用户工具

站点工具


20191121-p15-rf

Radio France : des records d’audience et bientôt une grève

Sandrine Cassini

Pour la troisième fois, France Inter est la première radio nationale, devant RTL. Europe 1 a perdu plus de 500 000 auditeurs en un an

Drôle d’ambiance à Radio France. Alors qu’elle prépare un plan d’économies, la radio publique a enregistré des audiences record, selon les chiffres publiés par Médiamétrie, mercredi 20 novembre. Pour la troisième fois, France Inter est la première radio hexagonale, avec, chaque jour, en moyenne, 6,4 millions d’auditeurs. Ce record est d’autant plus notable qu’il s’établit à un moment délicat pour le média radio : en un an, il a perdu 1,1 million d’auditeurs. Autre motif de satisfaction, France Culture, qui a gagné 100 000 auditeurs en un an, avec 1,6 million de fidèles quotidiens.

« Jamais Radio France n’a occupé une telle place dans le paysage radiophonique. Les innovations éditoriales fonctionnent : “La Terre au carré”, sur France Inter, a battu des records. Un cercle vertueux s’est installé. Nous avons dépassé les 2 milliards d’écoutes numériques depuis le début de l’année », se félicite Sibyle Veil, la présidente de Radio France.

Ces chiffres contrastent avec l’ambiance au sein de la Maison de la radio. Mardi 19 novembre, les organisations syndicales ont déposé plusieurs préavis de grève pour le lundi 25 novembre. Pour la première fois de son histoire, la radio publique lance un plan de départs volontaires. Elle s’apprête à supprimer 299 postes sur environ 4 600 équivalents temps plein. Ce plan doit lui permettre d’économiser 60 millions d’euros d’ici trois ans, dont une baisse de 20 millions de dotations publiques.

La CGT appelle ainsi à une grève « reconductible pour une durée indéterminée à partir du 25 novembre ». Elle demande le retrait pur et simple du plan et le maintien, par le gouvernement, des dotations de Radio France. Le syndicat est très présent au sein du personnel technique, particulièrement touché par le plan. Or, même en cas de faible mobilisation, les techniciens ont le pouvoir de paralyser durablement les antennes.

« Ils détiennent la bombe nucléaire », affirme un dirigeant de la « maison ronde ». Moins jusqu’au-boutistes, la CFDT, le SNJ et SUD appellent, eux, à cinq jours de grève entre lundi 25 et vendredi 29 novembre, avec l’idée de renégocier le plan de transformation de la direction. Enfin, FO et l’UNSA préconisent une seule journée de grève, lundi. Même s’ils avancent en ordre dispersé, les syndicats semblent promettre une importante épreuve de force avec Sibyle Veil.

Contexte difficile

Soucieuse de ne pas jeter de l’huile sur le feu, la présidente préfère ne pas commenter les annonces des syndicats : « Les évolutions de ces dernières années ont construit les succès d’aujourd’hui. Il faut maintenant construire les succès de demain. » Comprendre, mener le plan d’économies.

Une grève gâchera certainement la fête des antennes, en particulier celle de France Inter, qui vole de record en record. « Le “7-9” [la tranche 7 heures-9 heures, le prime time de la radio] a gagné 100 000 auditeurs en un an », se félicite Laurence Bloch, la patronne de France Inter, qui comprend l’émotion de cette maison. « Les gens se demandent pourquoi il faut rendre 20 millions d’euros alors que la radio a déjà montré qu’elle avait su se transformer », commente-t-elle.

Plus pointue, France Culture se porte également bien, avec 2,9 % d’audience cumulée depuis la rentrée. « C’est formidable pour une antenne au positionnement singulier. Nous avons voulu évoluer vers des publics moins initiés, commente sa patronne, Sandrine Treiner. C’est pour cela que les salariés ne comprennent pas les efforts demandés. Mais j’espère que ce plan nous aidera à trouver les modes d’organisation de demain ». En revanche, Franceinfo a perdu 0,2 point, à 7,9 %. « On résiste bien, dans un contexte difficile », explique pour sa part son directeur, Vincent Giret.

Du côté des radios privées, RTL, l’éternelle rivale de France Inter, a perdu 216 000 auditeurs en un an (elle en compte 6,2 millions quotidiennement). Son patron, Régis Ravanas, préfère regarder sa part d’audience, une unité de mesure qui tient également compte de la durée d’écoute, et qui lui permet, avec 12,6 %, de revendiquer – d’un cheveu – une place de « numéro un ». « Nous sommes heureux de ce résultat », explique-t-il.

Europe 1, la radio de Lagardère a, elle, enregistré la pire rentrée de son histoire, avec une audience cumulée de 5,2 %. En un an, elle a perdu plus de 500 000 auditeurs, avec seulement 2,8 millions de fidèles. « Quand j’ai pris la radio [en juin], elle était à 5 %. Donc, soyons modestes, mais contents. La matinale de Matthieu Belliard a gagné 117 000 auditeurs. On a cessé de s’enfoncer, c’est encourageant », explique la nouvelle patronne, Constance Benque, qui inaugure, depuis septembre, une nouvelle grille.

20191121-p15-rf.txt · 最后更改: 2019/11/20 12:07 由 80.15.59.65