用户工具

站点工具


20191004-p22-degas

Degas et la danse, entre passion et répulsion

« La Classe de danse » (1873), d’Edgar Degas. WASHINGTON, DC, THE NATIONAL GALLERY OF ART/NGA IMAGES

Philippe Dagen

Le Musée d’Orsay met en scène la tension qui électrisait le peintre dans son rapport aux petits rats de l’Opéra

  • Les petits rats de l’Opera; 特指巴黎歌剧院的年轻舞者

ARTS

Degas, l’Opéra, les danseuses : on se dit d’abord que le sujet est aussi prévisible que les pommes de Cézanne et les meules de Monet, et l’on craint le rassemblement thématique qui finit par ennuyer. Crainte vite disparue : bien qu’abondante, divisée en pas moins de dix chapitres, l’exposition ne connaît aucune baisse de tension et convainc bientôt que l’on n’a jamais vu auparavant les danseuses de Degas aussi bien montrées. Le mérite en revient d’abord à Degas, dont il se vérifie ici qu’il est l’un des plus grands de son siècle, où pourtant la concurrence est sévère. Mais il appartient aussi à l’auteur de l’exposition, Henri Loyrette, qui a consacré à l’artiste la plupart de ses travaux.

  • bien que + adj.
  • le mérite en revient d’abord à Degas; 荣誉属于德咖

Il commence par faire de l’histoire, c’est-à-dire par inscrire l’œuvre à sujets chorégraphiques dans des histoires qui se complètent. Il y a celle de la formation de l’artiste qui veut suggérer les mouvements du corps dès ses copies d’après la statuaire classique et ses essais de tableaux à l’antique. Ses Petites filles spartiates provoquant des garçons, commencé en 1860, pourrait en effet s’intituler Jeunes filles et garçons se préparant à un cours de gymnastique. La question anatomique est déjà essentielle et le demeure jusqu’à la fin.

  • la statuaire classique: 古典雕塑

Encyclopédie des gestes

Il y a l’histoire sociale de Degas, né en 1834 dans une famille fortunée et mélomane, amie de musiciens de métier, dont le bassoniste de l’Opéra Désiré Dihau, qui commande son portrait au jeune artiste en 1870. Celui-ci participe alors à un engouement caractéristique de l’époque. L’Opéra, que ce soit celui de la rue Le Peletier, détruit par le feu en 1873, ou celui de Charles Garnier, inauguré en 1875, et l’opéra, français ou italien, de Rossini ou de Meyerbeer, avec ou sans ballets, sont dans les décennies 1860 et 1870 les lieux de spectacle les plus courus et ceux des créations les plus discutées – autant que les livres et plus que les beaux-arts.

  • une famille fortunée et mélomane: 一个富裕而热爱音乐的家庭
  • amie de musiciens de métier: 职业音乐家之友
  • commande son portrait au jeune artiste en 1870: 1870年向年轻的艺术家(指得加)定制了自己的画像
  • un engouement caractéristique de l’époque: 那个时期典型的爱好
  • les plus courus: 最受欢迎的
  • autant que les livres et plus que les beaux-arts: 和书一样(受迷恋),超过美术

Prendre ses motifs sur scène et dans la salle, c’est tenir la chronique de son temps, être un peintre de la vie moderne, selon l’exigence de Baudelaire. Documents, maquettes et affiches rappellent ces données culturelles nécessaires.

Il y a enfin la vie de l’artiste, dont certains points sont bien connus et d’autres moins certains, dont sa supposée passion pour la danseuse Eugénie Fiocre, car Degas cultivait la discrétion. Ce qui est clair est qu’il regarde avec dégoût les hommes quinquagénaires – ou plus – qui achètent les corps des jeunes danseuses et traitent avec les mères des rats, maquerelles de leurs filles. Les abonnés sont leurs clients, qui préfèrent se fournir dans les coulisses que dans les bordels, pourtant guère éloignés de l’Opéra. Ce Degas satirique est l’ami du romancier et librettiste Ludovic Halévy, qui invente la famille Cardinal, archétype d’une bourgeoisie prête à tout pour s’enrichir. Halévy en raconte en trois livres les turpitudes et l’ascension, que Degas dessine.

