用户工具

站点工具


20190701-p2-us

Washington et Pékin relancent leurs négociations commerciales

Brice Pedroletti

Malgré la nouvelle trêve décidée entre les deux capitales pour éviter l’imposition de nouvelles taxes, les différends restent patents

  • les différends restent patents: 争议还是明显的。

OSAKA (JAPON) - envoyé spécial

La rencontre entre Xi Jinping et Donald Trump à Osaka, samedi 29 juin, a-t-elle accouché d’une souris ? Les deux présidents ont promis de reprendre les négociations sur « une base d’égalité et de respect mutuel », selon l’agence Chine nouvelle. Donald Trump s’est félicité « d’une très bonne rencontre avec le président Xi, je dirais même excellente ». Cette trêve évite l’imposition de nouvelles taxes sur 300 milliards de dollars (263 milliards d’euros) de produits chinois supplémentaires – 250 milliards de dollars d’importations chinoises sont déjà taxées. Or, si personne ne s’attendait à un accord pendant le G20, cette trêve ressemble à celle qui avait été annoncée lors du précédent sommet, en Argentine, fin 2018. Les négociations avaient repris – sans toutefois aboutir.

  • accoucher d’une souris: 源自俗语 la montagne accouche d’une souris: 雷声大雨点小

« Le problème d’une deuxième trêve, c’est que cela donne une impression de déjà-vu, de piétinement, explique le sinologue Jean-Pierre Cabestan. Or, on s’attendait à un accord partiel : le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, avait déclaré avant la rencontre que 90 % du travail de négociation était fait. Il se pourrait que les Chinois ne préfèrent pas d’accord à un accord partiel. Ils savent que les Etats-Unis n’ont pas intérêt à étendre les droits de douane à d’autres produits, car les milieux d’affaires américains semblent s’y opposer. Mais c’est un poker menteur, ils souffrent aussi de la situation économique, les dettes s’accumulent. »

  • une impression de piétinement 停滞不前的感觉
  • il se pourrait que + subjonctif: 可能。。。
  • c'est un poker menteur

Rien ne dit, à ce stade, que Washington s’engagera à ne pas bloquer la fourniture de composants de haute technologie et de logiciels au géant des télécoms chinois Huawei, comme semblait l’exiger Pékin pour la reprise des négociations. Huawei est soupçonné de collaborer avec les services d’espionnage chinois. La firme chinoise, de son côté, a récemment entrepris d’exiger de plusieurs entreprises américaines, dont le géant des télécoms Verizon, des redevances pour l’usage indirect des quelque 11 000 brevets qu’il a déposés aux Etats-Unis. La Chine a aussi fait comprendre qu’elle considère plusieurs options de représailles, notamment l’idée de limiter ses exportations de terres rares vers les Etats-Unis.

  • rien ne dit que…: nothing says that
  • comme semblait l’exiger Pékin pour la reprise des négociations: 倒装句。comme Pekin semblait l'exiger pour la reprise des négociations.

« Rival systémique »

L’administration Trump avait pris soin de baisser d’un ton sur les autres dossiers reprochés à Pékin, en perspective de la rencontre Xi-Trump : le vice-président, Mike Pence, avait ainsi été prié de retarder un discours prévu sur les violations des droits de l’homme en Chine. Et un projet de loi prévoyant des sanctions contre les responsables communistes de la région autonome du Xinjiang, accusés de mener une politique d’internement massif de la population musulmane ouïgoure, a été repoussé. Alors que la campagne présidentielle est ouverte aux Etats-Unis, ce front risque d’être rouvert : « Il y a un consensus chez les démocrates et les républicains pour mettre la pression sur la Chine », note M. Cabestan.

  • prendre soin de faire qch: take care to do something
  • baisser d’un ton: 降低调门
  • en perspective de:

La rencontre Xi-Trump est aussi un révélateur du bouleversement que constitue, pour les économies occidentales, l’arrivée à taille critique de l’économie étatique chinoise : même si les pays européens espèrent réformer l’Organisation mondiale du commerce (OMC), ils se sont ralliés, sinon à la méthode, du moins à la vision américaine, ayant fait de la Chine « un rival systémique soutenant des modèles alternatifs de gouvernance » et « un concurrent économique en quête de leadership technologique », selon les termes employés par le service diplomatique de l’Union européenne en début d’année. Car l’OMC est aujourd’hui bloquée dans ses trois missions : celle d’édicter des règles, de surveiller le respect des lois, et d’arbitrer les conflits – une fonction que les Etats-Unis paralysent en empêchant le renouvellement de magistrats de l’organe de règlement des différends (ORD).

« L’OMC a été créée à partir de l’idée que tous les pays adhéraient à un système similaire. Mais ce n’est pas le cas, il y a un certain nombre d’économies émergentes qui ne fonctionnent pas comme les autres, avec une implication importante de l’Etat. Et ce n’était pas anticipé, expliquait début juin Françoise Nicolas, directrice des études asiatiques à l’Institut français des relations internationales (IFRI). La Chine crée des perturbations et nous ne savons pas comment gérer ce genre d’économie d’Etat. Il ne s’agit pas seulement de subventions, mais d’un soutien subtil – ce qui rend très difficile d’y répondre à travers les règles de l’OMC. C’est cela qui est au cœur de la guerre commerciale sino-américaine, et ce n’est pas donc facile de régler celle-ci à travers l’OMC. »

20190701-p2-us.txt · 最后更改: 2019/07/01 07:15 由 82.251.53.114