用户工具

站点工具


20191016-p48-numerique

Marie Bergström, sociologue de l’amour numérique

Marie Bergström, sociologue du couple et de la sexualité, en 2017. COLETTE CONFORTES Laure Belot

RENCONTRE La chercheuse suédoise, qui a pu accéder à des bases de données du site de rencontres Meetic, revisite les comportements amoureux grâce au big data

  • bases de données: 数据库
  • le site de rencontres: 交友网站

Quand il est question d’amour, chacun est prêt à de petits arrangements : se déclarer plus jeune, plus mince et même plus grand ! Des écarts avec la réalité que la sociologue Marie Bergström a pu quantifier en maniant un outil du XXIe siècle : les traces numériques que nous laissons sur les sites de rencontres.

  • manier un outil du XXIe siècle: 使用一个21世纪的工具

Ainsi, le profil type de l’utilisateur de Meetic a « 2 centimètres de plus et 2 kilos de moins que la moyenne nationale », illustre-t-elle. Les utilisatrices, elles, se grandissent également de 2 centimètres, mais s’allègent « de 5 kilos ». Quant à la jeunesse affichée, nombre d’usagers, des deux sexes, « arrondissent leur année de naissance comme le montre leur pyramide des âges, disproportionnée sur les années finissant par 0 et 5 ». Des mensonges relativement menus, qui suggèrent que les postulants amoureux, prudents, veulent avant tout rester crédibles lors d’une éventuelle rencontre.

  • pyramide des âges: 金字塔形男女年龄统计图
  • les postulants amoureux: 爱情的申请人
  • menu: adj. 细微。

Pour ses recherches portant sur la conjugalité et la sexualité, la scientifique suédoise, chargée de recherche à l’Institut national d’études démographiques (INED), a choisi d’emprunter un chemin de crête peu fréquenté en France : elle fonde ses travaux à la fois sur des enquêtes sociologiques classiques et sur des analyses de données numériques massives. L’époque le permet désormais, tant notre vie amoureuse devient connectée. Dans les années 1980, seule 1 personne sur 50 en France avait recours aux petites annonces ou à une agence matrimoniale. Aujourd’hui, environ 1 personne sur 4 (de 18 à 65 ans) a déjà utilisé une application ou un site. « Nous passons désormais massivement par des intermédiaires commerciaux pour nous rencontrer », résume la sociologue.

  • fonder … sur…: 把。。。建立在。。。的基础上

Avouer certains agissements

  • 承认某些行径
  • agissement: 行径

Ces sociétés privées stockent des masses d’informations personnelles sur leurs usagers, un matériau brut qui, une fois anonymisé, donne, selon la chercheuse, des perspectives insoupçonnées. « L’originalité de ces données n’est pas tant qu’elles soient volumineuses et numériques, mais qu’elles nous apportent des traces de pratiques inaccessibles jusqu’alors », explique-t-elle.

  • matériau brut 原始材料
  • des perspectives insoupçonnés 意想不到的见识
  • n’est pas tant que … mais que…

Les enquêtes sociologiques traditionnelles, poursuit-elle, sont très largement menées par questionnaires, « or les gens ne sont pas forcément de bons évaluateurs de leurs propres usages ». Ils peuvent ainsi ne pas se souvenir de certains faits (« comme par exemple ce qu’ils ont mangé précisément chaque jour ») ou ne pas vouloir avouer certains agissements, (« comme dire qu’ils choisissent leur partenaire en évitant certaines couleurs de peau »). Les données numériques, de fait, « permettent d’étudier le monde social en faisant l’économie de la parole, conclut-elle. C’est de l’observation à distance et quantifiée, une approche inédite dans ma discipline ».

  • faire l’économie de la parole: 省略了言语

C’est le sociologue Michel Bozon, son professeur à Sciences Po et codirecteur de l’Enquête sur la sexualité en France (La Découverte, 2008), qui l’oriente, en 2007, sur la piste des sites Internet. L’étudiante, alors âgée de 25 ans, plonge dans cet univers connecté « à reculons », se souvient-elle. « Ni la technique ni la sociologie du numérique ne m’intéressaient. » Douze ans plus tard, elle est considérée en France comme une pionnière, partageant avec une poignée de chercheurs américains la primeur des publications scientifiques dans le domaine amoureux fondées sur les données numériques. Sa prouesse ? A la suite d’un accord avec le site de rencontres Meetic en 2011, avoir réussi à extraire la substantifique moelle de 10 millions de profils anonymisés (sans pseudo ni photo).

  • à reculons: 原意是倒退地,引申义是勉强地。 avec réticence
  • une pionnière: 先锋,开创者
  • une poignée de: 一小撮
  • la primeur 第一批
  • prouesse: 壮举
  • la substantifique moelle: 精髓。
  • pseudo: 化名

Ces personnes avaient généré plus de 200 millions de messages (la chercheuse n’avait accès qu’aux heures et dates d’envoi) et 2 milliards d’« interactions numériques ». « Je n’avais pas connaissance des contenus des conversations, précise-t-elle, mais je savais que A avait contacté B tel jour, que B avait (ou non) répondu, quel jour et à quelle heure. » Des traces de liens, matière pour répondre à « qui s’intéresse à qui ? », « qui répond à qui ? », « qui ne reçoit jamais de réponse ? », énumère-t-elle.