  • maquerelle: 老鸨,淫媒
  • les turpitudes: 可耻行径

C’est alors, dans le parcours, la première manifestation de ce qui se vérifie ensuite : la tension entre passion et répulsion qui électrise Degas. La passion est évidente. Elle se mesure au nombre fou de carnets, dessins au fusain de moyen ou grand format, fusains rehaussés de pastel ou de craie, pastels sur papier ou carton, huiles sur toile, monotypes et sculptures qui représentent les danseuses, figures complètes ou incomplètes, de près ou de loin, seules ou en groupe, nues ou en costume, en répétition ou en représentation, dans la clarté blanche du gaz ou celle d’une verrière. Sa dextérité et son inventivité sont au service de son obsession : voir, voir, voir.

  • en répétition: 在排练
  • en représentation: 在演出

Les cadrages de ses « tableaux en long » sont panoramiques, ce qui lui permet d’inclure plus de corps, jusque dans les angles et le long des bords. D’autres sont des zooms avant, où l’arrière-plan est flou et une partie du motif hors champ. Degas est en effet, à son insu, l’un des inventeurs du cinéma, du gros plan au travelling. Varier les techniques lui permet de compiler une encyclopédie des gestes, qu’il complète méthodiquement, mouvement après mouvement, jusqu’aux nœuds et torsions de membres serpentins.

  • a son insu: 他没有察觉

Ses danseuses, comme les odalisques d’Ingres, ont des vertèbres en plus et des articulations d’une souplesse inhumaine. L’œil s’égare dans des grappes de jambes-tentacules, sorties de tutus en cornets rigides. Le dessin et la couleur sont mobiles, lignes étirées et filées, couleurs jaillissantes et virevoltantes : adéquation parfaite entre sujet et travail de l’artiste. La main danse : Degas, danse, dessin, selon le titre de Paul Valéry.

  • les odalisques d’Ingres: 画家Ingres笔下的宫女们
  • couleurs jaillissantes et virevoltantes: 喷射和飞旋的颜色
  • adéquation parfaite: 完美的一致

Dissonances chromatiques

L’œuvre n’est pas cependant tout entier si simplement apologie du corps féminin et jouissance du regard. Le labeur, la fatigue, la soumission des danseuses se voient à nu quand il les fixe dans des attitudes de repos ou d’épuisement, avachies, muscles las, regards absents. Parées de tissus aux bleus, verts ou roses exquis, ces femmes n’en sont pas moins des mécaniques, anonymes et semblables. Autant les portraits d’artistes des années 1870 sont attentifs aux caractères de chacune et chacun, autant Degas supprime ces particularités plus tard, jusqu’à oblitérer les visages des ballerines, dont ne reste qu’une tache de pastel écrasé et, vaguement, l’emplacement des orbites.

  • avachi: mou et sans énergie
  • parée de tissus aux bleus, verts our roses exquis: 穿戴着精致的蓝色,绿色,粉红色的织物
  • autant…autant…
  • orbite: 眼眶

Quand une expression est perceptible – rarement –, c’est celle qu’elles doivent afficher, puisque tel est leur métier. Ou, quand la violence ne se dissimule plus, une sorte de ricanement grotesque, celui des Choristes cabotinant, pastel de 1877, et la ballerine qui semble crier d’une peinture des années 1890. Ces Degas sont cruels, leurs dissonances chromatiques aigres. Le spectacle de la danse est séduisant, entêtant, érotique, obsédant. Mais c’est un spectacle : calculé, répété, factice, faux. Degas ne l’oublie à aucun moment et ne permet pas qu’on l’oublie, ce en quoi il est encore plus grand qu’on ne le pense d’ordinaire.

  • ricanement grotesque: 滑稽的嘲笑
  • choristes cabotinant: 哗众取宠的合唱歌手
  • factice: 矫揉造作的

« Degas à l’Opéra », Musée d’Orsay, 1, rue de la Légion-d’Honneur, Paris 7e. Jusqu’au 19 janvier 2020, du mardi au dimanche de 9 h 30 à 18 heures, jeudi jusqu’à 21 h 45. Entrée : de 11 € à 14 €.

20191004-p22-degas.txt · 最后更改: 2019/10/20 14:31 由 82.251.53.114