用户工具

站点工具


20191023-p30-foulard

Foulard islamique : à quoi joue Jean-Michel Blanquer ?

Mattea Battaglia Et Camille Stromboni ANALYSE

Progressivement, le discours est apparu plus sévère. D’une « position personnelle » envers les mères voilées, qui ne sauraient être « encouragées » à accompagner les sorties scolaires, Jean-Michel Blanquer assume aujourd’hui une position critique envers le foulard islamique tout court. « La loi n’interdit pas aux femmes voilées d’accompagner les enfants, a rappelé le ministre de l’éducation, le 13 octobre sur BFM-TV, mais le voile en soi n’est pas souhaitable dans notre société. »

En alimentant la polémique, le ministre n’a pas hésité à prendre le risque de diviser la majorité. Une rupture intervenue après qu’un élu du Rassemblement national (RN) a pris à partie, le 11 octobre, une femme voilée qui accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. Tout en condamnant la scène, M. Blanquer a choisi d’aller au-delà de son périmètre – celui de l’école, où le voile est interdit depuis quinze ans aux élèves, mais pas aux parents qui accompagnent les sorties. Et ce malgré les tentatives, faites jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, de clore le débat. « Je ne pense pas que l’enjeu aujourd’hui ce soit de faire une loi sur les accompagnants scolaires », a exclu le premier ministre, Edouard Philippe, le 15 octobre.

Deux propositions de loi, déposées par la droite, seront néanmoins débattues ces prochains jours à ce sujet – la première, mercredi 23 octobre, en commission au Sénat. On peut, sans trop de risque, y voir une nouvelle occasion, pour le ministre de l’éducation, de prendre la parole.

« Sa position remonte à loin », font valoir certains de ceux qui ont côtoyé M. Blanquer alors qu’il était encore recteur de Créteil (2007-2009). « A l’époque, il insistait déjà sur l’extrême vigilance à avoir vis-à-vis des mères voilées, leur accès aux “espaces parents” dans les collèges ou l’accompagnement des sorties », témoigne une ancienne principale. Quand, en 2012, paraît la circulaire Chatel, qui considère les parents comme participant à une mission de service public et tenus, à ce titre, à l’absence de signes religieux, M. Blanquer est le numéro deux au ministère de l’éducation. « Il y a dans ses propos l’expression d’une conviction personnelle sincère, glisse un proche. Sa conception du voile réduit le foulard soit à un instrument de soumission, soit au premier symptôme de l’islamisme. »

Conviction personnelle sans doute, mais « coup politique », aussi. Le « serpent de mer » du voile islamique joue comme un « bon pare-feu », avance-t-on dans les rangs syndicaux, alors que la réforme du lycée est entrée dans le dur, ou que le malaise enseignant s’exprime dans ses formes les plus désespérées (avec le suicide de Christine Renon, directrice d’école à Pantin). Et il n’est pas exclu que la prise de position de M. Blanquer rencontre un écho auprès de parents, mais aussi d’enseignants : selon un sondage IFOP-Fiducial du 14 octobre, l’interdiction des sorties scolaires aux mamans voilées aurait les faveurs de deux tiers des Français.

Fin septembre déjà, le ton est monté d’un cran face à une affiche de campagne de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) montrant une maman voilée : le ministre a alors dénoncé un choix flattant des « logiques communautaristes ». Le débat a aussi été vif autour de la loi pour une école de la confiance, en février : M. Blanquer avait envisagé de soutenir un amendement des Républicains (LR) proscrivant le foulard chez les accompagnatrices, avant de rétropédaler face au vent d’opposition au sein de la majorité.

Neutralité

L’institution, elle, ne perçoit pourtant pas de problème. Il n’y a pas de difficultés de cet ordre dans les écoles, assure-t-on au rectorat de Créteil, comme dans plusieurs académies. On y tient – comme partout ailleurs – le recensement des incidents et atteintes à la laïcité, mais on ne voit pas apparaître les sorties scolaires comme un « point de tension ». M. Blanquer le reconnaît en creux quand il affirme qu’il n’y a pas besoin de légiférer sur le sujet. « Pourquoi alors en revenir sans cesse au voile ? », tacle-t-on en coulisses.

La loi de 2004 a proscrit le port de signes religieux aux élèves, mais en aucun cas aux parents. L’étude de référence, rendue par le Conseil d’Etat en 2013, rappelle que les accompagnateurs de sortie ne sont pas soumis à la neutralité. Ils ne peuvent se voir restreints dans leur liberté de porter un signe religieux que s’il y a « perturbation » du service public ou « trouble à l’ordre public ». Aux directeurs d’école, aux chefs d’établissement d’en juger. En martelant son message, que fait M. Blanquer sinon leur adresser des signaux sur un autre terrain que celui du droit ? Une sorte de « feu vert » ou d’« encouragement » à une application restrictive de la laïcité. Sous la précédente mandature, la gauche s’est bien gardée de tout acte législatif ou réglementaire sur la question, préférant faire passer un message, mais inverse : « L’acceptation de la présence [des mères voilées] aux sorties scolaires doit être la règle, et le refus l’exception », affirmait, à l’automne 2014, Najat Vallaud-Belkacem. Ironie de l’histoire : la prédécesseure de M. Blanquer prenait, de la même manière, appui sur le Conseil d’Etat.

Ceux qui observent depuis plusieurs décennies les débats autour du foulard à l’école font un autre parallélisme. « Le scénario actuel ressemble tout à fait à celui qui a précédé la loi de 2004 [interdisant à l’école le port de signes religieux] », fait valoir l’ancien recteur Bernard Toulemonde. Lionel Jospin, alors ministre de l’éducation, avait saisi le Conseil d’Etat après l’affaire des lycéennes de Creil, en 1989 [le principal d’un collège avait refusé l’accès de l’établissement à trois élèves musulmanes portant le voile]. La juridiction avait tranché en faveur de la liberté religieuse des élèves… à condition que cela ne trouble pas l’ordre public. « A l’époque, il y avait une forte pression des chefs d’établissement pour obtenir une décision nationale et avoir la paix. » On connaît la suite.

20191023-p30-foulard.txt · 最后更改: 2019/10/22 11:28 由 82.251.53.114