用户工具

站点工具


20191004-p29-catholique

Battre le pavé, un dilemme pour les catholiques

  • battre le pavé: 游行

Yann Raison Du Cleuziou

Dimanche 6 octobre, à l’appel de plusieurs associations, les opposants au projet de loi sur la PMA manifesteront dans la rue. Un mode d’action qui divise des catholiques en proie au doute quant à leur place dans la société, analyse le politiste

La Manif pour tous n’a pas mobilisé que des catholiques, elle n’a pas non plus mobilisé tous les catholiques. Et depuis novembre 2012 et les débuts du mouvement, même parmi ceux qui soutenaient Frigide Barjot puis Ludovine de la Rochère, chaque nouvelle manif restait un peu la première et suscitait le même trac devant la rue. Comme s’ils ne parvenaient pas à capitaliser leur expérience politique, ces catholiques hésitent et répètent les mêmes scrupules dans un sens comme dans un autre.

  • trac: 怯场

En septembre 2012 déjà, le collectif d’associations qui souhaitaient se mobiliser ne voulait pas recourir à la rue et privilégiait l’organisation d’états généraux de la famille. Le mouvement intégriste Civitas appela le premier à battre le pavé et c’est en réaction, pour ne pas lui laisser le monopole, qu’un autre cortège fut organisé. C’est de son succès que Frigide Barjot a tiré le crédit qui lui a permis de créer un rapport de force avec le gouvernement. De nouveau en ce moment au sein de ces catholiques militants, à l’occasion de différents « terrains », j’entends moins de divergences quant à la loi, sévèrement dénoncée, que de controverses sur l’opportunité d’une nouvelle « manif ». Pour un politiste, il est passionnant d’observer toutes les dimensions qui peuvent s’entrecroiser dans le rapport des catholiques à la rue et tout spécialement l’importance de leur imaginaire religieux.

L’« à quoi bon ? » est timidement avoué, avec culpabilité, mais vraiment pensé chez ces adhérents de Sens commun qui m’expliquent leur épuisement. Avec la campagne de François Fillon puis celle en faveur de François-Xavier Bellamy, les luttes et les défaites se sont enchaînées et le burn-out militant est atteint. Une adhérente raconte son écœurement après avoir constaté que tant de ses amis « bourgeois cathos » s’étaient ralliés à Emmanuel Macron, abandonnant le « combat des valeurs » au nom de l’« efficacité ». Mais elle ira manifester, sans illusion sur l’impact politique de ce geste, par « devoir moral » et « objection de conscience ».

C’est tout autant contre la loi et pour les enfants qui seront ses « victimes » que contre la tiédeur de ses coreligionnaires qu’elle va protester. C’est un peu son âme qu’elle va ainsi « monter » défendre à Paris et au-delà « l’Eglise militante » qu’elle cherche à « porter » en montrant l’« exemple ». Le rapport à la manif fait ici surgir implicitement la structure de pensée qui a pour matrice la croyance dans la communion des saints : le sacrifice d’un catholique est source de grâce pour tous les autres. Avec elle, dans le train pour Paris, il y aura donc l’ombre de dizaines d’âmes qu’elle espère entraîner.

  • la tiédeur: 不冷不热的态度

A la table d’un couvent, des religieux me confient leur crainte de la rue. Depuis le scandale des abus sexuels dans l’Eglise, le port de l’habit leur coûte, ils sont insultés, se sentent suspects, ont l’impression d’être regardés comme des coupables présumés. L’un raconte qu’il a eu besoin de faire un break, de quitter l’habit quelque temps pour ne plus « étouffer ».

Un second me dit son bonheur d’avoir été aux Etats-Unis cet été, là-bas il se sentait « normal », jouissait de la bienveillance des gens dans le bus ou le métro. Un troisième constate tristement qu’« il n’y a plus d’espace de parole ». L’absence de prise en compte des Etats généraux de la bioéthique l’afflige. Il a le sentiment que les mots de l’Eglise tombent dans le vide : « Nous sommes les derniers à penser que l’homme à une nature. » Je sens que ce qu’ils redoutent dans la manif c’est qu’elle fasse voir les catholiques comme un corps à part, séparé, expulsé de la nation, pas une minorité parmi les autres car sa part à l’histoire de France est trop forte : un espoir avorté. Et aucun nombre de manifestants ne pourrait suffire à effacer la force de ce sentiment de perte : devenir étranger dans son propre pays.

  • tomber dans le vide

Un martyre d’un nouveau genre

Pour eux, quelques catholiques qui se comptent dans la rue, c’est la France qui perd son âme. Mais le plus intéressant est la critique en soi de la protestation en masse. Ici s’immiscent encore des considérations typiquement catholiques. Le témoignage personnel est jugé plus pertinent. Il faudrait donc écrire aux députés, prendre rendez-vous avec eux. De manière générale parler à ses voisins et collègues de travail afin de les « conscientiser ». Au regard de la sociologie des mobilisations, c’est là une stratégie qui peut sembler contre-productive dans la mesure où elle ne permet pas d’agréger les mécontentements individuels en un collectif qui puisse prendre conscience de lui et créer un rapport de force. Mais sa rationalité vient d’ailleurs : des Evangiles.

