用户工具

站点工具


20191116-p26-femme

Trois destins de femmes chamboulés en 1897

La jeune Alice de Jeansin, interpétrée par Camille Lou. JULIEN CAUVIN Martine Delahaye

TF1 diffuse une ambitieuse minisérie historique, inspirée du tragique incendie du Bazar de la charité

MYTF1 VOD

À LA DEMANDE

MINISÉRIE

La vente de bienfaisance du Bazar de la charité, non loin des jardins des Champs-Elysées, est un événement pensé pour voir autant que pour être vu. Pendant quatre jours, en ce début de mai 1897, des femmes de la haute société parisienne (aristocrates et grandes bourgeoises) ont pris place derrière des comptoirs en bois décorés de tentures, et proposent toutes sortes d’objets, dont la vente doit profiter aux plus démunis. Un appentis a par ailleurs été aménagé pour que chacun puisse y découvrir un spectacle d’un genre tout nouveau, projeté sur un écran par un appareil appelé le cinématographe : des images animées de L’Arrivée du train en gare de La Ciotat ou de L’Arroseur arrosé, tournées par les frères Lumière.

Or, le 4 mai, un feu se déclare dans l’édifice, qui devient un pur brasier. En moins d’une demi-heure, il ne reste rien du Bazar, si ce n’est des poutres calcinées, mêlées à des restes de jupons et à des corps carbonisés. Près de 130 morts et plus encore de blessés, presque uniquement des femmes. Très vite, les gazettes ironiseront sur la fuite des hommes, au besoin à coups de canne ou de poing (les qualifiant de « chevaliers de la Pétoche » ou de « marquis de l’Escampette »), mais nul n’est en mesure de révéler si les hommes étaient nombreux, ce jour-là, au Bazar de la charité.

A partir de ce drame, qui fit très grand bruit à l’époque, les scénaristes Catherine Rambert et Karine Spreuzkouski ont construit une fiction centrée sur trois femmes qui verront leur destin chavirer à la suite de cet incendie.

Qualité d’écriture

Pour s’être informée sur la démarche à suivre pour divorcer, Adrienne de Lenverpré (Audrey Fleurot) vit un enfer sous la coupe de son mari, richissime politicien conservateur qui entend briguer la présidence du Sénat et la garder en femme-trophée auprès de lui ; l’incendie fournira à cette aristocrate un alibi pour tenter de sortir des griffes de son époux et recouvrer la liberté. La jeune Alice de Jeansin (Camille Lou), elle, était appelée à se marier à Julien de la Ferté pour sauver sa famille de la ruine ; mais le veule comportement du jeune homme, lors de l’incendie, va mettre à mal ce mariage arrangé. Plus intrigante et moins convenue se montre l’histoire de Rose Rivière (Julie de Bona), la bonne d’Alice de Jeansin : alors que Rose s’apprêtait à partir pour New York avec son mari cocher, son défigurement par les flammes va l’embarquer vers une tout autre destination, au prix d’un terrible choix… qui à lui seul aurait pu valoir une série.

Annoncé depuis longtemps comme le grand retour de TF1 au drame historique, Le Bazar de la charité ne pourra que charmer les amateurs de récits dramatiques en costumes ; quelques anachronismes ou facilités n’empêchent nullement de goûter la tension, le rythme – passé le premier épisode –, la qualité d’écriture et d’interprétation de cette série, fruit du premier partenariat d’importance passé entre TF1 et Netflix. Déjà disponible sur MYTF1 VOD (en payant), Le Bazar de la charité est diffusé sur TF1 chaque lundi soir à partir du 18 novembre, puis par Netflix, a priori une semaine après sa fin sur TF1.

Le Bazar de la charité, série créée par Catherine Rambert et Karine Spreuzkouski. Avec Audrey Fleurot, Julie de Bona, Camille Lou (Fr., 2019, 8 × 52 min). Egalement sur TF1 Séries Films à partir du 19 novembre.

20191116-p26-femme.txt · 最后更改: 2019/11/15 19:44 由 80.15.59.65