puis le vélo s’use plus rapidement : mercredi, il a dû changer sa chambre à air. Il a fini par concentrer ses livraisons entre 21 heures et 2 heures du matin, ce qui lui permet de gagner environ 200 euros par semaine.

  • sous l'écrasant soleil caniculaire: 在烈日炎炎之下

Pas d’augmentation des livreurs Deliveroo

Edouard, lui, a jeté l’éponge. Après une journée particulièrement éprouvante, ce livreur pour la plate-forme Deliveroo a décidé d’annuler ses prestations pour le reste de la semaine. Mais la décision d’interrompre ainsi son activité n’est pas sans conséquences. Non seulement les coursiers qui font ce choix ne toucheront pas un centime, mais ils seront pénalisés par l’algorithme de la plate-forme qui attribue les créneaux de livraison. A eux, désormais, les plages horaires et les lieux les moins rémunérateurs. Certains ne peuvent pas se le permettre. « C’est mon seul revenu. La question ne se pose même pas, explique Nicolas, qui travaille pour Uber Eats et Stuart, à Bordeaux. D’autant qu’en été la compétition est encore plus rude. Beaucoup d’étudiants se mettent à livrer pendant cette période. »

  • jeter l'éponge: 认输。
  • ne toucheront pas un centime: 将拿不到一分钱

Interrogée par Le Monde, la plate-forme Deliveroo ne prévoit pas d’augmenter ses livreurs, comme cela a pu être le cas lors de fortes intempéries. Le site s’est contenté d’envoyer des messages de prévention par courriel à ses coursiers les incitant à « bien s’hydrater ». Pire, la plate-forme Glovo invite ses clients à « offrir un petit verre d’eau » aux coursiers. Un message dont le cynisme a provoqué de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux. D’un point de vue légal, rien n’oblige ces entreprises à prendre des mesures adaptées envers leurs livreurs. « Ce ne sont pas des salariés, mais des autoentrepreneurs », observe Karine Audouze, avocate associée au cabinet UGGC.

Sous une chaleur de plomb, aucun deux-roues, aucun transport en commun, ne peut se révéler agréable. Sur la ligne 6 du métro parisien, en partie aérienne, le soleil tape fort sur la tôle des trains, et le mercure grimpe vite. On s’évente frénétiquement, ou on prend son mal en patience. Sarah sort à la station Glacière et jure que, le métro, c’est fini pour la semaine. En surface, la situation n’est guère plus enviable. Dans le bus 325, qui relie la bibliothèque François-Mitterrand au château de Vincennes, la température atteint 32 °C. Seuls 20 % des véhicules RATP circulant en Ile-de-France sont climatisés. Il faudra attendre… 2029 pour que les 11 000 bus en soient tous équipés.

  • une chaleur de plomb 酷热
  • la ligne 6 du metro parisien, en partie aérienne…:巴黎地铁六号线,部分线路是走在地面上的空中天桥的。
  • s'éventer: 自己扇扇子
  • prendre son mal en patience

37 °C dans le RER D

Dans le RER D, qui transporte chaque jour 615 000 voyageurs, aucune voiture ne bénéficie d’un système de refroidissement. A 16 heures, le thermomètre y dépasse les 37 °C. Virginie, habituée de la ligne, avec sa fille en poussette, a rempli de glace et de bouteilles d’eau un sac isotherme. Francis, un retraité, ne sort plus, depuis la canicule de 2003, « sans une serviette mouillée sur la nuque » en cas de grosse chaleur. Sur la ligne B, il fait 35 °C à 17 heures, à la station Luxembourg. La rame reste immobilisée en raison d’un malaise voyageur, et la tension monte, avec la crainte de rester coincé.

  • en raison de + nom: 因为

En surface, dans le jardin du Luxembourg, deux amatrices d’abeilles, venues suivre les cours de la Société centrale d’apiculture, menacent de tourner de l’œil. L’une d’elles décide de s’allonger sur le sol, plutôt que de tomber. Elle doit savoir ce qu’elle fait, en qualité de médecin. C’est l’un de ses confrères, praticien dans une ONG, qui lui porte secours. Il vide tout d’abord une demi-bouteille d’eau sur sa tête et détache une plaque métallique de son portable, qu’il lui place entre les mains. L’électrocardiogramme apparaît alors sur l’écran du téléphone, en Wi-Fi. « 104, vous n’êtes pas trop mal, mais reposez-vous. »

  • tourner de l’oeil: 晕倒

De l’eau, de l’eau ! C’est la denrée que tout le monde recherche. Les Parisiens se jettent tout habillés dans les bassins du Trocadéro, tandis qu’à Vitré, en Ille-et-Vilaine, un homme est filmé en train de se diriger vers un petit bassin, entièrement nu. Les plus audacieux se livrent à une pratique interdite : le street-pooling, qui consiste à ouvrir les bouches à incendie réservées aux pompiers. Pour chaque bouche rouge forcée, 750 litres d’eau sont gaspillés toutes les minutes, souligne Le Parisien. Jeudi, un enfant se trouvait en arrêt cardiaque après avoir été projeté en l’air par le geyser d’une de ces bouches.

  • les bassins du Trocadéro: Trocadéro 是直接面对埃菲尔铁塔的旅游景点。有几个很大的带喷泉的水池
  • les bouches à incendie: 消防拴
  • en arrêt cardiaque: 心脏暂停

Les pompiers ont beau multiplier les messages d’interdiction et d’alerte, la pratique, venue de New York après une canicule en 1896, perdure. Les moins téméraires ont pris d’assaut les piscines de la capitale, dont la fréquentation a bondi de 50 % depuis le début de la semaine. Mais il faut s’armer de patience car, sur les quarante piscines publiques parisiennes, une dizaine sont fermées pour travaux. Une file d’attente interminable, le grand bain qui ressemble à une pataugeoire et le petit bain sur le point de déborder. Que ne ferait-on pas pour quelques heures de fraîcheur…

  • les moins téméraires: the less audacious
  • prendre d’assaut: 奔向
  • une pataugeoire 儿童戏水池

Il paraît qu’un petit village gaulois résiste à l’occupant solaire, affichant une insolente fraîcheur : la Bretagne.

20190629-p8-canicule.txt · 最后更改: 2019/06/29 14:49 由 80.15.59.65