用户工具

站点工具


20191116-p16-brics

Lors du sommet des BRICS, Jair Bolsonaro fait les yeux doux à Xi Jinping

  • Faire les yeux doux: 抛媚眼

Bruno Meyerfeld

Pour le président du Brésil, la Chine fait « de plus en plus partie de l’avenir » de son pays

RIO DE JANEIRO - correspondant

Pour une fois, Jair Bolsonaro a préféré la diplomatie à l’outrance. « On dirait une réunion de vieux amis ! Chacun connaît la potentialité de l’autre », a lancé chaleureusement le chef de l’Etat brésilien, jeudi 14 novembre, au deuxième jour du 11e sommet des BRICS, réunissant les dirigeants de la Chine (Xi Jinping), de la Russie (Vladimir Poutine), de l’Inde (Narendra Modi) et de l’Afrique du Sud (Cyril Ramaphosa) à Brasilia.

  • l’outrance: 夸张,极端

Le premier raout diplomatique de l’ère Bolsonaro s’est tenu sur fond de tensions diplomatiques, avec les crises politiques en cours en Bolivie, au Chili, mais aussi au Venezuela. En plein sommet, mercredi, des partisans de l’opposition vénézuélienne ont même occupé pendant une demi-journée l’ambassade de Caracas à Brasilia.

  • raout 盛会
  • sur fond de tensions diplomatiques: 在外交紧张的背景下

L’affaire est un sujet épineux, le Brésil soutenant le président autoproclamé Juan Guaido, quand la Chine ou la Russie appuient Nicolas Maduro. Le sujet a donc été prudemment évité lors des discussions. « Nous restons attachés au multilatéralisme et à la coopération des Etats souverains afin de maintenir la paix et la sécurité », est-il écrit dans le communiqué final du sommet.

  • un sujet épineux: 棘手的话题

Cette déclaration laisse aussi transparaître la volonté des BRICS de lutter pour un multilatéralisme « renforcé et réformé » et « plus ouvert », loin des rodomontades nationalistes coutumières du dirigeant brésilien. M. Bolsonaro s’est d’ailleurs montré particulièrement avenant envers son homologue Xi Jinping. La Chine fait « de plus en plus partie de l’avenir [du Brésil] », a-t-il déclaré en marge de la conférence, affirmant son souhait « non seulement d’augmenter, mais aussi de diversifier » les relations commerciales avec Pékin.

  • rodomontades: fanfaronnades, 吹牛,夸张
  • coutumières: 习惯了的
  • avenant: 殷勤,讨人喜欢

Le changement de pied est manifeste. En effet, au cours de sa campagne électorale de 2018, M. Bolsonaro n’avait pas été tendre avec la Chine, accusant le pays d’« acheter » le Brésil. Le candidat promettait alors de hausser le ton face aux « régimes socialistes » honnis, poussant la provocation jusqu’à rendre une visite à Taïwan.

  • le changement de pied: 立场的改变
  • ne pas etre tendre avec la Chine: 对中国没有客气
  • manifeste: 明显
  • honnis 可耻的

Mais la realpolitik a rattrapé le trublion. La Chine est aujourd’hui le premier partenaire commercial du Brésil. La valeur totale des échanges entre Pékin et Brasilia représente 90 milliards d’euros, contre à peine 32 milliards il y a dix ans. Un quart des exportations du pays sont aujourd’hui dirigées vers l’empire du Milieu, qui achète en masse soja, pétrole, viande bovine et minerai de fer brésiliens.

  • La realpolitik a rattrapé le trublion 现实政治挽救了肇事者
  • soja: 大豆
  • viande bovine: 牛肉
  • minerai de fer 铁矿石

La confiance n’est pas totale

Sous la pression des lobbys agricoles, M. Bolsonaro a donc dû baisser d’un ton. Fin octobre, il s’est rendu à Pékin pour une visite officielle. « Je suis dans un pays capitaliste ! », a-t-il alors cru bon de déclarer, entouré de drapeaux rouges, de faucilles et de marteaux… La Chine a néanmoins apprécié ce revirement. Durant le sommet des BRICS, M. Xi a dit faire « confiance » au chef de l’Etat brésilien pour protéger la forêt amazonienne et promis « un avenir prometteur » pour les relations bilatérales.

  • avoir dû baisser d’un ton: 不得不降低调门
  • drapeaux rouges, de faucilles et de marteaux 镰刀斧头红旗
  • revirement 立场的改变
  • un avenir prometteur:充满希望的未来

Cependant, la confiance n’est pas totale. La guerre commerciale qui oppose Pékin et Washington jette une ombre sur la réconciliation avec Brasilia. « Politiquement et idéologiquement, nous n’avons rien à voir avec la Chine, et nous sommes bien plus proches des Etats-Unis. La Chine se dit communiste. On ne veut pas que cette idéologie se diffuse ici. Pour l’instant, on doit se contenter de signer des accords pragmatiques et ne pas rentrer dans l’échange politique », estime Luiz Felipe de Orleans e Bragança, député proche de M. Bolsonaro et vice-président de la commission des affaires étrangères de la Chambre basse du Parlement.

  • jeter une ombre sur: 投下一个阴影

Le Brésil s’est contenté cette semaine de signer un modeste accord sur les exportations de melon avec la Chine. Pas de quoi remettre en cause la « lune de miel » entre Jair Bolsonaro et Donald Trump. « La ligne rouge des Etats-Unis, c’est l’affaire Huawei, estime Oliver Stuenkel, chercheur en géopolitique à la Fondation Getulio Vargas. Si M. Bolsonaro autorisait le groupe chinois [de télécommunications] à devenir l’opérateur des réseaux 5G du Brésil, ce serait grave. Cela pourrait provoquer une rupture avec Donald Trump. »

  • la lune de miel: 蜜月期
  • la ligne rouge: 红线
20191116-p16-brics.txt · 最后更改: 2019/11/19 13:24 由 80.15.59.65