  • les heures et dates d’envoi: 发信息的时间和日期

Michel Bozon, qui a dirigé sa thèse, reconnaît avoir été surpris de son choix. « Je n’aurais jamais pensé qu’elle essaierait de travailler sur les données de Meetic, difficiles à aborder par leur gigantisme, ni qu’elle réussirait à les obtenir, à l’issue d’une longue négociation, se souvient-il. Marie n’a peur de rien, et a ainsi eu un apport pionnier et rigoureux dans le domaine des usages d’Internet. » Ses résultats sont rassemblés dans un livre éclairant : Les Nouvelles Lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique (La Découverte, 228 p., 20 €). Et son expertise lui vaut de figurer dans le conseil scientifique de l’exposition « De l’amour », qui vient d’ouvrir au Palais de la découverte, à Paris.

  • un livre éclairant: 充满见解的书
  • au temps du numérique: 数码时代

Un éclairage inédit

L’approche fait pourtant encore débat dans sa profession. « La réticence est toujours là, remarque-t-elle. Lorsque je présente ma recherche à des sociologues quantitativistes, ils m’interrogent toujours sur les limites des données numériques, notamment leur non-représentativité. » Bien sûr, poursuit-elle, le big data « ne donne accès qu’à des morceaux de photographies sans l’image globale. Mais on peut également trouver des limites aux enquêtes qualitatives », avance-t-elle prudemment. Car, de fait, ses recherches ont amené un éclairage inédit sur la formation des couples au XXIe siècle.

  • la réticence保留意见
  • l’image globale: 全景

Ainsi, les écarts d’âge. Pourquoi les couples hétérosexuels se forment-ils traditionnellement selon un schéma type : une femme et un homme plus âgé, dans quasi tous les pays du monde, quelles que soient les époques ? En France, cette tendance est attribuée, selon les enquêtes sociologiques classiques, à la seule volonté féminine.

  • les écarts d’âge 年龄差异

En croisant big data et entretiens, Marie Bergström dessine une réalité plus complexe. Certes, les femmes de 20 à 30 ans recherchent des partenaires plus âgés, les données le montrent, les entretiens le confirment : « Les jeunes femmes, mûres plus tôt, ont déjà une vision du couple et cherchent des partenaires qui savent où ils en sont dans leur vie. Ce sont les hommes aînés qui incarnent cette stabilité », explique-t-elle. En revanche, pour les hommes de plus de 40 ans, les données numériques contredisent les paroles récoltées en entretien. « Ils sont clairement demandeurs de femmes plus jeunes. Alors que, face à un sociologue, ils disent qu’ils sont ouverts à tous les âges. »

  • mûres plus tôt 更早的成熟
  • les homes aînés 年长的男性

En effet miroir, la chercheuse a pu montrer, chiffres à l’appui, que les sites menaient à une « inégalité contemporaine » face à la rencontre. Certains groupes d’individus se retrouvent exclus, les fameux profils qui reçoivent peu de réponses : tels les jeunes hommes et les femmes de plus de 40 ans, « toujours considérées comme plus vieilles que les hommes du même âge ». Pour la sociologue, « les enquêtes de l’INED sont très fouillées, mais se basent sur l’étude des couples existants. On n’a, en quelque sorte, que les “happy ending”, sans savoir ce qui s’est passé avant, les hésitations, les déceptions, les râteaux… En matière d’amour, les données numériques permettent de connaître le dessous des cartes ».

  • en effet miroir: 镜像效应
  • chiffres à l’applui: 数据支持
  • fouillées: 深入细致的
  • râteau: une déception amoureuse. Prendre un râteau
  • le dessous des cartes: 底牌。 connaître le dessous d’une affaire, les dessous de la politique, un dessous de table

A 20 ans, tout juste arrivée à Nice pour apprendre le français pendant une année sabbatique, la jeune Marie Bergström, militante féministe, qui n’avait pas encore la sociologie en ligne de mire, avait été stupéfaite par les codes amoureux hexagonaux. « En Suède, ce n’est pas rare, dans un bar, qu’une fille traverse la pièce pour aller voir un garçon qui lui plaît. Ici, c’est à l’homme d’avoir l’initiative. » Une pratique qu’elle a pu encore vérifier par le big data. « Neuf fois sur dix, en ligne, c’est l’homme qui fait le premier pas. Même sur les applications plébiscitées par les jeunes, où l’initiative masculine est particulièrement forte. En amour, Internet ne casse pas tant les codes que cela », note-t-elle.

  • militante féministe:激进的女权主义者
  • en ligne de mire: 在瞄准线上
  • les codes amoureux hexagonaux 法国的爱情密码
  • plébiscitées: 广受欢迎的
  • casser les codes 打破常规

Cette attitude est-elle spécifique à la France ? Sa prochaine étude, internationale, va utiliser les données anonymisées de Meetic et Match, deux sociétés sœurs, présentes dans quinze pays en treize langues. Le big data va-t-il tordre le cou à la réputation des Français en matière de rencontre amoureuse ? Réponse attendue en 2021.

  • tordre le cou à: ôter la vie à (un animal ou à quelqu’un), tordre la cou à un poulet avant de le plumer.
20191016-p48-numerique.txt · 最后更改: 2019/11/08 17:31 由 80.15.59.65