Suivant l’exemple de Jésus, les catholiques devraient privilégier le face-à-face qui peut, seul, leur faire esquiver la caricature et permettre un dialogue à « cœur ouvert ».« Agissons comme Jésus le ferait », pouvait-on entendre ainsi dans un éditorial de Radio chrétienne francophone (RCF). Reste que cette imitatio christi peut s’avérer autosubversive car que faire du pardon de la femme adultère ? Jean-Pierre Denis, l’éditorialiste de La Vie, explique ainsi : « Si mon fils recourait à une mère porteuse, je ne pourrais oublier que son projet passe par l’exploitation du corps d’une femme pauvre. Mais je lui souhaiterais, évidemment, le plus grand bonheur pour la suite. Comment peut-il en être autrement ? » Ici, c’est la fidélité évangélique même qui conduit au sacrifice de soi comme Jésus pour le salut de l’humanité.

L’Eglise : hôpital de campagne ou phare

On sent poindre un martyre d’un nouveau genre, dont les catholiques seraient à la fois victimes et bourreaux par l’autocensure qu’ils pourraient s’imposer. Comme dans le film Silence (2016), de Martin Scorsese, avec ces jésuites envoyés en mission au Japon et devenus apostats pour manifester la miséricorde de Dieu envers tous ceux qui avaient préféré le blasphème à la souffrance. Tels les moines de Tibhirine mis en scène par Xavier Beauvois dans Des hommes et des dieux (2010). Deux films qui ont fasciné bien des catholiques, comme s’ils leur donnaient à voir le destin particulier que l’époque leur imposerait peut-être. Est-ce un retour de la spiritualité de l’enfouissement ? Mais cet amour qui affiche sa gratuité en refusant toute contrepartie n’est-il pas une voie de dissolution ? Une présomption angélique qui abandonne les hommes à leur chute immémoriale ?

  • jésuites 耶稣会教徒
  • apostats 背离宗教的人
  • la miséricorde de Dieu: 上帝的仁慈
  • le blasphème à la souffrance: 对于受难的亵神行为

A cette voie s’opposent les scrupules des disciples de Benoît XVI, qui condamnent le relativisme moral auquel entraîne la recherche du moindre mal. Certaines familles se transmettent de génération en génération le vieil avertissement de Maurras contre le romantisme chrétien : « A force de dire que Dieu est amour, ils finiront pas dire que n’importe quel amour est Dieu. » Mgr Aillet [évêque de Bayonne] préfère écrire à ses fidèles que c’est « la vérité qui est clivante ».

Dans le rapport à la manif se joue l’opposition entre deux manières d’appréhender la vocation de l’Eglise : un hôpital de campagne, comme aime à le dire le pape François ; ou un phare qui indique la lumière dans les ténèbres. Chaque manif des défenseurs de la « vie » a ainsi un double enjeu : politique et ecclésial. Pour les catholiques conservateurs que j’appelle les observants, la manif met à l’épreuve les catholiques et permet de distinguer les « tièdes » des « vrais ». Elle est un petit carême, un combat spirituel, une marche dans le désert qui doit conduire vers Pâques. Chez ceux qui mobilisent un registre plus séculier, la manif est un dispositif qui doit permettre aux catholiques de faire l’expérience de leur différence, le creuset d’un réveil spirituel et militant, la matrice d’un catholicisme qui s’assume comme une contre-culture.

Face à eux, résistent des catholiques souvent plus âgés qui, dans l’esprit du concile Vatican II, ont souhaité déconstruire la posture d’autorité au nom de laquelle l’Eglise, de toute la hauteur de la chaire de Pierre, rappelait les devoirs des hommes envers la vérité. Ils ne veulent pas renoncer à cette fraternité gagnée dans le coude-à-coude des luttes pour un monde plus divin parce que plus humain. Etre catholique, c’est laisser sa porte ouverte. Car pourquoi cette société ne reviendrait-elle pas à la maison du Père, comme le fils prodigue ?

Dans les pages de La Croix, le philosophe Martin Steffens a appelé à anticiper le moment où il faudrait baptiser tous ses enfants nés autrement et leur faire une place entière dans l’Eglise. La Conférence des évêques de France ne tranchera pas le dilemme. Ses interventions sont calculées au millimètre pour conserver l’unité des catholiques, c’est-à-dire pour pouvoir légitimer des points de vue opposés. « Langue de buis », raillent certains. Mais ce langage réversible fonctionne bien. Ceux qui sont pour la manif en tirent une bénédiction, leurs rivaux entendent un net refus de la compromission qui n’est pas loin de la condamnation.

Pour conclure, on est tenté d’écrire que si les catholiques s’interrogent tant sur l’âme de la manif, c’est parce qu’ils ne savent plus vraiment où est leur corps : enfoui, divisé, ressuscité, ici-bas, au-delà ? Les dilemmes des catholiques manifestent la profondeur des doutes qui les travaillent sur la position qu’ils occupent ou doivent occuper dans une société française qui ne se tourne vers ses cathédrales que lorsqu’elles partent en fumée.

Yann Raison du Cleuziou, maître de conférences en science politique à l’université de Bordeaux, est spécialiste du catholicisme contemporain. Dernier ouvrage paru : « Une contre-révolution catholique. Aux origines de la Manif pour tous » (Seuil, 384 p., 23 euros)

20191004-p29-catholique.txt · 最后更改: 2019/10/23 10:07 由 82.251.53.114